Articles dans
le temps
Rapport de politique de sécurité: la défense nationale doit rester la mission centrale de l'armée -
15.04.2010

Rapport de politique de sécurité: la défense nationale doit rester la mission centrale de l'armée -

Rapport de politique de sécurité: la défense nationale doit rester la mission centrale de l'armée – l'alignement systématique sur les pactes internationaux doit cesser!

L'UDC a pris acte du rapport de politique de sécurité adopté par le Conseil fédéral. Pour l'UDC, une défense nationale indépendante basée sur le principe de milice et visant la sauvegarde de l'indépendance et de la neutralité doit rester l'objectif central de la politique de sécurité. L'alignement systématique sur des coopérations et pactes internationaux est à l'origine des problèmes de politique de sécurité que la Suisse connaît aujourd'hui. Cette politique doit donc cesser. Plusieurs réformes erronées ont affaibli ces dernières années les structures de sécurité de la Suisse. L'UDC demande le retour à une armée performante et apte à intervenir rapidement par ses propres moyens.

Le rapport de politique de sécurité fait une analyse utile des menaces et des risques que présente le contexte actuel. De l'avis de l'UDC, cette réflexion est cependant trop focalisée sur des coopérations et des pactes internationaux. C'est précisément cette orientation internationale qui a affaibli ces dernières années la capacité de défense de la Suisse et qui a miné sa neutralité. Résultat: la Suisse est aujourd'hui moins sûre qu'autrefois. Le Parlement a d'ailleurs récemment manifesté son opposition à un renforcement des engagements militaires internationaux en refusant la participation de l'armée suisse à une action militaire devant les côtes somaliennes. Pour l'UDC, la priorité doit être donnée à une défense nationale indépendante basée sur le principe de la milice et dont la mission première est de sauvegarder l'indépendance et la neutralité du pays. Cela exige en premier lieu une armée de milice forte, performante et apte à défendre la Suisse en tant qu'Etat neutre, ainsi que des structures cantonales et une organisation policière bien rodées.

Les discussions suscitées par ce rapport de politique de sécurité ont bien montré que la politique de sécurité concerne de plus en plus l'indépendance et la neutralité. L'UDC se battra de toutes ses forces pour le respect de ces principes et elle barrera la route aux milieux qui veulent pousser la Suisse dans des coopérations internationales, dans l'OTAN et dans l'UE.

15.04.2010

Rapport de politique de sécurité: la défense nationale doit rester la mission centrale de l'armée -

Rapport de politique de sécurité: la défense nationale doit rester la mission centrale de l'armée – l'alignement systématique sur les pactes internationaux doit cesser!

L'UDC a pris acte du rapport de politique de sécurité adopté par le Conseil fédéral. Pour l'UDC, une défense nationale indépendante basée sur le principe de milice et visant la sauvegarde de l'indépendance et de la neutralité doit rester l'objectif central de la politique de sécurité. L'alignement systématique sur des coopérations et pactes internationaux est à l'origine des problèmes de politique de sécurité que la Suisse connaît aujourd'hui. Cette politique doit donc cesser. Plusieurs réformes erronées ont affaibli ces dernières années les structures de sécurité de la Suisse. L'UDC demande le retour à une armée performante et apte à intervenir rapidement par ses propres moyens.

Le rapport de politique de sécurité fait une analyse utile des menaces et des risques que présente le contexte actuel. De l'avis de l'UDC, cette réflexion est cependant trop focalisée sur des coopérations et des pactes internationaux. C'est précisément cette orientation internationale qui a affaibli ces dernières années la capacité de défense de la Suisse et qui a miné sa neutralité. Résultat: la Suisse est aujourd'hui moins sûre qu'autrefois. Le Parlement a d'ailleurs récemment manifesté son opposition à un renforcement des engagements militaires internationaux en refusant la participation de l'armée suisse à une action militaire devant les côtes somaliennes. Pour l'UDC, la priorité doit être donnée à une défense nationale indépendante basée sur le principe de la milice et dont la mission première est de sauvegarder l'indépendance et la neutralité du pays. Cela exige en premier lieu une armée de milice forte, performante et apte à défendre la Suisse en tant qu'Etat neutre, ainsi que des structures cantonales et une organisation policière bien rodées.

Les discussions suscitées par ce rapport de politique de sécurité ont bien montré que la politique de sécurité concerne de plus en plus l'indépendance et la neutralité. L'UDC se battra de toutes ses forces pour le respect de ces principes et elle barrera la route aux milieux qui veulent pousser la Suisse dans des coopérations internationales, dans l'OTAN et dans l'UE.