Articles dans
le temps
Ne pas admettre d'agenda parallÈle pour le président de la Banque nationale
05.10.2011

Ne pas admettre d'agenda parallÈle pour le président de la Banque nationale

Selon des informations parues dans la presse, le nouveau président du Financial Stability Board (FSB) sera déjà désigné en octobre 2011. On sait aussi depuis quelques semaines que le président de...

Selon des informations parues dans la presse, le nouveau président du Financial Stability Board (FSB) sera déjà désigné en octobre 2011. On sait aussi depuis quelques semaines que le président de la Banque nationale, Philipp Hildebrand, est candidat à cette fonction. Le Conseil fédéral a jusqu'ici refusé de prendre position sur cette candidature. Or, il est urgent que le gouvernement intervienne et interdise à Philipp Hildebrand d'accepter cette fonction s'il veut rester président de la BNS. Les deux fonctions conduiraient à des conflits d'intérêts inadmissibles. Aux yeux de l'UDC, on ne peut accepter que le président de la BNS suive manifestement deux agendas, mettant ainsi en péril l'indépendance et la crédibilité de la Banque nationale suisse.

Le Financial Stability Board (FSB) s'occupe de la stabilité et de la régulation des marchés financiers. Cette organisation effectue également des contrôles dans les pays et donne des recommandations pour les standards et la surveillance des marchés financiers. Son mandat risque donc occasionnellement entrer en conflit avec la politique de certains pays et marchés financiers. Le président de cette organisation ne peut donc pas simultanément présider une banque nationale qui veut rester indépendante. Des conflits d'intérêts sont programmés d'avance.

Dans un tel contexte, l'UDC a du mal comprendre comment le Conseil fédéral peut admettre que le président de la Banque nationale suive un agenda parallèle. Interrogé à ce sujet durant la session parlementaire d'automne qui vient de se terminer, le Conseil fédéral a refusé de prendre position sur une éventuelle candidature de Philipp Hildebrand. Or, le FSB semble vouloir faire rapidement son choix. Il est donc urgent que le Conseil fédéral prenne position et interdise au président de la Banque nationale d'assumer un double mandat.

Berne, 5 octobre 2011

05.10.2011

Ne pas admettre d'agenda parallÈle pour le président de la Banque nationale

Selon des informations parues dans la presse, le nouveau président du Financial Stability Board (FSB) sera déjà désigné en octobre 2011. On sait aussi depuis quelques semaines que le président de...

Selon des informations parues dans la presse, le nouveau président du Financial Stability Board (FSB) sera déjà désigné en octobre 2011. On sait aussi depuis quelques semaines que le président de la Banque nationale, Philipp Hildebrand, est candidat à cette fonction. Le Conseil fédéral a jusqu'ici refusé de prendre position sur cette candidature. Or, il est urgent que le gouvernement intervienne et interdise à Philipp Hildebrand d'accepter cette fonction s'il veut rester président de la BNS. Les deux fonctions conduiraient à des conflits d'intérêts inadmissibles. Aux yeux de l'UDC, on ne peut accepter que le président de la BNS suive manifestement deux agendas, mettant ainsi en péril l'indépendance et la crédibilité de la Banque nationale suisse.

Le Financial Stability Board (FSB) s'occupe de la stabilité et de la régulation des marchés financiers. Cette organisation effectue également des contrôles dans les pays et donne des recommandations pour les standards et la surveillance des marchés financiers. Son mandat risque donc occasionnellement entrer en conflit avec la politique de certains pays et marchés financiers. Le président de cette organisation ne peut donc pas simultanément présider une banque nationale qui veut rester indépendante. Des conflits d'intérêts sont programmés d'avance.

Dans un tel contexte, l'UDC a du mal comprendre comment le Conseil fédéral peut admettre que le président de la Banque nationale suive un agenda parallèle. Interrogé à ce sujet durant la session parlementaire d'automne qui vient de se terminer, le Conseil fédéral a refusé de prendre position sur une éventuelle candidature de Philipp Hildebrand. Or, le FSB semble vouloir faire rapidement son choix. Il est donc urgent que le Conseil fédéral prenne position et interdise au président de la Banque nationale d'assumer un double mandat.

Berne, 5 octobre 2011