Articles dans
le temps
PDC et PLR - les fossoyeurs de l'agriculture suisse
23.02.2011

PDC et PLR - les fossoyeurs de l'agriculture suisse

Les conseillers aux Etats des partis du centre ont une fois de plus montré leur vrai visage hier. La commission économique de la Petite Chambre a en effet rejeté massivement la motion Aebi "Pour un...

Les conseillers aux Etats des partis du centre ont une fois de plus montré leur vrai visage hier. La commission économique de la Petite Chambre a en effet rejeté massivement la motion Aebi "Pour un modèle de régulation permettant d'adapter les quantités de lait aux besoins du marché". Cette motion permettrait de réaliser des corrections dont le marché du lait a un urgent besoin.

Le Conseil national avait approuvé et transmise au Conseil des Etats l'automne dernier la motion Aebi qui réclame une régulation de droit privé des quantités de lait produites. Ce projet permet de mieux adapter la production laitière à la demande. Voilà la seule manière de corriger la situation catastrophique qui règne sur le marché suisse du lait. Par sa décision d'hier, la commission économique du Conseil des Etats aggrave encore les conditions de vie des paysannes et paysans suisses. La faute en incombe comme d'habitude au PDC et au PLR qui disposent d'une confortable majorité absolue à la Petite Chambre. Ces mêmes milieux sont responsables de la baisse de qualité des denrées alimentaires que les consommateurs suisses subissent à la suite de l'adoption du principe du Cassis-de-Djon. Mais ce n'est pas tout: le PLR et le PDC entendent également pousser la Suisse dans un accord de libre-échange agricole avec l'UE, donnant ainsi le coup de grâce à l'agriculture helvétique. L'UDC se bat avec détermination contre cette politique destructrice des partis du centre. Elle s'engage pour une agriculture diverse et multifonctionnelle.

L'UDC invite le plénum du Conseil des Etats à corriger la décision scandaleuse de sa commission économique. La motion de cette dernière n'offre pas une alternative valable par rapport à la motion Aebi. Elle n'apporte aucune solution aux problèmes actuels.

23.02.2011

PDC et PLR - les fossoyeurs de l'agriculture suisse

Les conseillers aux Etats des partis du centre ont une fois de plus montré leur vrai visage hier. La commission économique de la Petite Chambre a en effet rejeté massivement la motion Aebi "Pour un...

Les conseillers aux Etats des partis du centre ont une fois de plus montré leur vrai visage hier. La commission économique de la Petite Chambre a en effet rejeté massivement la motion Aebi "Pour un modèle de régulation permettant d'adapter les quantités de lait aux besoins du marché". Cette motion permettrait de réaliser des corrections dont le marché du lait a un urgent besoin.

Le Conseil national avait approuvé et transmise au Conseil des Etats l'automne dernier la motion Aebi qui réclame une régulation de droit privé des quantités de lait produites. Ce projet permet de mieux adapter la production laitière à la demande. Voilà la seule manière de corriger la situation catastrophique qui règne sur le marché suisse du lait. Par sa décision d'hier, la commission économique du Conseil des Etats aggrave encore les conditions de vie des paysannes et paysans suisses. La faute en incombe comme d'habitude au PDC et au PLR qui disposent d'une confortable majorité absolue à la Petite Chambre. Ces mêmes milieux sont responsables de la baisse de qualité des denrées alimentaires que les consommateurs suisses subissent à la suite de l'adoption du principe du Cassis-de-Djon. Mais ce n'est pas tout: le PLR et le PDC entendent également pousser la Suisse dans un accord de libre-échange agricole avec l'UE, donnant ainsi le coup de grâce à l'agriculture helvétique. L'UDC se bat avec détermination contre cette politique destructrice des partis du centre. Elle s'engage pour une agriculture diverse et multifonctionnelle.

L'UDC invite le plénum du Conseil des Etats à corriger la décision scandaleuse de sa commission économique. La motion de cette dernière n'offre pas une alternative valable par rapport à la motion Aebi. Elle n'apporte aucune solution aux problèmes actuels.