Articles dans
le temps
L'UDC refuse la présidence de la confédération à Moritz Leuenberger
29.11.2005

L'UDC refuse la présidence de la confédération à Moritz Leuenberger

Le groupe parlementaire UDC a décidé de ne pas élire le conseiller fédéral Moritz Leuenberger à la présidence de la Confédération pour l'année 2006. Elle estime que le parlement doit assumer sa...

(UDC) Le groupe parlementaire UDC a décidé de ne pas élire le conseiller fédéral Moritz Leuenberger à la présidence de la Confédération pour l'année 2006. Elle estime que le parlement doit assumer sa responsabilité politique et examiner soigneusement les candidatures à la présidence du gouvernement. Or, Moritz Leuenberger ne répond pas aux exigences de cette haute fonction.


L'UDC est inquiète devant l'état du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). Cela fait des années que ce département se signale par des dossiers bloqués, des échecs et des directeurs d'office faisant l'objet de procédures diverses. De nombreux dossiers importants comme le problème de financement des NLFA, la politique de transfert (manifestement échouée), l'avalanche des camions de 40 tonnes ou encore les transports aériens (y compris l'aéroport de Kloten et Skyguide) ne progressent pas sauf dans l'imagination du chef du département qui enjolivent la situation.

Le Conseiller fédéral Leuenberger paraît surchargé et manquer de priorités claires. Il est absent à presque toutes les séances des commissions et connaît mal ses dossiers. Le conseiller fédéral Leuenberger recule devant ses responsabilités. Après l'accident d'avion d'Überlingen tout comme après l'affaire de l'assassinat Brumann, lorsqu'il était directeur de la justice zurichoise, il avait beaucoup de mal à assumer ses responsabilités politiques. Son attitude est la même aujourd'hui alors qu'il a des problèmes avec ses directeurs d'office (Cron, Steinmann, Dieterle) qui sont ou qui étaient impliqués dans des procédures. Sa pratique est toujours pareille: il institue des commissions d'enquête, repousse la responsabilité sur des subordonnés et se met en scène dans des manifestations culturelles quelconques.

L'UDC soutient la concordance et le principe de la rotation pour l'élection annuelle du président de la Confédération. Toutefois, le parlement a une lourde responsabilité quand il est appelé à élire. Il doit dans chaque cas se demander si effectivement le candidat proposé est à la hauteur des exigences. Dans le cas présent, il est évident que Moritz Leuenberger ne peut pas être élu à la présidence de la Confédération. D'autant moins que le DETEC a besoin d'une direction forte et présente. Pour ces raisons, le groupe UDC n'élira pas Moritz Leuenberger président de la Confédération.

Berne, 29 novembre 2005

29.11.2005

L'UDC refuse la présidence de la confédération à Moritz Leuenberger

Le groupe parlementaire UDC a décidé de ne pas élire le conseiller fédéral Moritz Leuenberger à la présidence de la Confédération pour l'année 2006. Elle estime que le parlement doit assumer sa...

(UDC) Le groupe parlementaire UDC a décidé de ne pas élire le conseiller fédéral Moritz Leuenberger à la présidence de la Confédération pour l'année 2006. Elle estime que le parlement doit assumer sa responsabilité politique et examiner soigneusement les candidatures à la présidence du gouvernement. Or, Moritz Leuenberger ne répond pas aux exigences de cette haute fonction.


L'UDC est inquiète devant l'état du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). Cela fait des années que ce département se signale par des dossiers bloqués, des échecs et des directeurs d'office faisant l'objet de procédures diverses. De nombreux dossiers importants comme le problème de financement des NLFA, la politique de transfert (manifestement échouée), l'avalanche des camions de 40 tonnes ou encore les transports aériens (y compris l'aéroport de Kloten et Skyguide) ne progressent pas sauf dans l'imagination du chef du département qui enjolivent la situation.

Le Conseiller fédéral Leuenberger paraît surchargé et manquer de priorités claires. Il est absent à presque toutes les séances des commissions et connaît mal ses dossiers. Le conseiller fédéral Leuenberger recule devant ses responsabilités. Après l'accident d'avion d'Überlingen tout comme après l'affaire de l'assassinat Brumann, lorsqu'il était directeur de la justice zurichoise, il avait beaucoup de mal à assumer ses responsabilités politiques. Son attitude est la même aujourd'hui alors qu'il a des problèmes avec ses directeurs d'office (Cron, Steinmann, Dieterle) qui sont ou qui étaient impliqués dans des procédures. Sa pratique est toujours pareille: il institue des commissions d'enquête, repousse la responsabilité sur des subordonnés et se met en scène dans des manifestations culturelles quelconques.

L'UDC soutient la concordance et le principe de la rotation pour l'élection annuelle du président de la Confédération. Toutefois, le parlement a une lourde responsabilité quand il est appelé à élire. Il doit dans chaque cas se demander si effectivement le candidat proposé est à la hauteur des exigences. Dans le cas présent, il est évident que Moritz Leuenberger ne peut pas être élu à la présidence de la Confédération. D'autant moins que le DETEC a besoin d'une direction forte et présente. Pour ces raisons, le groupe UDC n'élira pas Moritz Leuenberger président de la Confédération.

Berne, 29 novembre 2005