Articles dans
le temps
Plus de pitié pour les chauffards, les assassins et les violeurs
14.11.2008

Plus de pitié pour les chauffards, les assassins et les violeurs

Trois chauffards étrangers se sont livrée une course automobile le week-end dernier dans un brouillard dense. Résultat: une jeune Suissesse innocente est morte sur les lieux de l'accident...

(UDC) Trois chauffards étrangers se sont livrée une course automobile le week-end dernier dans un brouillard dense. Résultat: une jeune Suissesse innocente est morte sur les lieux de l'accident. Cette personne était aussi la victime du nouveau droit pénal qui permet à de nombreux chauffards de s'en tirer avec des peines pécuniaires assorties du sursis. L'UDC exige un durcissement des sanc-tions pénales. Elle déposera des interventions parlementaires dans ce sens du-rant la prochaine session d'hiver.


Conséquence de ces accidents tragiques, mais aussi de l'augmentation générale de la délinquance en Suisse: le droit pénal doit être massivement durci. C'est plus utile qu'une sur-réglementation du trafic routier qui criminalise d'emblée tous les usagers de la route. Compte tenu du fait qu'aujourd'hui la majorité des crimes violents sont commis par des étrangers, l'UDC a précisément lancé l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers qui a rencontré un vif succès. Parallèlement, un autre grand chantier législatif doit être ou-vert: la réforme du droit pénal. La récente révision de ce droit est un échec complet, si bien qu'il faut remettre l'ouvrage sur le métier.

Les nouvelles peines pécuniaires en lieu et place des peines privatives de liberté jusqu'à six mois n'ont aucun effet dissuasif. C'est se moquer des victimes! Selon le revenu du délinquant, une peine pécuniaire pour un délit de gravité moyenne (par exemple, pour les chauffards, pour les auteurs de contraintes, etc.) peut se monter à de ridicules 100 francs. Détail particulièrement choquant, cette peine peut même être assortie du sursis. En clair: non seulement la peine est ridicule, mais en plus elle ne doit même pas être payée.

Les criminels profitent non seulement d'un droit trop tendre, mais fréquemment aussi d'une complaisance inadmissible de la part des juges. Un conducteur qui a provoqué il y a quelque temps un accident dans lequel une jeune fille de quinze ans été tuée n'a pas fait un seul jour de prison. Un homme qui a abusé sexuellement d'une jeune femme ne doit s'attendre qu'à une peine pécuniaire avec sursis parce que c'est sa première condamnation. Idem pour les trois chauffards assassins étrangers de samedi dernier: ils sont déjà en liberté et en ont profité pour organiser un spectacle médiatique dans le cou-rant duquel ils se sont moqués de leur victime. Ils ne risquent pas une peine sévère et ont même de bonnes chances de s'en sortir avec une peine pécuniaire avec sursis.

L'UDC veut protéger la population contre les chauffards, les assassins et les violeurs. Durant la prochaine session parlementaire, le groupe UDC déposera donc les propositions suivantes:

  1. réintroduire les peines privatives de liberté avec ou sans sursis égale-ment pour des durées de moins de six mois;
  2. supprimer les peines pécuniaires et réintroduire les amendes pour les dé-lits et les crimes selon l'ancien droit;
  3. le travail d'intérêt général doit toujours être prononcé sans sursis; il doit être imposé même si le délinquant n'est pas d'accord;
  4. réintroduire l'expulsion des étrangers du territoire suisse comme sanc-tion pénale.

Berne, 14 novembre 2008

14.11.2008

Plus de pitié pour les chauffards, les assassins et les violeurs

Trois chauffards étrangers se sont livrée une course automobile le week-end dernier dans un brouillard dense. Résultat: une jeune Suissesse innocente est morte sur les lieux de l'accident...

(UDC) Trois chauffards étrangers se sont livrée une course automobile le week-end dernier dans un brouillard dense. Résultat: une jeune Suissesse innocente est morte sur les lieux de l'accident. Cette personne était aussi la victime du nouveau droit pénal qui permet à de nombreux chauffards de s'en tirer avec des peines pécuniaires assorties du sursis. L'UDC exige un durcissement des sanc-tions pénales. Elle déposera des interventions parlementaires dans ce sens du-rant la prochaine session d'hiver.


Conséquence de ces accidents tragiques, mais aussi de l'augmentation générale de la délinquance en Suisse: le droit pénal doit être massivement durci. C'est plus utile qu'une sur-réglementation du trafic routier qui criminalise d'emblée tous les usagers de la route. Compte tenu du fait qu'aujourd'hui la majorité des crimes violents sont commis par des étrangers, l'UDC a précisément lancé l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers qui a rencontré un vif succès. Parallèlement, un autre grand chantier législatif doit être ou-vert: la réforme du droit pénal. La récente révision de ce droit est un échec complet, si bien qu'il faut remettre l'ouvrage sur le métier.

Les nouvelles peines pécuniaires en lieu et place des peines privatives de liberté jusqu'à six mois n'ont aucun effet dissuasif. C'est se moquer des victimes! Selon le revenu du délinquant, une peine pécuniaire pour un délit de gravité moyenne (par exemple, pour les chauffards, pour les auteurs de contraintes, etc.) peut se monter à de ridicules 100 francs. Détail particulièrement choquant, cette peine peut même être assortie du sursis. En clair: non seulement la peine est ridicule, mais en plus elle ne doit même pas être payée.

Les criminels profitent non seulement d'un droit trop tendre, mais fréquemment aussi d'une complaisance inadmissible de la part des juges. Un conducteur qui a provoqué il y a quelque temps un accident dans lequel une jeune fille de quinze ans été tuée n'a pas fait un seul jour de prison. Un homme qui a abusé sexuellement d'une jeune femme ne doit s'attendre qu'à une peine pécuniaire avec sursis parce que c'est sa première condamnation. Idem pour les trois chauffards assassins étrangers de samedi dernier: ils sont déjà en liberté et en ont profité pour organiser un spectacle médiatique dans le cou-rant duquel ils se sont moqués de leur victime. Ils ne risquent pas une peine sévère et ont même de bonnes chances de s'en sortir avec une peine pécuniaire avec sursis.

L'UDC veut protéger la population contre les chauffards, les assassins et les violeurs. Durant la prochaine session parlementaire, le groupe UDC déposera donc les propositions suivantes:

  1. réintroduire les peines privatives de liberté avec ou sans sursis égale-ment pour des durées de moins de six mois;
  2. supprimer les peines pécuniaires et réintroduire les amendes pour les dé-lits et les crimes selon l'ancien droit;
  3. le travail d'intérêt général doit toujours être prononcé sans sursis; il doit être imposé même si le délinquant n'est pas d'accord;
  4. réintroduire l'expulsion des étrangers du territoire suisse comme sanc-tion pénale.

Berne, 14 novembre 2008