Articles dans
le temps
L'UDC revendique le siÈge devenant vacant au Conseil fédéral
09.07.2010

L'UDC revendique le siÈge devenant vacant au Conseil fédéral

L'UDC a pris acte de la démission annoncée du conseiller fédéral Moritz Leuenberger. Ce départ aurait dû intervenir depuis longtemps. En avril dernier, la direction de l'UDC Suisse avait déjà...

L'UDC a pris acte de la démission annoncée du conseiller fédéral Moritz Leuenberger. Ce départ aurait dû intervenir depuis longtemps. En avril dernier, la direction de l'UDC Suisse avait déjà décidé de faire valoir le droit clairement établi du parti à un deuxième siège au Conseil fédéral, indépendamment du fait que le démissionnaire soit socialiste ou radical. Conformément à la règle de la concordance, l'UDC a droit, plus que tout autre parti politique, à un deuxième siège au gouvernement.

L'UDC a toujours respecté la concordance. Ayant recueilli 28,9% des suffrages aux dernières élections au Conseil national, l'UDC est de loin le premier parti de Suisse. Le PS suit avec 19,5%, le PLR avec 17,7% et le PDC avec 14,5%. C'est dire que le droit de l'UDC à deux sièges au Conseil fédéral est mieux établi que celui de tout autre parti. L'UDC est aujourd'hui clairement sous-représentée avec seulement un siège au gouvernement. Par conséquent, elle réclame pour elle le siège devenant vacant à la suite du départ de Moritz Leuenberger. Il appartiendra aux organes compétents du groupe parlementaire et du parti de choisir le candidat de l'UDC.

09.07.2010

L'UDC revendique le siÈge devenant vacant au Conseil fédéral

L'UDC a pris acte de la démission annoncée du conseiller fédéral Moritz Leuenberger. Ce départ aurait dû intervenir depuis longtemps. En avril dernier, la direction de l'UDC Suisse avait déjà...

L'UDC a pris acte de la démission annoncée du conseiller fédéral Moritz Leuenberger. Ce départ aurait dû intervenir depuis longtemps. En avril dernier, la direction de l'UDC Suisse avait déjà décidé de faire valoir le droit clairement établi du parti à un deuxième siège au Conseil fédéral, indépendamment du fait que le démissionnaire soit socialiste ou radical. Conformément à la règle de la concordance, l'UDC a droit, plus que tout autre parti politique, à un deuxième siège au gouvernement.

L'UDC a toujours respecté la concordance. Ayant recueilli 28,9% des suffrages aux dernières élections au Conseil national, l'UDC est de loin le premier parti de Suisse. Le PS suit avec 19,5%, le PLR avec 17,7% et le PDC avec 14,5%. C'est dire que le droit de l'UDC à deux sièges au Conseil fédéral est mieux établi que celui de tout autre parti. L'UDC est aujourd'hui clairement sous-représentée avec seulement un siège au gouvernement. Par conséquent, elle réclame pour elle le siège devenant vacant à la suite du départ de Moritz Leuenberger. Il appartiendra aux organes compétents du groupe parlementaire et du parti de choisir le candidat de l'UDC.