Articles dans
le temps
Oui à la concurrence
28.09.2014

Oui à la concurrence

L'UDC salue le nouveau et net refus de la caisse-maladie unique. Le peuple s'est ainsi prononcé pour les caisses-maladies privées, le libre choix des assurés et la concurrence. Les citoyennes et les citoyens ont clairement fait comprendre qu'ils ne souhaitaient pas que l'étatisation de la santé publique se poursuive.

L'UDC salue le nouveau et net refus de la caisse-maladie unique. Le peuple s'est ainsi prononcé pour les caisses-maladies privées, le libre choix des assurés et la concurrence. Les citoyennes et les citoyens ont clairement fait comprendre qu'ils ne souhaitaient pas que l'étatisation de la santé publique se poursuive.

Le peuple a clairement rejeté l'idée d'une caisse-maladie unique, empêchant ainsi une baisse de la qualité de la santé publique suisse et une augmentation de l'arbitraire d'Etat. Il ne s'est pas laissé tromper par des promesses fallacieuses reposant sur des rêves socialistes. En disant non à cette initiative, le souverain s'est prononcé pour la concurrence entre caisses-maladie, témoignant par la même occasion de sa confiance dans des solutions libérales et refusant un interventionnisme supplémentaire de l'Etat.

L'UDC regrette le refus de l'initiative de la gastronomie. Il semble que les incertitudes sciemment provoquées par le département des finances et les adversaires de l'initiative concernant l'application de celle-ci aient eu les effets souhaités. Une fois de plus, le Département fédéral des finances s'est livré à une basse manœuvre de chantage contre les citoyennes et les citoyens en affirmant, alors que c'est faux, qu'une acceptation de l'initiative entraînerait quasi inévitablement une augmentation du taux de TVA réduit sur les produits alimentaires. Ainsi, l'imposition excessive des clients des restaurants reste en place. Avec la décision d’aujourd’hui il est également clair qu’un taux uniforme de TVA n’est plus à l’ordre du jour.

 

28.09.2014

Oui à la concurrence

L'UDC salue le nouveau et net refus de la caisse-maladie unique. Le peuple s'est ainsi prononcé pour les caisses-maladies privées, le libre choix des assurés et la concurrence. Les citoyennes et les citoyens ont clairement fait comprendre qu'ils ne souhaitaient pas que l'étatisation de la santé publique se poursuive.

L'UDC salue le nouveau et net refus de la caisse-maladie unique. Le peuple s'est ainsi prononcé pour les caisses-maladies privées, le libre choix des assurés et la concurrence. Les citoyennes et les citoyens ont clairement fait comprendre qu'ils ne souhaitaient pas que l'étatisation de la santé publique se poursuive.

Le peuple a clairement rejeté l'idée d'une caisse-maladie unique, empêchant ainsi une baisse de la qualité de la santé publique suisse et une augmentation de l'arbitraire d'Etat. Il ne s'est pas laissé tromper par des promesses fallacieuses reposant sur des rêves socialistes. En disant non à cette initiative, le souverain s'est prononcé pour la concurrence entre caisses-maladie, témoignant par la même occasion de sa confiance dans des solutions libérales et refusant un interventionnisme supplémentaire de l'Etat.

L'UDC regrette le refus de l'initiative de la gastronomie. Il semble que les incertitudes sciemment provoquées par le département des finances et les adversaires de l'initiative concernant l'application de celle-ci aient eu les effets souhaités. Une fois de plus, le Département fédéral des finances s'est livré à une basse manœuvre de chantage contre les citoyennes et les citoyens en affirmant, alors que c'est faux, qu'une acceptation de l'initiative entraînerait quasi inévitablement une augmentation du taux de TVA réduit sur les produits alimentaires. Ainsi, l'imposition excessive des clients des restaurants reste en place. Avec la décision d’aujourd’hui il est également clair qu’un taux uniforme de TVA n’est plus à l’ordre du jour.