Articles dans
le temps
NLFA: Plus personne ne contrôle les coÛts
08.11.2006

NLFA: Plus personne ne contrôle les coÛts

A peine l'UDC a-t-elle informé sur l'explosion des coûts de la NLFA que le Conseil fédéral ouvre un nouveau crédit de 1,4 milliard de francs pour les trous les plus chers de Suisse. Au total, les..

(UDC) A peine l'UDC a-t-elle informé sur l'explosion des coûts de la NLFA que le Conseil fédéral ouvre un nouveau crédit de 1,4 milliard de francs pour les trous les plus chers de Suisse. Au total, les projets FTP coûteront finalement sans doute le double du montant autorisé par le peuple. Personne ne sait comment vont évoluer les choses. On attend toujours une vision globale et une présentation transparente des comptes. Combien de centaines de millions de francs la faiblesse du conseiller fédéral Moritz Leuenberger coûtera-t-elle encore aux contribuables suisses? Combien de crédits additionnels faudra-t-il encore voter? L'UDC exige que des chiffres précis et fiables soient enfin publiés.

Les crédits additionnels pour la NLFA arrivent aux compte-gouttes. Selon le bilan et le compte des résultats FTP, 23 milliards ont déjà été versés dans le fonds qui finance ces projets. Où se trouve cet argent aujourd'hui? Pour quoi a-t-il été utilisé? Manifestement, les liquidités disponibles pour la NLFA sont toujours plus serrées. Faute de quoi le Conseil fédéral n'aurait pas dû demander aujourd'hui 1,4 milliard de francs de plus pour ces travaux. Les coûts échappent au contrôle des responsables. Même en faisant un calcul prudent, on doit partir aujourd'hui du principe que le coût final des grands projets ferroviaires dépassera 50 milliards de francs (y compris le renchérissement et les intérêts). Or, le crédit global ouvert par le peuple en 1998 lors du vote sur les projets FTP (NLFA, Rail 2000, raccordement aux lignes à haute vitesse, mesures antibruit) ne se montait qu'à 30,5 milliards de francs. Où le conseiller fédéral Moritz Leuenberger prendra-t-il les milliards manquants?

On a appris hier que les CFF avaient l'intention d'augmenter massivement les prix des billets de train. A quelle hausse des tarifs ferroviaires faudra-t-il s'attendre quand la NLFA sera en service? On a la très nette impression que les Suisses devront payer l'ardoise NLFA de plusieurs manières: par la RPLP, par la hausse des billets de train des CFF et finalement par les impôts. Pendant ce temps, l'UE regarde et se réjouit de bientôt pouvoir utiliser une nouvelle ligne de transit gratuite pour elle. Et les bricolages du département fédéral des transports continuent.

L'Office fédéral des transports doit enfin jouer cartes sur table. Nous n'acceptons plus des déclarations vagues comme le "coût final probable", le "niveau des prix de 1995" ou encore les "impondérabilités géologiques". La vérité est fort simple: plus personne ne contrôle les coûts de la NLFA. L'UDC exige que le Conseil fédéral publie la vision globale promise du financement des transports publics encore durant le premier trimestre de l'année électorale 2007. Il faut que les électrices et les électeurs se rendent compte des responsabilités politiques des erreurs commises concernant les NLFA avant de voter.

Document stratégique
Lire à ce propos le document stratégique de l'UDC "Plus de transparence dans les grands projets ferroviaires (NLFA/FTP)" d'octobre 2006.

Berne, 8 novembre 2006

08.11.2006

NLFA: Plus personne ne contrôle les coÛts

A peine l'UDC a-t-elle informé sur l'explosion des coûts de la NLFA que le Conseil fédéral ouvre un nouveau crédit de 1,4 milliard de francs pour les trous les plus chers de Suisse. Au total, les..

(UDC) A peine l'UDC a-t-elle informé sur l'explosion des coûts de la NLFA que le Conseil fédéral ouvre un nouveau crédit de 1,4 milliard de francs pour les trous les plus chers de Suisse. Au total, les projets FTP coûteront finalement sans doute le double du montant autorisé par le peuple. Personne ne sait comment vont évoluer les choses. On attend toujours une vision globale et une présentation transparente des comptes. Combien de centaines de millions de francs la faiblesse du conseiller fédéral Moritz Leuenberger coûtera-t-elle encore aux contribuables suisses? Combien de crédits additionnels faudra-t-il encore voter? L'UDC exige que des chiffres précis et fiables soient enfin publiés.

Les crédits additionnels pour la NLFA arrivent aux compte-gouttes. Selon le bilan et le compte des résultats FTP, 23 milliards ont déjà été versés dans le fonds qui finance ces projets. Où se trouve cet argent aujourd'hui? Pour quoi a-t-il été utilisé? Manifestement, les liquidités disponibles pour la NLFA sont toujours plus serrées. Faute de quoi le Conseil fédéral n'aurait pas dû demander aujourd'hui 1,4 milliard de francs de plus pour ces travaux. Les coûts échappent au contrôle des responsables. Même en faisant un calcul prudent, on doit partir aujourd'hui du principe que le coût final des grands projets ferroviaires dépassera 50 milliards de francs (y compris le renchérissement et les intérêts). Or, le crédit global ouvert par le peuple en 1998 lors du vote sur les projets FTP (NLFA, Rail 2000, raccordement aux lignes à haute vitesse, mesures antibruit) ne se montait qu'à 30,5 milliards de francs. Où le conseiller fédéral Moritz Leuenberger prendra-t-il les milliards manquants?

On a appris hier que les CFF avaient l'intention d'augmenter massivement les prix des billets de train. A quelle hausse des tarifs ferroviaires faudra-t-il s'attendre quand la NLFA sera en service? On a la très nette impression que les Suisses devront payer l'ardoise NLFA de plusieurs manières: par la RPLP, par la hausse des billets de train des CFF et finalement par les impôts. Pendant ce temps, l'UE regarde et se réjouit de bientôt pouvoir utiliser une nouvelle ligne de transit gratuite pour elle. Et les bricolages du département fédéral des transports continuent.

L'Office fédéral des transports doit enfin jouer cartes sur table. Nous n'acceptons plus des déclarations vagues comme le "coût final probable", le "niveau des prix de 1995" ou encore les "impondérabilités géologiques". La vérité est fort simple: plus personne ne contrôle les coûts de la NLFA. L'UDC exige que le Conseil fédéral publie la vision globale promise du financement des transports publics encore durant le premier trimestre de l'année électorale 2007. Il faut que les électrices et les électeurs se rendent compte des responsabilités politiques des erreurs commises concernant les NLFA avant de voter.

Document stratégique
Lire à ce propos le document stratégique de l'UDC "Plus de transparence dans les grands projets ferroviaires (NLFA/FTP)" d'octobre 2006.

Berne, 8 novembre 2006