Articles dans
le temps
Peut-on acheter le résultat d'une votation?
25.08.2005

Peut-on acheter le résultat d'une votation?

La votation sur la libre circulation des personnes en provenance de l'est aura lieu dans un mois. Manifestement nerveux, les partisans de ce projet dépensent des millions pour une campagne de...

COMMUNIQUÉ
du Comité Suisse pour les employs surs et des assurances sociales saines


La votation sur la libre circulation des personnes en provenance de l'est aura lieu dans un mois. Manifestement nerveux, les partisans de ce projet dépensent des millions pour une campagne de propagande d'une ampleur jamais vue. Leur argumentation manque de substance et se compose essentiellement de paroles lénifiantes et rassurantes. Par contre, ces milieux bénéficient du soutien manipulateur de l'administration et de diverses alliances pour le moins malsaines. Le peuple ne se laissera pas leurrer par ces agissements et il saura enterrer se contrat foncièrement mauvais pour la Suisse.

La manipulation des citoyens par l'autorité a commencé au moment où le Conseil fédéral a décidé de séparer les deux projets Schengen et libre circulation des personnes. Puis, l'administration s'est mise à publier de manière ciblée des chiffres statistiques pour tenter de rassurer la population. Cela n'empêche que les partisans de l'immigration de l'est sont de plus en plus nerveux. Ils lancent de fausses affirmations et essaient par tous les moyens d'acheter l'aval des citoyens. Des syndicalistes se font payer leur campagne par les employeurs. Les partis politiques se font payer leurs stands dans les rues et leurs lettres de lecteurs par economiesuisse qui a touché des millions pour financer sa campagne de propagande. Mais où est resté la crédibilité politique dans cette affaire? Et à quoi pensent donc les responsables des organisations économiques en pré-finançant ainsi la campagne électorale de politiciens de gauche parfaitement hostiles à l'économie?

De l'autre côté, les comités contre l'extension de la libre circulation des personnes se battent sans moyen, mais avec d'autant plus de conviction et de bons arguments. L'extension de la libre circulation à l'est aggravera tous les problèmes que la Suisse connaît aujourd'hui déjà - le chômage, la baisse des salaires, la criminalité et l'exploitation abusive du système social. Les partisans s'efforcent bien entendu de dissimuler ces effets nocifs. Malgré leur budget de propagande de plusieurs dizaines de millions de francs, les syndicats et economiesuisse doivent se contenter de minimiser les inconvénients de leur projet, soit en particulier la lourde bureaucratie qu'il va engendrer, les nouvelles lois et réglementations restrictives pour les entreprises, les frais administratifs supplémentaires et la pression sur les salaires. Ils ont par contre du mal à parler des avantages de cet accord qui n'en a manifestement pas.

En refusant l'extension de la libre circulation à l'est le 25 septembre prochain, nous sauvegardons notre marge de manœuvre et nous ouvrons la voie à des réglementations qui permettront de faire venir en Suisse via des contingents la main-d'œuvre dont notre pays a réellement besoin. Par contre, le libre commerce continuera de se développer, également avec les nouveaux membres de l'UE. Voilà pourquoi il faut dire NON à l'extension de la libre circulation à l'est - malgré le rouleau-compresseur de la propagande qui nous écrase.

Berne, 25 août 2005

25.08.2005

Peut-on acheter le résultat d'une votation?

La votation sur la libre circulation des personnes en provenance de l'est aura lieu dans un mois. Manifestement nerveux, les partisans de ce projet dépensent des millions pour une campagne de...

COMMUNIQUÉ
du Comité Suisse pour les employs surs et des assurances sociales saines


La votation sur la libre circulation des personnes en provenance de l'est aura lieu dans un mois. Manifestement nerveux, les partisans de ce projet dépensent des millions pour une campagne de propagande d'une ampleur jamais vue. Leur argumentation manque de substance et se compose essentiellement de paroles lénifiantes et rassurantes. Par contre, ces milieux bénéficient du soutien manipulateur de l'administration et de diverses alliances pour le moins malsaines. Le peuple ne se laissera pas leurrer par ces agissements et il saura enterrer se contrat foncièrement mauvais pour la Suisse.

La manipulation des citoyens par l'autorité a commencé au moment où le Conseil fédéral a décidé de séparer les deux projets Schengen et libre circulation des personnes. Puis, l'administration s'est mise à publier de manière ciblée des chiffres statistiques pour tenter de rassurer la population. Cela n'empêche que les partisans de l'immigration de l'est sont de plus en plus nerveux. Ils lancent de fausses affirmations et essaient par tous les moyens d'acheter l'aval des citoyens. Des syndicalistes se font payer leur campagne par les employeurs. Les partis politiques se font payer leurs stands dans les rues et leurs lettres de lecteurs par economiesuisse qui a touché des millions pour financer sa campagne de propagande. Mais où est resté la crédibilité politique dans cette affaire? Et à quoi pensent donc les responsables des organisations économiques en pré-finançant ainsi la campagne électorale de politiciens de gauche parfaitement hostiles à l'économie?

De l'autre côté, les comités contre l'extension de la libre circulation des personnes se battent sans moyen, mais avec d'autant plus de conviction et de bons arguments. L'extension de la libre circulation à l'est aggravera tous les problèmes que la Suisse connaît aujourd'hui déjà - le chômage, la baisse des salaires, la criminalité et l'exploitation abusive du système social. Les partisans s'efforcent bien entendu de dissimuler ces effets nocifs. Malgré leur budget de propagande de plusieurs dizaines de millions de francs, les syndicats et economiesuisse doivent se contenter de minimiser les inconvénients de leur projet, soit en particulier la lourde bureaucratie qu'il va engendrer, les nouvelles lois et réglementations restrictives pour les entreprises, les frais administratifs supplémentaires et la pression sur les salaires. Ils ont par contre du mal à parler des avantages de cet accord qui n'en a manifestement pas.

En refusant l'extension de la libre circulation à l'est le 25 septembre prochain, nous sauvegardons notre marge de manœuvre et nous ouvrons la voie à des réglementations qui permettront de faire venir en Suisse via des contingents la main-d'œuvre dont notre pays a réellement besoin. Par contre, le libre commerce continuera de se développer, également avec les nouveaux membres de l'UE. Voilà pourquoi il faut dire NON à l'extension de la libre circulation à l'est - malgré le rouleau-compresseur de la propagande qui nous écrase.

Berne, 25 août 2005