Articles dans
le temps
Réaliser en priorité l'âge de la retraite 65/65
20.11.2013

Réaliser en priorité l'âge de la retraite 65/65

La méga-réforme "Prévoyance vieillesse 2020" mise en consultation aujourd'hui est sans doute condamnée à l'échec sous cette forme. Quelques idées utiles se mêlent à d'innombrables adaptations de détail, à des hausses massives des recettes et des augmentations d'impôt. Cette manière de faire ne permet pas de régler dans les délais utiles les problèmes structurelles qui s'aggravent pour la prévoyance vieillesse. En fait, la solution de ces problèmes est renvoyée dans l'attente de rentrées supplémentaires. L'UDC demande donc que la priorité soit donnée aux mesures structurelles centrales. Une importante d'entre elles consiste à égaliser rapidement l'âge de la retraite des femmes et des hommes à 65 ans. En outre, le produit du pour-cent supplémentaire de TVA en faveur de l'AVS doit bénéficier intégralement à celle-ci et ne pas être amputé de 17% au profit de la caisse générale de la Confédération.

La méga-réforme "Prévoyance vieillesse 2020" mise en consultation aujourd'hui est sans doute condamnée à l'échec sous cette forme. Quelques idées utiles se mêlent à d'innombrables adaptations de détail, à des hausses massives des recettes et des augmentations d'impôt. Cette manière de faire ne permet pas de régler dans les délais utiles les problèmes structurelles qui s'aggravent pour la prévoyance vieillesse. En fait, la solution de ces problèmes est renvoyée dans l'attente de rentrées supplémentaires. L'UDC demande donc que la priorité soit donnée aux mesures structurelles centrales. Une importante d'entre elles consiste à égaliser rapidement l'âge de la retraite des femmes et des hommes à 65 ans. En outre, le produit du pour-cent supplémentaire de TVA en faveur de l'AVS doit bénéficier intégralement à celle-ci et ne pas être amputé de 17% au profit de la caisse générale de la Confédération.

La réforme Prévoyance vieillesse 2020 mise en consultation aujourd'hui est condamnée par avance sous cette forme. Ce projet surdimensionné subira un échec au plus tard lors de la votation fédérale. Divers scrutins du passé ont montré qu'il était très difficile de faire passer des méga-réformes. Cet ensemble de mesures ne donne pas la priorité aux urgentes interventions structurelles, mais au contraire reporte la solution des problèmes structurels lancinants de l'AVS en attendant des recettes supplémentaires. Il est donc urgent de procéder séparément et le plus rapidement possible à quelques adaptations indispensables. La prévoyance vieillesse doit être assainie par des étapes petites, mais efficaces et compréhensibles pour le citoyen. En lieu et place, le Conseil fédéral veut procéder en même temps à de multiples réglages. Ce procédé risque de finir dans le néant et finalement de se limiter à la recherche de recettes nouvelles.

Du point de vue de l'UDC, il faut en priorité procéder aux réformes suivantes: l'âge de la retraite des femmes doit être adapté à celui des hommes, donc porté à 65 ans, dans les plus brefs délais. En outre, le produit du pour-cent supplémentaire de TVA en faveur de l'AVS doit bénéficier intégralement à celle-ci et non pas être amputé de 17% au profit de la caisse générale de la Confédération. Il convient en outre d'examiner l'opportunité d'un frein à l'endettement capable de corriger au niveau structurel le déséquilibre financier de l'AVS au lieu de miser, comme le fait le conseiller fédéral Alain Berset dans son projet, unilatéralement sur des recettes supplémentaires. Dans la prévoyance professionnelle, il faut stopper l'actuelle redistribution des fonds des actifs vers les rentiers qui n'était pas prévue à l'origine. Le taux de conversion minimal doit donc être baissé.

L'objectif premier doit être de concevoir une prévoyance vieillesse équitable et garantie durablement. Le développement démographique exige donc des modifications structurelles. L'UDC se battra avec détermination contre toute hausse à l'avance des impôts ou redevances. On ne stabilise pas durablement la prévoyance vieillesse en recourant à des solutions de facilité comme l'augmentation des rentrées. Le système des trois piliers, qui est admiré à l'étranger et qui a fait les preuves de son efficacité, doit être garanti pour l'avenir. Il est hors de question de le mettre en péril par une méga-réforme condamnée à l'échec.

