Articles dans
le temps
Pour l’UDC, les Bilatérales III sont superflues
26.01.2011

Pour l’UDC, les Bilatérales III sont superflues

L’UDC a pris connaissance d’un paquet « envisageable », aux dires du Conseil fédéral, de « Bilatérales III » avec l’UE. Elle considère toutefois qu’il manque à l’heure actuelle un lien profitable...

L'UDC a pris connaissance d'un paquet « envisageable », aux dires du Conseil fédéral, de « Bilatérales III » avec l'UE. Elle considère toutefois qu'il manque à l'heure actuelle un lien profitable avec les négociations bilatérales en cours relatives aux exigences prioritaires pour l'UE, notamment en matière fiscale.

Pour l'UDC, un nouveau paquet de bilatérales n'entre en ligne de compte que si la Suisse tire également des avantages de l'interconnexion des traités. Ce n'est pas le cas du dossier actuellement traité. Au contraire, celui-ci comprend d'une part des thèmes qui, selon l'UDC, n'ont rien à faire dans une solution en « multi-pack », par ex. l'accord de libre-échange agricole, et prévoit d'autre part une intégration institutionnelle plus approfondie. L'UDC s'oppose catégoriquement à ces deux aspects. De même, l'UDC appelle le Conseil fédéral à rester ferme face à d'éventuelles exigences de l'UE dans le dossier fiscal et à défendre les intérêts de la Suisse. Il faut en outre affirmer clairement que l'adhésion à l'UE n'est pas une option pour la Suisse. De plus, le Conseil fédéral doit enfin retirer la demande d'adhésion déposée à Bruxelles.

26.01.2011

Pour l’UDC, les Bilatérales III sont superflues

L’UDC a pris connaissance d’un paquet « envisageable », aux dires du Conseil fédéral, de « Bilatérales III » avec l’UE. Elle considère toutefois qu’il manque à l’heure actuelle un lien profitable...

L'UDC a pris connaissance d'un paquet « envisageable », aux dires du Conseil fédéral, de « Bilatérales III » avec l'UE. Elle considère toutefois qu'il manque à l'heure actuelle un lien profitable avec les négociations bilatérales en cours relatives aux exigences prioritaires pour l'UE, notamment en matière fiscale.

Pour l'UDC, un nouveau paquet de bilatérales n'entre en ligne de compte que si la Suisse tire également des avantages de l'interconnexion des traités. Ce n'est pas le cas du dossier actuellement traité. Au contraire, celui-ci comprend d'une part des thèmes qui, selon l'UDC, n'ont rien à faire dans une solution en « multi-pack », par ex. l'accord de libre-échange agricole, et prévoit d'autre part une intégration institutionnelle plus approfondie. L'UDC s'oppose catégoriquement à ces deux aspects. De même, l'UDC appelle le Conseil fédéral à rester ferme face à d'éventuelles exigences de l'UE dans le dossier fiscal et à défendre les intérêts de la Suisse. Il faut en outre affirmer clairement que l'adhésion à l'UE n'est pas une option pour la Suisse. De plus, le Conseil fédéral doit enfin retirer la demande d'adhésion déposée à Bruxelles.