Articles dans
le temps
Non à l’extension des nocives mesures d’accompagnement
18.12.2015

Non à l’extension des nocives mesures d’accompagnement

Il est incompréhensible pour l’UDC que le Conseil fédéral ait pu, lors de sa dernière séance dans son ancienne composition de centre-gauche, décider d’étendre une nouvelle fois les "mesures d’accompagnement". Ces atteintes à la souplesse du marché du travail, cette bureaucratie foisonnante et ces contrôles omniprésents étouffent les entreprises, nuisent à l'économie et menacent l'emploi. 

Au lieu de contrôler enfin énergiquement l'immigration comme l'ont demandé les citoyennes et les citoyens, le Conseil fédéral continue de miser sur de nouvelles mesures d'accompagnement dans le cadre de la libre circulation des personnes. Les mesures d'accompagnement prises jusqu'ici ont déclenché une expansion massive de la bureaucratie et causé des dommages économiques considérables. Et voici que l'actuelle majorité de centre-gauche du Conseil fédéral qui encourage une nouvelle syndicalisation du marché du travail pour remplir les caisses des fonctionnaires. Cette politique est insensée. Il faudrait bien plus réduire les mesures d'accompagnement tout en gérant et en limitant l'immigration. Un marché du travail souple est un atout essentiel pour l'économie suisse et le meilleur garant de l'emploi. Il faudra que le nouveau Conseil fédéral revienne sur ces décisions indéfendables. 

 

18.12.2015

Non à l’extension des nocives mesures d’accompagnement

Il est incompréhensible pour l’UDC que le Conseil fédéral ait pu, lors de sa dernière séance dans son ancienne composition de centre-gauche, décider d’étendre une nouvelle fois les "mesures d’accompagnement". Ces atteintes à la souplesse du marché du travail, cette bureaucratie foisonnante et ces contrôles omniprésents étouffent les entreprises, nuisent à l'économie et menacent l'emploi. 

Au lieu de contrôler enfin énergiquement l'immigration comme l'ont demandé les citoyennes et les citoyens, le Conseil fédéral continue de miser sur de nouvelles mesures d'accompagnement dans le cadre de la libre circulation des personnes. Les mesures d'accompagnement prises jusqu'ici ont déclenché une expansion massive de la bureaucratie et causé des dommages économiques considérables. Et voici que l'actuelle majorité de centre-gauche du Conseil fédéral qui encourage une nouvelle syndicalisation du marché du travail pour remplir les caisses des fonctionnaires. Cette politique est insensée. Il faudrait bien plus réduire les mesures d'accompagnement tout en gérant et en limitant l'immigration. Un marché du travail souple est un atout essentiel pour l'économie suisse et le meilleur garant de l'emploi. Il faudra que le nouveau Conseil fédéral revienne sur ces décisions indéfendables.