Articles dans
le temps
Oui à l'immigration de l'est égale non à l'adhésion à l'UE
25.09.2005

Oui à l'immigration de l'est égale non à l'adhésion à l'UE

Les citoyennes et citoyens ont approuvé l'extension de la libre circulation des personnes aux dix nouveaux Etats membres de l'UE. L'UDC regrette cette issue d'une campagne de votation que les...

(UDC) Les citoyennes et citoyens ont approuvé l'extension de la libre circulation des personnes aux dix nouveaux Etats membres de l'UE. L'UDC regrette cette issue d'une campagne de votation que les partisans de ce projet ont dominé par une propagande massive à coup de millions de francs et de demi-vérités, voire de contre-vérités. La forte proportion de votes négatifs exprime cependant la profonde inquiétude du peuple suisse pour sa propre économie, son marché du travail et ses œuvres sociales. L'UDC demande aux partisans du projet de tenir leur promesse et, partant, de retirer la demande d'adhésion à l'UE.

Les tenants de l'extension de la libre circulation des personnes, soit en particulier le Conseil fédéral, le PRD, le PDC, le PS ainsi que les associations patronales et les syndicats portent dès à présent une lourde responsabilité. L'UDC les mesurera l'aune du développement du chômage, des assurances sociales et du niveau salarial en vue des prochaines élections fédérales. Quant au législateur, il doit maintenant combattre rigoureusement les éventuels abus, le dumping salarial et le tourisme social tout en maintenant à un niveau minimal les interventions bureaucratiques générées par les mesures d'accompagnement.


Bien que l'UDC ait perdu cette votation, sa politique européenne a néanmoins été confirmée ce dimanche parce que la voie exclusivement bilatérale repose aujourd'hui sur une majorité, ce qui n'était pas pensable il y a encore quelques années. Le oui du peuple est aussi un vote contre l'adhésion à l'UE et pour une voie bilatérale qui ne conduit pas la Suisse dans l'UE. L'UDC attend du Conseil fédéral et du parlement une politique extérieure et européenne qui s'engage sur cette voie bilatérale et non pas une politique qui vise constamment à pousser la Suisse dans l'UE.

L'UDC demande donc au Conseil fédéral et aux autres partis gouvernementaux de déclarer publiquement et sans ambages que l'adhésion à l'UE n'est pas un objectif après le résultat de cette votation. Par conséquent, la demande d'adhésion à l'UE doit être retirée immédiatement.

Berne, le 25 septembre 2005

25.09.2005

Oui à l'immigration de l'est égale non à l'adhésion à l'UE

Les citoyennes et citoyens ont approuvé l'extension de la libre circulation des personnes aux dix nouveaux Etats membres de l'UE. L'UDC regrette cette issue d'une campagne de votation que les...

(UDC) Les citoyennes et citoyens ont approuvé l'extension de la libre circulation des personnes aux dix nouveaux Etats membres de l'UE. L'UDC regrette cette issue d'une campagne de votation que les partisans de ce projet ont dominé par une propagande massive à coup de millions de francs et de demi-vérités, voire de contre-vérités. La forte proportion de votes négatifs exprime cependant la profonde inquiétude du peuple suisse pour sa propre économie, son marché du travail et ses œuvres sociales. L'UDC demande aux partisans du projet de tenir leur promesse et, partant, de retirer la demande d'adhésion à l'UE.

Les tenants de l'extension de la libre circulation des personnes, soit en particulier le Conseil fédéral, le PRD, le PDC, le PS ainsi que les associations patronales et les syndicats portent dès à présent une lourde responsabilité. L'UDC les mesurera l'aune du développement du chômage, des assurances sociales et du niveau salarial en vue des prochaines élections fédérales. Quant au législateur, il doit maintenant combattre rigoureusement les éventuels abus, le dumping salarial et le tourisme social tout en maintenant à un niveau minimal les interventions bureaucratiques générées par les mesures d'accompagnement.


Bien que l'UDC ait perdu cette votation, sa politique européenne a néanmoins été confirmée ce dimanche parce que la voie exclusivement bilatérale repose aujourd'hui sur une majorité, ce qui n'était pas pensable il y a encore quelques années. Le oui du peuple est aussi un vote contre l'adhésion à l'UE et pour une voie bilatérale qui ne conduit pas la Suisse dans l'UE. L'UDC attend du Conseil fédéral et du parlement une politique extérieure et européenne qui s'engage sur cette voie bilatérale et non pas une politique qui vise constamment à pousser la Suisse dans l'UE.

L'UDC demande donc au Conseil fédéral et aux autres partis gouvernementaux de déclarer publiquement et sans ambages que l'adhésion à l'UE n'est pas un objectif après le résultat de cette votation. Par conséquent, la demande d'adhésion à l'UE doit être retirée immédiatement.

Berne, le 25 septembre 2005