Articles dans
le temps
Politique d'asile et des étrangers: il est temps d'agir - l'UDC demande une session extraordinaire
01.12.2009

Politique d'asile et des étrangers: il est temps d'agir - l'UDC demande une session extraordinaire

Le groupe UDC a analysé aujourd'hui les résultats des votations du weekend dernier. La nette acceptation de l'initiative sur les minarets illustre le malaise que ressentent les Suissesses et les...

Le groupe UDC a analysé aujourd'hui les résultats des votations du weekend dernier. La nette acceptation de l'initiative sur les minarets illustre le malaise que ressentent les Suissesses et les Suisses face à la politique d'asile et des étrangers du Conseil fédéral. Ce dernier n'a manifestement plus la confiance du peuple. Il est urgent de prendre des mesures sévères contre les étrangers criminels et de corriger les négligences qui se multiplient en politique d'asile. Le gouvernement doit aussi se ménager rapidement une plus grande marge de manœuvre pour limiter l'immigration. L'UDC demande donc à l'unanimité la tenue d'une session extraordinaire sur la thématique de l'asile, des étrangers et de la migration. Son groupe déposera une intervention dans ce sens au Parlement. L'UDC confirme également son exigence de résilier et de renégocier l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE. Le Conseil des Etats est invité à accepter durant la session en cours l'initiative UDC sur le renvoi des étrangers criminels. Ce projet doit être rapidement soumis au peuple.

Les Suissesses et les Suisses en ont plus qu'assez de l'inaction en politique d'asile et des étrangers. Le Conseil fédéral et le Parlement ont reçu le weekend dernier la juste récompense pour leur passivité. Le peuple veut que la politique s'attaque enfin sérieusement aux problèmes qui marquent le domaine de l'asile et des étrangers. Il est urgent d'agir contre l'explosion des dépenses et du nombre de cas pendants en matière d'asile. Les citoyennes et les citoyens attendent également une intervention rigoureuse contre les étrangers criminels. Durant cette session parlementaire, le Conseil des Etats aura l'occasion de répondre à cette volonté du peuple en acceptant l'initiative UDC pour le renvoi des étrangers criminels. Ce projet doit être rapidement soumis au peuple afin de débarrasser le pays de ces hôtes indésirables. Il faut en outre que la Suisse retrouve sa capacité d'agir dans le domaine de la migration. L'immigration incontrôlée peut être stoppée moyennant une adaptation de l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE. Ce traité doit donc être résilié et renégocié. L'UDC demande l'ouverture rapide d'une session extraordinaire sur la thématique de l'asile, des étrangers et de la migration. Elle a décidé de déposer une intervention dans ce sens.

Prendre au sérieux les droits du peuple
L'UDC est choquée par les réactions de la classe politique suisse et étrangère après le verdict clair et net du peuple suisse le 29 novembre dernier. Il va de soi pour l'UDC que cette décision du peuple doit être appliquée sans réserve. Il est hors de question que le doute soit jeté sur le résultat d'une votation populaire en se référant à des traités internationaux, voir que des tribunaux puissent l'annuler. Si nécessaire, il faudra résilier la Convention européenne des droits de l'homme, puis la signer une nouvelle fois en faisant une réserve à propos des minarets.

01.12.2009

Politique d'asile et des étrangers: il est temps d'agir - l'UDC demande une session extraordinaire

Le groupe UDC a analysé aujourd'hui les résultats des votations du weekend dernier. La nette acceptation de l'initiative sur les minarets illustre le malaise que ressentent les Suissesses et les...

Le groupe UDC a analysé aujourd'hui les résultats des votations du weekend dernier. La nette acceptation de l'initiative sur les minarets illustre le malaise que ressentent les Suissesses et les Suisses face à la politique d'asile et des étrangers du Conseil fédéral. Ce dernier n'a manifestement plus la confiance du peuple. Il est urgent de prendre des mesures sévères contre les étrangers criminels et de corriger les négligences qui se multiplient en politique d'asile. Le gouvernement doit aussi se ménager rapidement une plus grande marge de manœuvre pour limiter l'immigration. L'UDC demande donc à l'unanimité la tenue d'une session extraordinaire sur la thématique de l'asile, des étrangers et de la migration. Son groupe déposera une intervention dans ce sens au Parlement. L'UDC confirme également son exigence de résilier et de renégocier l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE. Le Conseil des Etats est invité à accepter durant la session en cours l'initiative UDC sur le renvoi des étrangers criminels. Ce projet doit être rapidement soumis au peuple.

Les Suissesses et les Suisses en ont plus qu'assez de l'inaction en politique d'asile et des étrangers. Le Conseil fédéral et le Parlement ont reçu le weekend dernier la juste récompense pour leur passivité. Le peuple veut que la politique s'attaque enfin sérieusement aux problèmes qui marquent le domaine de l'asile et des étrangers. Il est urgent d'agir contre l'explosion des dépenses et du nombre de cas pendants en matière d'asile. Les citoyennes et les citoyens attendent également une intervention rigoureuse contre les étrangers criminels. Durant cette session parlementaire, le Conseil des Etats aura l'occasion de répondre à cette volonté du peuple en acceptant l'initiative UDC pour le renvoi des étrangers criminels. Ce projet doit être rapidement soumis au peuple afin de débarrasser le pays de ces hôtes indésirables. Il faut en outre que la Suisse retrouve sa capacité d'agir dans le domaine de la migration. L'immigration incontrôlée peut être stoppée moyennant une adaptation de l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE. Ce traité doit donc être résilié et renégocié. L'UDC demande l'ouverture rapide d'une session extraordinaire sur la thématique de l'asile, des étrangers et de la migration. Elle a décidé de déposer une intervention dans ce sens.

Prendre au sérieux les droits du peuple
L'UDC est choquée par les réactions de la classe politique suisse et étrangère après le verdict clair et net du peuple suisse le 29 novembre dernier. Il va de soi pour l'UDC que cette décision du peuple doit être appliquée sans réserve. Il est hors de question que le doute soit jeté sur le résultat d'une votation populaire en se référant à des traités internationaux, voir que des tribunaux puissent l'annuler. Si nécessaire, il faudra résilier la Convention européenne des droits de l'homme, puis la signer une nouvelle fois en faisant une réserve à propos des minarets.