Articles dans
le temps
Politique européenne: il ne s'agit plus que de questions institutionnelles
08.02.2011

Politique européenne: il ne s'agit plus que de questions institutionnelles

La brève conférence de presse de la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, et du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, cet après-midi à Bruxelles ne laisse...

La brève conférence de presse de la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, et du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, cet après-midi à Bruxelles ne laisse planer aucun doute: les discussions en cours entre la Suisse et l'UE portent exclusivement sur des questions institutionnelles, donc sur le cadre global dans lequel la Suisse devra reprendre le droit UE. José Manuel Barroso l'a dit clairement et Micheline Calmy-Rey ne l'a pas contredit. Il n'était même plus question de dossiers concrets cet après-midi à Bruxelles devant les médias. Il n'est finalement pas important de savoir si les entretiens qui vont suivre déboucheront sur un accord-cadre avec l'UE ou sur d'autres mécanismes de reprise dynamique du droit UE par la Suisse. De toute manière, la Suisse y perdra encore plus de sa souveraineté. L'UDC ne l'acceptera jamais. Elle continuera de se battre pour une Suisse indépendante et souveraine. Quant au Conseil fédéral, il s'est laissé une fois de plus leurrer aujourd'hui à Bruxelles.

08.02.2011

Politique européenne: il ne s'agit plus que de questions institutionnelles

La brève conférence de presse de la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, et du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, cet après-midi à Bruxelles ne laisse...

La brève conférence de presse de la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, et du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, cet après-midi à Bruxelles ne laisse planer aucun doute: les discussions en cours entre la Suisse et l'UE portent exclusivement sur des questions institutionnelles, donc sur le cadre global dans lequel la Suisse devra reprendre le droit UE. José Manuel Barroso l'a dit clairement et Micheline Calmy-Rey ne l'a pas contredit. Il n'était même plus question de dossiers concrets cet après-midi à Bruxelles devant les médias. Il n'est finalement pas important de savoir si les entretiens qui vont suivre déboucheront sur un accord-cadre avec l'UE ou sur d'autres mécanismes de reprise dynamique du droit UE par la Suisse. De toute manière, la Suisse y perdra encore plus de sa souveraineté. L'UDC ne l'acceptera jamais. Elle continuera de se battre pour une Suisse indépendante et souveraine. Quant au Conseil fédéral, il s'est laissé une fois de plus leurrer aujourd'hui à Bruxelles.