Articles dans
le temps
Qualité suisse aussi dans la question des naturalisations
30.07.2008

Qualité suisse aussi dans la question des naturalisations

L'initiative sur les naturalisations ayant été rejetée, il s'agit de trouver d'autres voies pour réguler la forte croissance du nombre de na-turalisations. Les exigences imposées aux candidats au...

(UDC) L'initiative sur les naturalisations ayant été rejetée, il s'agit de trouver d'autres voies pour réguler la forte croissance du nombre de na-turalisations. Les exigences imposées aux candidats au droit de cité suisse doivent être renforcées et appliquées systématiquement. Il faut empêcher la poursuite des naturalisations en masse. L'UDC a présenté ses exigences mercredi au cours d'une conférence de presse.

Le peuple suisse s'est prononcé à plusieurs reprises dans l'urne contre des critè-res de naturalisation facilitée nonobstant les constantes tentatives de la gauche politique d'encourager l'accès au droit de cité suisse, voire de l'octroyer sans condition aucune. Mais ces milieux continuent de miner la pratique de naturalisa-tion dans le but évident d'enjoliver les statistiques criminelles et sociales.

Voici quelques exigences concrètes que l'UDC a présentées aujourd'hui à sa conférence de presse et qui sont détaillées dans le document de fond publié par la même occasion:

  • pas de naturalisation sans permis d'établissement
  • pas de naturalisation d'étrangers criminels
  • pas de naturalisation sans connaissance de la langue
  • pas de naturalisation d'analphabètes
  • pas de naturalisation d'assistés sociaux ou de rentiers AI
  • naturalisation à l'essai avec possibilité de retirer le droit de cité
  • saisie statistique à part des personnes naturalisées
  • halte aux abus dans la naturalisation facilitée

Après le rejet de l'initiative UDC "pour des naturalisations démocratiques", il est plus urgent que jamais de définir des conditions strictes pour l'octroi de la natio-nalité suisse et de les appliquer rigoureusement. Seule une personne bien inté-grée et répondant à des critères sévères doit avoir le droit de devenir citoyen suisse. Puisque les communes et les citoyens ont été privés de leur compétence définitive de naturaliser ou de ne pas naturaliser et que le droit de recours est quasi obligatoire, il est logique de renforcer les critères de naturalisation.

Berne, 30 juillet 2008

 

 

30.07.2008

Qualité suisse aussi dans la question des naturalisations

L'initiative sur les naturalisations ayant été rejetée, il s'agit de trouver d'autres voies pour réguler la forte croissance du nombre de na-turalisations. Les exigences imposées aux candidats au...

(UDC) L'initiative sur les naturalisations ayant été rejetée, il s'agit de trouver d'autres voies pour réguler la forte croissance du nombre de na-turalisations. Les exigences imposées aux candidats au droit de cité suisse doivent être renforcées et appliquées systématiquement. Il faut empêcher la poursuite des naturalisations en masse. L'UDC a présenté ses exigences mercredi au cours d'une conférence de presse.

Le peuple suisse s'est prononcé à plusieurs reprises dans l'urne contre des critè-res de naturalisation facilitée nonobstant les constantes tentatives de la gauche politique d'encourager l'accès au droit de cité suisse, voire de l'octroyer sans condition aucune. Mais ces milieux continuent de miner la pratique de naturalisa-tion dans le but évident d'enjoliver les statistiques criminelles et sociales.

Voici quelques exigences concrètes que l'UDC a présentées aujourd'hui à sa conférence de presse et qui sont détaillées dans le document de fond publié par la même occasion:

Après le rejet de l'initiative UDC "pour des naturalisations démocratiques", il est plus urgent que jamais de définir des conditions strictes pour l'octroi de la natio-nalité suisse et de les appliquer rigoureusement. Seule une personne bien inté-grée et répondant à des critères sévères doit avoir le droit de devenir citoyen suisse. Puisque les communes et les citoyens ont été privés de leur compétence définitive de naturaliser ou de ne pas naturaliser et que le droit de recours est quasi obligatoire, il est logique de renforcer les critères de naturalisation.

Berne, 30 juillet 2008