Articles dans
le temps
Pour un approvisionnement énergétique sÛr, économique et indépendant
27.05.2003

Pour un approvisionnement énergétique sÛr, économique et indépendant

L'UDC a publié aujourd'hui un nouveau document de fond qui fait le point de sa politique énergétique. Ses trois critères fondamentaux sont la sécurité, l'économie et l'indépendance. L'UDC demande...

(UDC) L'UDC a publié aujourd'hui un nouveau document de fond qui fait le point de sa politique énergétique. Ses trois critères fondamentaux sont la sécurité, l'économie et l'indépendance. L'UDC demande notamment au Conseil fédéral d'accélérer les préparatifs de l'ouverture du marché de l'électricité, de renoncer à une taxe CO2 et de supprimer purement et simplement EnergieSuisse.

Le 18 mai dernier, le peuple suisse a pris une décision de principe en politique énergétique. Il a voté contre des expériences hasardeuses, contre une dépendance accrue de l'étranger, mais pour le libre choix de l'agent énergétique, donc pour un approvisionnement énergétique avantageux. Intitulé "Approvisionnement énergétique de la Suisse - sécurité, économie et indépendance" (disponible sur le site www.udc.ch), le nouveau document de fond de l'UDC Suisse se base exactement sur ces principes.

L'UDC demande ainsi au Conseil fédéral de faire preuve de la plus grande retenue en intervenant sur le marché de l'énergie. Les monopoles ne constituent certainement pas le bon moyen pour atteindre les objectifs visés par l'UDC. La nouvelle version de la LME doit être élaborée plus rapidement que ne le prévoit le Conseil fédéral, mais en tenant compte des motifs qui ont conduit à l'échec populaire de la première. L'économie et, plus particulièrement, les PME doivent pouvoir accéder à un marché de l'électricité ouvert en même temps que leurs concurrentes de l'Union européenne, soit à partir de 2007 au plus tard.

La place économique suisse est affaiblie par des impôts sur l'énergie et des coûteux programmes nationaux qui visent à influencer la consommation. L'UDC demande donc au Conseil fédéral de renoncer à la taxe CO2. Cette imposition chasserait de Suisse les entreprises consommant beaucoup d'énergie pour leur production et déclencherait un tourisme d'essence indésirable dans les régions frontalières et, partant, des pertes de recettes fiscales sur les carburants. L'UDC ne voit aucune justification non plus pour le programme EnergieSuisse. Compte tenu de l'augmentation massive des déficits de la Confédération, cette dépense doit être supprimée purement et simplement dans les plus brefs délais.

Berne, le 27 mai 2003

27.05.2003

Pour un approvisionnement énergétique sÛr, économique et indépendant

L'UDC a publié aujourd'hui un nouveau document de fond qui fait le point de sa politique énergétique. Ses trois critères fondamentaux sont la sécurité, l'économie et l'indépendance. L'UDC demande...

(UDC) L'UDC a publié aujourd'hui un nouveau document de fond qui fait le point de sa politique énergétique. Ses trois critères fondamentaux sont la sécurité, l'économie et l'indépendance. L'UDC demande notamment au Conseil fédéral d'accélérer les préparatifs de l'ouverture du marché de l'électricité, de renoncer à une taxe CO2 et de supprimer purement et simplement EnergieSuisse.

Le 18 mai dernier, le peuple suisse a pris une décision de principe en politique énergétique. Il a voté contre des expériences hasardeuses, contre une dépendance accrue de l'étranger, mais pour le libre choix de l'agent énergétique, donc pour un approvisionnement énergétique avantageux. Intitulé "Approvisionnement énergétique de la Suisse - sécurité, économie et indépendance" (disponible sur le site www.udc.ch), le nouveau document de fond de l'UDC Suisse se base exactement sur ces principes.

L'UDC demande ainsi au Conseil fédéral de faire preuve de la plus grande retenue en intervenant sur le marché de l'énergie. Les monopoles ne constituent certainement pas le bon moyen pour atteindre les objectifs visés par l'UDC. La nouvelle version de la LME doit être élaborée plus rapidement que ne le prévoit le Conseil fédéral, mais en tenant compte des motifs qui ont conduit à l'échec populaire de la première. L'économie et, plus particulièrement, les PME doivent pouvoir accéder à un marché de l'électricité ouvert en même temps que leurs concurrentes de l'Union européenne, soit à partir de 2007 au plus tard.

La place économique suisse est affaiblie par des impôts sur l'énergie et des coûteux programmes nationaux qui visent à influencer la consommation. L'UDC demande donc au Conseil fédéral de renoncer à la taxe CO2. Cette imposition chasserait de Suisse les entreprises consommant beaucoup d'énergie pour leur production et déclencherait un tourisme d'essence indésirable dans les régions frontalières et, partant, des pertes de recettes fiscales sur les carburants. L'UDC ne voit aucune justification non plus pour le programme EnergieSuisse. Compte tenu de l'augmentation massive des déficits de la Confédération, cette dépense doit être supprimée purement et simplement dans les plus brefs délais.

Berne, le 27 mai 2003