Articles dans
le temps
OUI à l'initiative sur le renvoi, NON au contreprojet
27.08.2010

OUI à l'initiative sur le renvoi, NON au contreprojet

C'est un comité central unanime de l'UDC qui recommande à l'assemblée des délégués de demain de voter OUI à l'initiative sur le renvoi et NON au contreprojet d'obstruction. Le Comité central a...

C'est un comité central unanime de l'UDC qui recommande à l'assemblée des délégués de demain de voter OUI à l'initiative sur le renvoi et NON au contreprojet d'obstruction. Le Comité central a aussi examiné l'initiative fiscale du Parti socialiste qui sera mise au vote le 28 novembre 2010: il rejette à l'unanimité cette proposition de la gauche qui se traduirait par une hausse des impôts. Le conseiller fédéral Ueli Maurer a en outre informé le Comité central sur la situation régnant au sein du DDPS ainsi que sur l'état de la défense nationale.

Le Comité central demande à l'unanimité aux délégués UDC réunis demain de recommander au peuple suisse de voter OUI à l'initiative sur le renvoi et NON au contreprojet d'obstruction du Parlement. Nombre de Suissesses et de Suisses ne se sentent plus en sécurité dans leur propre pays. C'est pour cette raison que l'UDC a lancé son initiative pour le renvoi des étrangers criminels, ladite initiative sur le renvoi. Le souverain se prononcera le 28 novembre prochain. Ce nouvel article constitutionnel clarifie la situation juridique et renforce la sécurité intérieure. Les étrangers criminels seront systématiquement expulsés et frappes d'une interdiction d'entrer en Suisse d'au moins cinq ans.

Le Comité central rejette cependant le contreprojet qui multiplie les obstacles judiciaires et bureaucratiques empêchant un renvoi. Les expulsions ne seraient plus guère prononcées ou alors empêchées des années durant par des recours en justice. On connaît bien cette situation dans le domaine de l'asile. Les onéreuses mesures d'intégration que le contreprojet veut ancrer dans la Constitution ont également suscité une vive opposition au sein du Comité central de l'UDC.

Quant à l'initiative fiscale du PS, elle est non seulement nocive, mais viole de surcroît la souveraineté fiscale des cantons. En cas d'acceptation de l'initiative, les cantons et les communes, donc les citoyens, ne pourraient plus décider indépendamment du niveau fiscal dans leur collectivité. Nombre de cantons seraient contraints d'augmenter leurs impôts sur le revenu et la fortune. Le Comité central UDC unanime recommande à l'assemblée des délégués de demain de refuser également ce projet.

27.08.2010

OUI à l'initiative sur le renvoi, NON au contreprojet

C'est un comité central unanime de l'UDC qui recommande à l'assemblée des délégués de demain de voter OUI à l'initiative sur le renvoi et NON au contreprojet d'obstruction. Le Comité central a...

C'est un comité central unanime de l'UDC qui recommande à l'assemblée des délégués de demain de voter OUI à l'initiative sur le renvoi et NON au contreprojet d'obstruction. Le Comité central a aussi examiné l'initiative fiscale du Parti socialiste qui sera mise au vote le 28 novembre 2010: il rejette à l'unanimité cette proposition de la gauche qui se traduirait par une hausse des impôts. Le conseiller fédéral Ueli Maurer a en outre informé le Comité central sur la situation régnant au sein du DDPS ainsi que sur l'état de la défense nationale.

Le Comité central demande à l'unanimité aux délégués UDC réunis demain de recommander au peuple suisse de voter OUI à l'initiative sur le renvoi et NON au contreprojet d'obstruction du Parlement. Nombre de Suissesses et de Suisses ne se sentent plus en sécurité dans leur propre pays. C'est pour cette raison que l'UDC a lancé son initiative pour le renvoi des étrangers criminels, ladite initiative sur le renvoi. Le souverain se prononcera le 28 novembre prochain. Ce nouvel article constitutionnel clarifie la situation juridique et renforce la sécurité intérieure. Les étrangers criminels seront systématiquement expulsés et frappes d'une interdiction d'entrer en Suisse d'au moins cinq ans.

Le Comité central rejette cependant le contreprojet qui multiplie les obstacles judiciaires et bureaucratiques empêchant un renvoi. Les expulsions ne seraient plus guère prononcées ou alors empêchées des années durant par des recours en justice. On connaît bien cette situation dans le domaine de l'asile. Les onéreuses mesures d'intégration que le contreprojet veut ancrer dans la Constitution ont également suscité une vive opposition au sein du Comité central de l'UDC.

Quant à l'initiative fiscale du PS, elle est non seulement nocive, mais viole de surcroît la souveraineté fiscale des cantons. En cas d'acceptation de l'initiative, les cantons et les communes, donc les citoyens, ne pourraient plus décider indépendamment du niveau fiscal dans leur collectivité. Nombre de cantons seraient contraints d'augmenter leurs impôts sur le revenu et la fortune. Le Comité central UDC unanime recommande à l'assemblée des délégués de demain de refuser également ce projet.