20.11.2013

Réaliser en priorité l'âge de la retraite 65/65

La méga-réforme "Prévoyance vieillesse 2020" mise en consultation aujourd'hui est sans doute condamnée à l'échec sous cette forme. Quelques idées utiles se mêlent à d'innombrables adaptations de détail, à des hausses massives des recettes et des augmentations d'impôt. Cette manière de faire ne permet pas de régler dans les délais utiles les problèmes structurelles qui s'aggravent pour la prévoyance vieillesse. En fait, la solution de ces problèmes est renvoyée dans l'attente de rentrées supplémentaires. L'UDC demande donc que la priorité soit donnée aux mesures structurelles centrales. Une importante d'entre elles consiste à égaliser rapidement l'âge de la retraite des femmes et des hommes à 65 ans. En outre, le produit du pour-cent supplémentaire de TVA en faveur de l'AVS doit bénéficier intégralement à celle-ci et ne pas être amputé de 17% au profit de la caisse générale de la Confédération.

La méga-réforme "Prévoyance vieillesse 2020" mise en consultation aujourd'hui est sans doute condamnée à l'échec sous cette forme. Quelques idées utiles se mêlent à d'innombrables adaptations de détail, à des hausses massives des recettes et des augmentations d'impôt. Cette manière de faire ne permet pas de régler dans les délais utiles les problèmes structurelles qui s'aggravent pour la prévoyance vieillesse. En fait, la solution de ces problèmes est renvoyée dans l'attente de rentrées supplémentaires. L'UDC demande donc que la priorité soit donnée aux mesures structurelles centrales. Une importante d'entre elles consiste à égaliser rapidement l'âge de la retraite des femmes et des hommes à 65 ans. En outre, le produit du pour-cent supplémentaire de TVA en faveur de l'AVS doit bénéficier intégralement à celle-ci et ne pas être amputé de 17% au profit de la caisse générale de la Confédération.

La réforme Prévoyance vieillesse 2020 mise en consultation aujourd'hui est condamnée par avance sous cette forme. Ce projet surdimensionné subira un échec au plus tard lors de la votation fédérale. Divers scrutins du passé ont montré qu'il était très difficile de faire passer des méga-réformes. Cet ensemble de mesures ne donne pas la priorité aux urgentes interventions structurelles, mais au contraire reporte la solution des problèmes structurels lancinants de l'AVS en attendant des recettes supplémentaires. Il est donc urgent de procéder séparément et le plus rapidement possible à quelques adaptations indispensables. La prévoyance vieillesse doit être assainie par des étapes petites, mais efficaces et compréhensibles pour le citoyen. En lieu et place, le Conseil fédéral veut procéder en même temps à de multiples réglages. Ce procédé risque de finir dans le néant et finalement de se limiter à la recherche de recettes nouvelles.

Du point de vue de l'UDC, il faut en priorité procéder aux réformes suivantes: l'âge de la retraite des femmes doit être adapté à celui des hommes, donc porté à 65 ans, dans les plus brefs délais. En outre, le produit du pour-cent supplémentaire de TVA en faveur de l'AVS doit bénéficier intégralement à celle-ci et non pas être amputé de 17% au profit de la caisse générale de la Confédération. Il convient en outre d'examiner l'opportunité d'un frein à l'endettement capable de corriger au niveau structurel le déséquilibre financier de l'AVS au lieu de miser, comme le fait le conseiller fédéral Alain Berset dans son projet, unilatéralement sur des recettes supplémentaires. Dans la prévoyance professionnelle, il faut stopper l'actuelle redistribution des fonds des actifs vers les rentiers qui n'était pas prévue à l'origine. Le taux de conversion minimal doit donc être baissé.

L'objectif premier doit être de concevoir une prévoyance vieillesse équitable et garantie durablement. Le développement démographique exige donc des modifications structurelles. L'UDC se battra avec détermination contre toute hausse à l'avance des impôts ou redevances. On ne stabilise pas durablement la prévoyance vieillesse en recourant à des solutions de facilité comme l'augmentation des rentrées. Le système des trois piliers, qui est admiré à l'étranger et qui a fait les preuves de son efficacité, doit être garanti pour l'avenir. Il est hors de question de le mettre en péril par une méga-réforme condamnée à l'échec.