Articles dans
le temps
Mais oÙ se croit donc cette conseillÈre fédérale?
10.01.2007

Mais oÙ se croit donc cette conseillÈre fédérale?

Lundi dernier, la conseillère fédérale Doris Leuthard a annoncé le job sharing et le congé de paternité pour les fonctionnaires de son département sans en avoir référé au préalable au Conseil...

(UDC) Lundi dernier, la conseillère fédérale Doris Leuthard a annoncé le job sharing et le congé de paternité pour les fonctionnaires de son département sans en avoir référé au préalable au Conseil fédéral. Pire, ces projets violent même en partie le droit du personnel fédéral. Et hier soir elle a critiqué publiquement les forfaits fiscaux accordés aux riches étrangers résidant en Suisse. Pour gagner des électeurs, la conseillère fédérale PDC dépasse même les socialistes par la gauche. La Confédération a plus de 130 milliards de francs de dettes, des milliers de jeunes attendent une place d'apprentissage et, pendant ce temps, Doris Leuthard fait des cadeaux somptueux aux fonctionnaires. L'UDC attend une intervention rigoureuse du Conseil fédéral.

Mais où se croit donc la conseillère fédérale Doris Leuthard? Cherche-t-elle juste à faire les gros titres des journaux? Est-elle en panne de succès? Après l'annonce de ses projets de job sharing et de généreux congés de paternité pour les fonctionnaires de son département, l'UDC attend une clarification du Conseil fédéral. En effet, le droit du personnel fédéral ne prévoit que deux jours de congés pour les pères en cas de naissance d'un enfant. En outre, face à une dette fédérale de plus de 130 milliards de francs, les intentions annoncées par Doris Leuthard sont une gifle au visage des contribuables.

Il n'est pas acceptable que la conseillère fédérale Doris Leuthard jette par les fenêtres l'argent que les deux conseillers fédéraux UDC économisent péniblement dans leurs départements. La même conseillère fédérale qui a affirmé devant le Conseil des Etats qu'elle n'avait pas d'argent pour les agriculteurs fait aujourd'hui de généreux cadeaux à ses fonctionnaires. Mais il y a pire: mardi soir, dans le cadre de l'émission "Infrarouge" de la télévision suisse romande, la ministre suisse de l'économie a même osé critiquer les forfaits fiscaux accordés aux riches étrangers qui rapportent pourtant des millions de francs aux collectivités publiques suisses.

Par ses déclarations irréfléchies, la conseillère fédérale Doris Leuthard apporte de l'eau au moulin de l'UE et des milieux rouges-verts qui n'ont de cesse d'attaquer le système fiscal suisse pour le remplacer par un régime socialiste et centralisateur. De plus, la ministre ne sait pas ce qu'elle veut puisque le 6 octobre 2005 elle a voté au Conseil national contre une initiative parlementaire de la gauche qui visait à supprimer l'imposition forfaitaire. Aujourd'hui, elle a tourné sa veste. L'UDC attend du Conseil fédéral une clarification également à ce sujet.

Berne, le 10 janvier 2007

10.01.2007

Mais oÙ se croit donc cette conseillÈre fédérale?

Lundi dernier, la conseillère fédérale Doris Leuthard a annoncé le job sharing et le congé de paternité pour les fonctionnaires de son département sans en avoir référé au préalable au Conseil...

(UDC) Lundi dernier, la conseillère fédérale Doris Leuthard a annoncé le job sharing et le congé de paternité pour les fonctionnaires de son département sans en avoir référé au préalable au Conseil fédéral. Pire, ces projets violent même en partie le droit du personnel fédéral. Et hier soir elle a critiqué publiquement les forfaits fiscaux accordés aux riches étrangers résidant en Suisse. Pour gagner des électeurs, la conseillère fédérale PDC dépasse même les socialistes par la gauche. La Confédération a plus de 130 milliards de francs de dettes, des milliers de jeunes attendent une place d'apprentissage et, pendant ce temps, Doris Leuthard fait des cadeaux somptueux aux fonctionnaires. L'UDC attend une intervention rigoureuse du Conseil fédéral.

Mais où se croit donc la conseillère fédérale Doris Leuthard? Cherche-t-elle juste à faire les gros titres des journaux? Est-elle en panne de succès? Après l'annonce de ses projets de job sharing et de généreux congés de paternité pour les fonctionnaires de son département, l'UDC attend une clarification du Conseil fédéral. En effet, le droit du personnel fédéral ne prévoit que deux jours de congés pour les pères en cas de naissance d'un enfant. En outre, face à une dette fédérale de plus de 130 milliards de francs, les intentions annoncées par Doris Leuthard sont une gifle au visage des contribuables.

Il n'est pas acceptable que la conseillère fédérale Doris Leuthard jette par les fenêtres l'argent que les deux conseillers fédéraux UDC économisent péniblement dans leurs départements. La même conseillère fédérale qui a affirmé devant le Conseil des Etats qu'elle n'avait pas d'argent pour les agriculteurs fait aujourd'hui de généreux cadeaux à ses fonctionnaires. Mais il y a pire: mardi soir, dans le cadre de l'émission "Infrarouge" de la télévision suisse romande, la ministre suisse de l'économie a même osé critiquer les forfaits fiscaux accordés aux riches étrangers qui rapportent pourtant des millions de francs aux collectivités publiques suisses.

Par ses déclarations irréfléchies, la conseillère fédérale Doris Leuthard apporte de l'eau au moulin de l'UE et des milieux rouges-verts qui n'ont de cesse d'attaquer le système fiscal suisse pour le remplacer par un régime socialiste et centralisateur. De plus, la ministre ne sait pas ce qu'elle veut puisque le 6 octobre 2005 elle a voté au Conseil national contre une initiative parlementaire de la gauche qui visait à supprimer l'imposition forfaitaire. Aujourd'hui, elle a tourné sa veste. L'UDC attend du Conseil fédéral une clarification également à ce sujet.

Berne, le 10 janvier 2007