Articles dans
le temps
L'UDC lance un référendum contre la loi révisée sur l'asile – non aux avocats gratuits pour tous les requérants d'asile
06.10.2015

L'UDC lance un référendum contre la loi révisée sur l'asile – non aux avocats gratuits pour tous les requérants d'asile

Réuni en séance extraordinaire aujourd'hui, le Comité central de l'UDC Suisse a décidé par 47 voix contre 1 de lancer un référendum contre la loi révisée sur l'asile.

Réuni en séance extraordinaire aujourd'hui, le Comité central de l'UDC Suisse a décidé par 47 voix contre 1 de lancer un référendum contre la loi révisée sur l'asile. Cette loi accroît le pouvoir d'attraction que la Suisse exerce sur les immigrants illégaux, les migrants économiques et les profiteurs des institutions sociales en offrant notamment sans condition un avocat gratuit à tous les requérants d'asile. Autre point inacceptable de cette réforme: la compétence donnée à la Confédération d'exproprier des immeubles pour installer des centres d'asile.

Les réfugiés authentiques, donc les personnes dont l'intégrité physique et la vie sont menacées, trouvent aide et protection en Suisse. En revanche, la Suisse n'est pas là pour accueillir des migrants économiques illégaux et autres profiteurs des institutions sociales. Le peuple suisse a confirmé à plusieurs reprises cette distinction. Pour atteindre cet objectif, il faut en premier lieu réduire l'attractivité de la Suisse pour les immigrants illégaux et rigoureusement exécuter les décisions de renvoi. Les contrôles aux frontières doivent être rétablis pour assécher le marché des bandes de passeurs. Mais au lieu de prendre ces mesures élémentaires, le parlement a approuvé un projet de loi qui rend la Suisse encore plus attractive pour les requérants d'asile illégaux.

Voici les conséquences de cette nouvelle révision de la loi sur l'asile:

1. Tous lesdits requérants d'asile bénéficient sans aucune condition d'un avocat gratuit! Ils sont ainsi privilégiés par rapport aux citoyens suisses. Cette réglementation constitue non seulement une choquante inégalité de traitement, mais provoquerait de surcroît d'innombrables recours et une hausse des coûts de l'asile.

2. La Confédération peut exproprier des communes et des particuliers possédant des terrains et des immeubles pour construire de nouveaux centres d'asile. Les droits de la propriété des citoyennes et des citoyens ainsi que l'autonomie des cantons et des communes sont foulés au pied. 

3. Cette révision permet à un nombre encore plus important de personnes de rester en Suisse, indépendamment du fait que leur vie et leur intégrité physique soient menacées ou non, car elle n'améliore absolument pas l'exécution des décisions de renvoi de requérants refusés. Les coûts ne cessent donc d'augmenter. La Confédération doit enfin agir. Il suffirait qu'elle applique la loi existante.

4. La lutte contre les abus n'est pas renforcée. La révision proposée est inutile à la lutte contre les abus. Bien au contraire, elle rend la Suisse encore plus attractive comme pays de destination des immigrants illégaux, des migrants économiques et des profiteurs du système social. Qui donc n'aurait pas envie de venir en Suisse quand on lui promet des soins médicaux et dentaires gratuits, l'aide sociale, des cours de langue gratuits et un avocat gratuit, tout cela aux frais des contribuables?

Pour l'UDC, il est évident que le peuple doit avoir le dernier mot dans ce dossier. Les 50 000 signatures nécessaires à ce référendum doivent être récoltées jusqu'au 14 janvier 2016.


> Signer le référendum
> Commander des feuilles de signatures
> Argumentaire
> www.avocats-gratuits-non.ch

06.10.2015

L'UDC lance un référendum contre la loi révisée sur l'asile – non aux avocats gratuits pour tous les requérants d'asile

Réuni en séance extraordinaire aujourd'hui, le Comité central de l'UDC Suisse a décidé par 47 voix contre 1 de lancer un référendum contre la loi révisée sur l'asile.

Réuni en séance extraordinaire aujourd'hui, le Comité central de l'UDC Suisse a décidé par 47 voix contre 1 de lancer un référendum contre la loi révisée sur l'asile. Cette loi accroît le pouvoir d'attraction que la Suisse exerce sur les immigrants illégaux, les migrants économiques et les profiteurs des institutions sociales en offrant notamment sans condition un avocat gratuit à tous les requérants d'asile. Autre point inacceptable de cette réforme: la compétence donnée à la Confédération d'exproprier des immeubles pour installer des centres d'asile.

Les réfugiés authentiques, donc les personnes dont l'intégrité physique et la vie sont menacées, trouvent aide et protection en Suisse. En revanche, la Suisse n'est pas là pour accueillir des migrants économiques illégaux et autres profiteurs des institutions sociales. Le peuple suisse a confirmé à plusieurs reprises cette distinction. Pour atteindre cet objectif, il faut en premier lieu réduire l'attractivité de la Suisse pour les immigrants illégaux et rigoureusement exécuter les décisions de renvoi. Les contrôles aux frontières doivent être rétablis pour assécher le marché des bandes de passeurs. Mais au lieu de prendre ces mesures élémentaires, le parlement a approuvé un projet de loi qui rend la Suisse encore plus attractive pour les requérants d'asile illégaux.

Voici les conséquences de cette nouvelle révision de la loi sur l'asile:

1. Tous lesdits requérants d'asile bénéficient sans aucune condition d'un avocat gratuit! Ils sont ainsi privilégiés par rapport aux citoyens suisses. Cette réglementation constitue non seulement une choquante inégalité de traitement, mais provoquerait de surcroît d'innombrables recours et une hausse des coûts de l'asile.

2. La Confédération peut exproprier des communes et des particuliers possédant des terrains et des immeubles pour construire de nouveaux centres d'asile. Les droits de la propriété des citoyennes et des citoyens ainsi que l'autonomie des cantons et des communes sont foulés au pied. 

3. Cette révision permet à un nombre encore plus important de personnes de rester en Suisse, indépendamment du fait que leur vie et leur intégrité physique soient menacées ou non, car elle n'améliore absolument pas l'exécution des décisions de renvoi de requérants refusés. Les coûts ne cessent donc d'augmenter. La Confédération doit enfin agir. Il suffirait qu'elle applique la loi existante.

4. La lutte contre les abus n'est pas renforcée. La révision proposée est inutile à la lutte contre les abus. Bien au contraire, elle rend la Suisse encore plus attractive comme pays de destination des immigrants illégaux, des migrants économiques et des profiteurs du système social. Qui donc n'aurait pas envie de venir en Suisse quand on lui promet des soins médicaux et dentaires gratuits, l'aide sociale, des cours de langue gratuits et un avocat gratuit, tout cela aux frais des contribuables?

Pour l'UDC, il est évident que le peuple doit avoir le dernier mot dans ce dossier. Les 50 000 signatures nécessaires à ce référendum doivent être récoltées jusqu'au 14 janvier 2016.


> Signer le référendum
> Commander des feuilles de signatures
> Argumentaire
> www.avocats-gratuits-non.ch