Articles dans
le temps
Non aux constantes hausses des impôts
06.09.2006

Non aux constantes hausses des impôts

Par sa décision d'augmenter l'impôt sur le tabac, soit de 30 ct. par paquet de cigarettes, le Conseil fédéral fait une nouvelle tentative d'assainir par les impôts les finances fédérales dont on...

(UDC) Par sa décision d'augmenter l'impôt sur le tabac, soit de 30 ct. par paquet de cigarettes, le Conseil fédéral fait une nouvelle tentative d'assainir par les impôts les finances fédérales dont on connaît l'état désastreux. Ce nouvel alourdissement du fardeau fiscal sur le dos de l'économie et des citoyens menace l'emploi et, de surcroît, passe complètement à côté de l'objectif visé. Nous n'avons pas besoin d'une "compatibilité européenne" dans le domaine fiscal, mais nous avons un urgent besoin d'une baisse des impôts et de plus de discipline en matière de dépenses publiques!

L'imagination du Conseil fédéral quand il s'agit de soulager le portemonnaie des citoyens par de nouveaux impôts, taxes est redevances est véritablement sans borne. Sous le prétexte de la prévention du tabagisme, le Conseil fédéral augmente encore une fois les impôts sur le tabac. Il prétend viser une baisse de la consommation par cette mesure et dit espérer que le prix élevé dissuaderait les jeunes de commencer à fumer. La réalité est très différente, le gouvernement cherchant avant tout à procurer de nouvelles recettes fiscales à la caisse de l'Etat.

Avec cette nouvelle hausse de l'impôt, le prix des cigarettes de marque sera même plus élevé en Suisse que dans certains Etats voisins de l'UE. C'est dire qu'un nombre croissant de personnes se rendront dans les zones frontalières voisines pour acheter leurs cigarettes. L'économie suisse sera la grande perdante et des emplois seront supprimés.

Dans le cadre de la prochaine révision de la loi fédérale sur l'imposition du tabac, l'UDC se prononce catégoriquement contre une "structure fiscale compatible avec l'UE". Dans ce domaine comme dans d'autres, la Suisse doit mieux gérer ses affaires pour conserver ou se donner de meilleures conditions-cadres économiques que celles existant dans l'UE. Au lieu d'augmenter les impôts au niveau de l'UE, le Conseil fédéral serait mieux inspiré de reprendre enfin le contrôle des dépenses fédérales.

Berne, 6 septembre 2006

06.09.2006

Non aux constantes hausses des impôts

Par sa décision d'augmenter l'impôt sur le tabac, soit de 30 ct. par paquet de cigarettes, le Conseil fédéral fait une nouvelle tentative d'assainir par les impôts les finances fédérales dont on...

(UDC) Par sa décision d'augmenter l'impôt sur le tabac, soit de 30 ct. par paquet de cigarettes, le Conseil fédéral fait une nouvelle tentative d'assainir par les impôts les finances fédérales dont on connaît l'état désastreux. Ce nouvel alourdissement du fardeau fiscal sur le dos de l'économie et des citoyens menace l'emploi et, de surcroît, passe complètement à côté de l'objectif visé. Nous n'avons pas besoin d'une "compatibilité européenne" dans le domaine fiscal, mais nous avons un urgent besoin d'une baisse des impôts et de plus de discipline en matière de dépenses publiques!

L'imagination du Conseil fédéral quand il s'agit de soulager le portemonnaie des citoyens par de nouveaux impôts, taxes est redevances est véritablement sans borne. Sous le prétexte de la prévention du tabagisme, le Conseil fédéral augmente encore une fois les impôts sur le tabac. Il prétend viser une baisse de la consommation par cette mesure et dit espérer que le prix élevé dissuaderait les jeunes de commencer à fumer. La réalité est très différente, le gouvernement cherchant avant tout à procurer de nouvelles recettes fiscales à la caisse de l'Etat.

Avec cette nouvelle hausse de l'impôt, le prix des cigarettes de marque sera même plus élevé en Suisse que dans certains Etats voisins de l'UE. C'est dire qu'un nombre croissant de personnes se rendront dans les zones frontalières voisines pour acheter leurs cigarettes. L'économie suisse sera la grande perdante et des emplois seront supprimés.

Dans le cadre de la prochaine révision de la loi fédérale sur l'imposition du tabac, l'UDC se prononce catégoriquement contre une "structure fiscale compatible avec l'UE". Dans ce domaine comme dans d'autres, la Suisse doit mieux gérer ses affaires pour conserver ou se donner de meilleures conditions-cadres économiques que celles existant dans l'UE. Au lieu d'augmenter les impôts au niveau de l'UE, le Conseil fédéral serait mieux inspiré de reprendre enfin le contrôle des dépenses fédérales.

Berne, 6 septembre 2006