Articles dans
le temps
Politique européenne: le Conseil fédéral passe dessus comme chat sur braise
24.06.2015

Politique européenne: le Conseil fédéral passe dessus comme chat sur braise

Après sa discussion d'aujourd'hui sur la politique européenne, le Conseil fédéral a diffusé des informations nébuleuses par la bouche de Didier Burkhalter, ministre des affaires étrangères. 

Après sa discussion d'aujourd'hui sur la politique européenne, le Conseil fédéral a diffusé des informations nébuleuses par la bouche de Didier Burkhalter, ministre des affaires étrangères. Comme de coutume, le gouvernement passe sur ce sujet comme chat sur braise. L'UDC exige toute la transparence concernant les intentions du Conseil fédéral. Dans une question aussi centrale, ces cachotteries inspirées par de basses tactiques électorales sont inacceptables et indignes d'un gouvernement responsable.

Le Conseil fédéral est manifestement prêt à faire de lourdes concessions à l'UE. Il semble qu'il ne s'agisse plus seulement de quelques adaptations ponctuelles à apporter à la libre circulation des personnes pour appliquer la disposition constitutionnelle sur la gestion de l'immigration. Le Conseil fédéral envisage bien plus de tout lier à un accord institutionnel avec l'UE, accord qui imposerait à la Suisse la reprise dynamique de droit UE et la soumettrait à la Cour de justice UE en cas de divergences d'interprétation et de litiges. Un tel mélange est proprement incomestible et hautement nuisible pour la Suisse. Une fois de plus, le Conseil fédéral se plie entièrement aux exigences de Bruxelles.

Par la même occasion, le Conseil fédéral a clairement fait comprendre aujourd'hui qu'il ne jouera cartes sur table qu'après les élections de cet automne. Ces cachotteries et manœuvres tactiques électorales sont inacceptables. L'UDC invite le Conseil fédéral à dire la vérité au peuple et à l'informer complètement sur ses intentions.

24.06.2015

Politique européenne: le Conseil fédéral passe dessus comme chat sur braise

Après sa discussion d'aujourd'hui sur la politique européenne, le Conseil fédéral a diffusé des informations nébuleuses par la bouche de Didier Burkhalter, ministre des affaires étrangères. 

Après sa discussion d'aujourd'hui sur la politique européenne, le Conseil fédéral a diffusé des informations nébuleuses par la bouche de Didier Burkhalter, ministre des affaires étrangères. Comme de coutume, le gouvernement passe sur ce sujet comme chat sur braise. L'UDC exige toute la transparence concernant les intentions du Conseil fédéral. Dans une question aussi centrale, ces cachotteries inspirées par de basses tactiques électorales sont inacceptables et indignes d'un gouvernement responsable.

Le Conseil fédéral est manifestement prêt à faire de lourdes concessions à l'UE. Il semble qu'il ne s'agisse plus seulement de quelques adaptations ponctuelles à apporter à la libre circulation des personnes pour appliquer la disposition constitutionnelle sur la gestion de l'immigration. Le Conseil fédéral envisage bien plus de tout lier à un accord institutionnel avec l'UE, accord qui imposerait à la Suisse la reprise dynamique de droit UE et la soumettrait à la Cour de justice UE en cas de divergences d'interprétation et de litiges. Un tel mélange est proprement incomestible et hautement nuisible pour la Suisse. Une fois de plus, le Conseil fédéral se plie entièrement aux exigences de Bruxelles.

Par la même occasion, le Conseil fédéral a clairement fait comprendre aujourd'hui qu'il ne jouera cartes sur table qu'après les élections de cet automne. Ces cachotteries et manœuvres tactiques électorales sont inacceptables. L'UDC invite le Conseil fédéral à dire la vérité au peuple et à l'informer complètement sur ses intentions.