Articles dans
le temps
Non à la politique-sangsue antisociale du PS
05.05.2003

Non à la politique-sangsue antisociale du PS

Ignorant superbement l'explosion des coûts sociaux, le PS, avec à sa remorque le PRD et le PDC, veut encore étendre l'Etat social et saigner comme une sangsue les contribuables. Tenant conférence...

(UDC) Ignorant superbement l'explosion des coûts sociaux, le PS, avec à sa remorque le PRD et le PDC, veut encore étendre l'Etat social et saigner comme une sangsue les contribuables. Tenant conférence de presse aujourd'hui, l'UDC a mis instamment en garde contre les conséquences catastrophiques de cette politique sociale aveugle. L'UDC se battra contre toute augmentation d'impôts et contre toute extension des prestations sociales et s'engagera avec détermination en faveur de son initiative pour la baisse des primes.

Les dépenses sociales ont véritablement explosé depuis 1990. Ainsi, les engagements financiers de la Confédération pour la santé publique, pour l'aide aux réfugiés ou encore ses contributions à l'AI ont doublé durant cette période. Sans tenir compte des déficits et des dettes qui résultent de cette politique, le PS continue joyeusement de réclamer une extension de l'Etat social. Malheureusement, le PRD et le PDC n'ont souvent pas la force de s'opposer à ce dangereux développement.

Cette politique d'extension aveugle met en péril les œuvres sociales parce qu'elle entraîne de constantes hausses des impôts qui accroissent la pression sur l'économie et conduisent à la suppression d'emplois. La conséquence de cette politique irresponsable est à long terme l'effondrement de tout le système social. Se moquant éperdument des générations à venir, les socialistes endettent massivement l'Etat. L'UDC se bat contre cette redistribution hypocrite qui consiste, par le biais d'impôts écrasants, à tirer l'argent des poches des gens pour le leur ensuite redonner sous la forme d'aides sociales prétendument généreuses.

L'UDC combattra les hausses de la TVA adoptées par le Conseil fédéral et le parlement en faveur de l'AI et de l'AVS. Il serait trop facile que le pouvoir politique, après des années d'inaction, refuse d'assumer ses responsabilités et se contente de présenter la facture aux contribuables. L'UDC invite le conseiller fédéral Pascal Couchepin à étudier à fond les grands dossiers sociaux et à proposer des solutions bourgeoises à titre d'alternatives aux hausses d'impôt. Pour le scrutin fédéral du 18 mai, l'UDC recommande le rejet de toutes les initiatives populaires, et plus particulièrement de l'initiative-santé des socialistes qui est foncièrement antisociale. Ce projet provoquerait des hausses massives des impôts en période de crise économique, donc au plus mauvais moment, et accélérerait la détérioration de la situation. L'UDC s'engage à fond en faveur de son initiative pour la baisse des primes qui impose une réforme bourgeoise au secteur de la santé.

Berne, le 5 mai 2003

05.05.2003

Non à la politique-sangsue antisociale du PS

Ignorant superbement l'explosion des coûts sociaux, le PS, avec à sa remorque le PRD et le PDC, veut encore étendre l'Etat social et saigner comme une sangsue les contribuables. Tenant conférence...

(UDC) Ignorant superbement l'explosion des coûts sociaux, le PS, avec à sa remorque le PRD et le PDC, veut encore étendre l'Etat social et saigner comme une sangsue les contribuables. Tenant conférence de presse aujourd'hui, l'UDC a mis instamment en garde contre les conséquences catastrophiques de cette politique sociale aveugle. L'UDC se battra contre toute augmentation d'impôts et contre toute extension des prestations sociales et s'engagera avec détermination en faveur de son initiative pour la baisse des primes.

Les dépenses sociales ont véritablement explosé depuis 1990. Ainsi, les engagements financiers de la Confédération pour la santé publique, pour l'aide aux réfugiés ou encore ses contributions à l'AI ont doublé durant cette période. Sans tenir compte des déficits et des dettes qui résultent de cette politique, le PS continue joyeusement de réclamer une extension de l'Etat social. Malheureusement, le PRD et le PDC n'ont souvent pas la force de s'opposer à ce dangereux développement.

Cette politique d'extension aveugle met en péril les œuvres sociales parce qu'elle entraîne de constantes hausses des impôts qui accroissent la pression sur l'économie et conduisent à la suppression d'emplois. La conséquence de cette politique irresponsable est à long terme l'effondrement de tout le système social. Se moquant éperdument des générations à venir, les socialistes endettent massivement l'Etat. L'UDC se bat contre cette redistribution hypocrite qui consiste, par le biais d'impôts écrasants, à tirer l'argent des poches des gens pour le leur ensuite redonner sous la forme d'aides sociales prétendument généreuses.

L'UDC combattra les hausses de la TVA adoptées par le Conseil fédéral et le parlement en faveur de l'AI et de l'AVS. Il serait trop facile que le pouvoir politique, après des années d'inaction, refuse d'assumer ses responsabilités et se contente de présenter la facture aux contribuables. L'UDC invite le conseiller fédéral Pascal Couchepin à étudier à fond les grands dossiers sociaux et à proposer des solutions bourgeoises à titre d'alternatives aux hausses d'impôt. Pour le scrutin fédéral du 18 mai, l'UDC recommande le rejet de toutes les initiatives populaires, et plus particulièrement de l'initiative-santé des socialistes qui est foncièrement antisociale. Ce projet provoquerait des hausses massives des impôts en période de crise économique, donc au plus mauvais moment, et accélérerait la détérioration de la situation. L'UDC s'engage à fond en faveur de son initiative pour la baisse des primes qui impose une réforme bourgeoise au secteur de la santé.

Berne, le 5 mai 2003