Articles dans
le temps
L'UDC rejette catégoriquement la taxe CO2
11.06.2004

L'UDC rejette catégoriquement la taxe CO2

L'UDC est catégoriquement opposée aux projets de taxe CO2 présentés aujourd'hui par le Conseil fédéral. Ces propositions ne contribuent guère à la solution du problème réel. Par contre, elles...

(UDC) L'UDC est catégoriquement opposée aux projets de taxe CO2 présentés aujourd'hui par le Conseil fédéral. Ces propositions ne contribuent guère à la solution du problème réel. Par contre, elles imposent de nouvelles charges à l'économie et étouffent la reprise économique dont le pays a un urgent besoin.

Les propositions présentées aujourd'hui par le Conseil fédéral ne contribuent guère à la solution du problème de fond, mais servent avant tout à éduquer le peuple. Une taxe CO2, quel que soit son montant, sera toujours une mesure antisociale. Elle frappe le plus durement les couches les moins aisées ainsi que les régions périphériques. Son effet incitateur est également discutable. Mis à part le fait que la taxe CO2 encourage le tourisme d'essence aux frontières, cet impôt ne permettra sans doute pas de combler le déficit par rapport à l'objectif que s'est imposé la Suisse en matière d'émissions.

Par contre, le Conseil fédéral envisage d'augmenter une fois de plus la charge fiscale grevant le peuple et l'économie. Ce procédé déraisonnable nuit gravement à notre pays et entrave la croissance économique dont nous avons pourtant grand besoin. De plus, il discrimine les habitants de la Suisse par rapport à ceux des pays qui nous entourent.

Il est pourtant évident que le problème climatique est de nature globale. Il paraît donc raisonnable d'engager les fonds disponibles là où ils sont le plus utiles. Si les milieux gauche-vert refusent d'admettre cette évidence, c'est parce qu'ils ont d'autres objectifs: en entravant le trafic privé, ils cherchent en fait à rééduquer le peuple.

Pour l'UDC, il est parfaitement normal que les efforts déployés jusqu'ici par l'économie pour réduire les émissions de CO2 soient honorés. Mais le bon sens économique exige que cette prise en compte passe par une baisse des impôts et non pas par l'invention de nouveaux impôts uniques en Europe.

Berne, 11 juillet 2004

11.06.2004

L'UDC rejette catégoriquement la taxe CO2

L'UDC est catégoriquement opposée aux projets de taxe CO2 présentés aujourd'hui par le Conseil fédéral. Ces propositions ne contribuent guère à la solution du problème réel. Par contre, elles...

(UDC) L'UDC est catégoriquement opposée aux projets de taxe CO2 présentés aujourd'hui par le Conseil fédéral. Ces propositions ne contribuent guère à la solution du problème réel. Par contre, elles imposent de nouvelles charges à l'économie et étouffent la reprise économique dont le pays a un urgent besoin.

Les propositions présentées aujourd'hui par le Conseil fédéral ne contribuent guère à la solution du problème de fond, mais servent avant tout à éduquer le peuple. Une taxe CO2, quel que soit son montant, sera toujours une mesure antisociale. Elle frappe le plus durement les couches les moins aisées ainsi que les régions périphériques. Son effet incitateur est également discutable. Mis à part le fait que la taxe CO2 encourage le tourisme d'essence aux frontières, cet impôt ne permettra sans doute pas de combler le déficit par rapport à l'objectif que s'est imposé la Suisse en matière d'émissions.

Par contre, le Conseil fédéral envisage d'augmenter une fois de plus la charge fiscale grevant le peuple et l'économie. Ce procédé déraisonnable nuit gravement à notre pays et entrave la croissance économique dont nous avons pourtant grand besoin. De plus, il discrimine les habitants de la Suisse par rapport à ceux des pays qui nous entourent.

Il est pourtant évident que le problème climatique est de nature globale. Il paraît donc raisonnable d'engager les fonds disponibles là où ils sont le plus utiles. Si les milieux gauche-vert refusent d'admettre cette évidence, c'est parce qu'ils ont d'autres objectifs: en entravant le trafic privé, ils cherchent en fait à rééduquer le peuple.

Pour l'UDC, il est parfaitement normal que les efforts déployés jusqu'ici par l'économie pour réduire les émissions de CO2 soient honorés. Mais le bon sens économique exige que cette prise en compte passe par une baisse des impôts et non pas par l'invention de nouveaux impôts uniques en Europe.

Berne, 11 juillet 2004