Articles dans
le temps
Politique UDC confirmée: Pas de nouveaux impôts !
16.05.2004

Politique UDC confirmée: Pas de nouveaux impôts !

L'UDC se réjouit du refus de l'augmentation de la TVA. Avec cette décision, les citoyens ont clairement suivi l'avis de l'UDC, qui a était le seul parti à refuser cette malheureuse augmentation...

(UDC) L'UDC se réjouit du refus de l'augmentation de la TVA. Avec cette décision, les citoyens ont clairement suivi l'avis de l'UDC, qui a était le seul parti à refuser cette malheureuse augmentation d'impôt. L'UDC regrette l'échec de la 11e révision de l'AVS et du paquet fiscal. Pour encourager la croissance économique et décharger les contribuables et les familles, l'UDC propose d'exempter les produits alimentaires.

En refusant l'augmentation de la TVA les citoyens ont confirmé la politique de l'UDC et dit clairement une fois de plus qu'ils ne voulaient pas de nouveaux impôts. Cela signifie non seulement un refus de l'augmentation de la TVA mais aussi un refus de l'assurance-maternité, refus de la taxe CO2, pref : ni nouveaux impôts, redevances et taxes, ni augmentation des prélèvements.

En rejetant la TVA, le peuple fait pression. Au lieux de verser toujours plus d'argent dans l'AI, il faut éliminer les dysfonctionnements de cette assurance. La lutte contre l'invalidité simulée, que l'UDC demande depuis longtemps, doit enfin commencer. Concernant l'AVS, le refus de l'augmentation de la TVA signifie que le peuple ne veut pas une extension des prestations, mais qu'il souhaite des financements alternatifs comme l'utilisation de l'or de la BNS que l'UDC demande depuis des années.

Après le refus de la 11e révision de l'AVS, le Conseil fédéral doit présenter une vue globale de toutes les oeuvres sociales. Les citoyennes et les citoyens ont senti que l'on minimise depuis des années ces problèmes. Ils veulent, d'une part, la sécurité des prestations promises et, d'autre part, savoir si ces prestations peuvent être financées.

L'UDC regrette aussi l'échec du paquet fiscal. Manifestement, le projet était trop complexe. Ce qui est certain, c'est qu'il faut baisser les impôts pour relancer la croissance économique. Pour décharger tous les contribuables, sourtout les familles et les personnes avec des petits revenus, l'UDC demande l'exemption de tous les produits alimentaires de la TVA. Ainsi, tout le monde aurait plus d'argent pour vivre, ce qui relancerait l'économie.

Berne, 16 mai 2004

16.05.2004

Politique UDC confirmée: Pas de nouveaux impôts !

L'UDC se réjouit du refus de l'augmentation de la TVA. Avec cette décision, les citoyens ont clairement suivi l'avis de l'UDC, qui a était le seul parti à refuser cette malheureuse augmentation...

(UDC) L'UDC se réjouit du refus de l'augmentation de la TVA. Avec cette décision, les citoyens ont clairement suivi l'avis de l'UDC, qui a était le seul parti à refuser cette malheureuse augmentation d'impôt. L'UDC regrette l'échec de la 11e révision de l'AVS et du paquet fiscal. Pour encourager la croissance économique et décharger les contribuables et les familles, l'UDC propose d'exempter les produits alimentaires.

En refusant l'augmentation de la TVA les citoyens ont confirmé la politique de l'UDC et dit clairement une fois de plus qu'ils ne voulaient pas de nouveaux impôts. Cela signifie non seulement un refus de l'augmentation de la TVA mais aussi un refus de l'assurance-maternité, refus de la taxe CO2, pref : ni nouveaux impôts, redevances et taxes, ni augmentation des prélèvements.

En rejetant la TVA, le peuple fait pression. Au lieux de verser toujours plus d'argent dans l'AI, il faut éliminer les dysfonctionnements de cette assurance. La lutte contre l'invalidité simulée, que l'UDC demande depuis longtemps, doit enfin commencer. Concernant l'AVS, le refus de l'augmentation de la TVA signifie que le peuple ne veut pas une extension des prestations, mais qu'il souhaite des financements alternatifs comme l'utilisation de l'or de la BNS que l'UDC demande depuis des années.

Après le refus de la 11e révision de l'AVS, le Conseil fédéral doit présenter une vue globale de toutes les oeuvres sociales. Les citoyennes et les citoyens ont senti que l'on minimise depuis des années ces problèmes. Ils veulent, d'une part, la sécurité des prestations promises et, d'autre part, savoir si ces prestations peuvent être financées.

L'UDC regrette aussi l'échec du paquet fiscal. Manifestement, le projet était trop complexe. Ce qui est certain, c'est qu'il faut baisser les impôts pour relancer la croissance économique. Pour décharger tous les contribuables, sourtout les familles et les personnes avec des petits revenus, l'UDC demande l'exemption de tous les produits alimentaires de la TVA. Ainsi, tout le monde aurait plus d'argent pour vivre, ce qui relancerait l'économie.

Berne, 16 mai 2004