Articles dans
le temps
L'UDC refuse la libre circulation des personnes avec la Croatie
28.08.2013

L'UDC refuse la libre circulation des personnes avec la Croatie

L'UDC rejette le message sur l'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie que le Conseil fédéral a mis en consultation aujourd'hui. Incontrôlable pour la Suisse, la libre...

L'UDC rejette le message sur l'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie que le Conseil fédéral a mis en consultation aujourd'hui. Incontrôlable pour la Suisse, la libre circulation des personnes provoque aujourd'hui déjà une immigration nette de quelque 80 000 personnes par an. Ce solde migratoire annuel équivaut à la population de la ville de Lucerne. Les problèmes qui en découlent sont déjà nettement perceptibles. L'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie aggraverait cette situation. Ce développement n'est pas tolérable. La Suisse doit au contraire reprendre le contrôle de l'immigration. L'initiative UDC "contre l'immigration de masse" lui redonne la marge de manœuvre nécessaire à cet effet.

L'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie provoquera sans doute une vague d'immigration encore plus forte que les extensions admises jusqu'ici, car la communauté croate vivant en Suisse est relativement importante. Les quelque 32 000 Croates résidant en Suisse (sans compter les Croates naturalisés) exerceront une forte attraction sur leurs compatriotes, car les émigrants choisissent de préférence des pays où ils ont des connaissances ou des parents. Lors de l'extension de la libre circulation aux pays de l'est européen, notamment à la Roumanie et la Bulgarie, l'immigration en Suisse a presque doublé. La clause de sauvegarde, dont le Conseil fédéral se sert pour endormir le peuple suisse, n'a en réalité quasiment aucun effet. Cela ne changera pas dans le cas de la Croatie. L'UDC combattra donc toute extension de la libre circulation des personnes.

Il est par ailleurs prévisible que les partis du centre, pris au piège de la libre circulation des personnes, céderont une fois de plus au chantage de la gauche et des syndicats et accepteront une nouvelle atteinte à la souplesse du marché du travail et une nouvelle restriction des droits de la propriété en intervenant dans le marché du logement, bref qu'ils braderont une fois de plus, par le biais des "mesures d'accompagnement", les avantages de la place économique suisse. Ainsi, la libre circulation des personnes ouvre la voie en Suisse à des recettes socialistes qui ont échoué dans le monde entier.

Enfin, rien ne permet de justifier un nouveau versement de cohésion à l'UE. L'UDC rejette donc aussi avec détermination cette contribution dans le contexte de l'adhésion de la Croatie à l'UE.

28.08.2013

L'UDC refuse la libre circulation des personnes avec la Croatie

L'UDC rejette le message sur l'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie que le Conseil fédéral a mis en consultation aujourd'hui. Incontrôlable pour la Suisse, la libre...

L'UDC rejette le message sur l'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie que le Conseil fédéral a mis en consultation aujourd'hui. Incontrôlable pour la Suisse, la libre circulation des personnes provoque aujourd'hui déjà une immigration nette de quelque 80 000 personnes par an. Ce solde migratoire annuel équivaut à la population de la ville de Lucerne. Les problèmes qui en découlent sont déjà nettement perceptibles. L'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie aggraverait cette situation. Ce développement n'est pas tolérable. La Suisse doit au contraire reprendre le contrôle de l'immigration. L'initiative UDC "contre l'immigration de masse" lui redonne la marge de manœuvre nécessaire à cet effet.

L'extension de la libre circulation des personnes à la Croatie provoquera sans doute une vague d'immigration encore plus forte que les extensions admises jusqu'ici, car la communauté croate vivant en Suisse est relativement importante. Les quelque 32 000 Croates résidant en Suisse (sans compter les Croates naturalisés) exerceront une forte attraction sur leurs compatriotes, car les émigrants choisissent de préférence des pays où ils ont des connaissances ou des parents. Lors de l'extension de la libre circulation aux pays de l'est européen, notamment à la Roumanie et la Bulgarie, l'immigration en Suisse a presque doublé. La clause de sauvegarde, dont le Conseil fédéral se sert pour endormir le peuple suisse, n'a en réalité quasiment aucun effet. Cela ne changera pas dans le cas de la Croatie. L'UDC combattra donc toute extension de la libre circulation des personnes.

Il est par ailleurs prévisible que les partis du centre, pris au piège de la libre circulation des personnes, céderont une fois de plus au chantage de la gauche et des syndicats et accepteront une nouvelle atteinte à la souplesse du marché du travail et une nouvelle restriction des droits de la propriété en intervenant dans le marché du logement, bref qu'ils braderont une fois de plus, par le biais des "mesures d'accompagnement", les avantages de la place économique suisse. Ainsi, la libre circulation des personnes ouvre la voie en Suisse à des recettes socialistes qui ont échoué dans le monde entier.

Enfin, rien ne permet de justifier un nouveau versement de cohésion à l'UE. L'UDC rejette donc aussi avec détermination cette contribution dans le contexte de l'adhésion de la Croatie à l'UE.