Articles dans
le temps
Refus du SICE: les premiers effets du référendum contre la loi sur l'énergie
31.01.2017

Refus du SICE: les premiers effets du référendum contre la loi sur l'énergie

La commission préparatoire du Conseil national a refusé à l’unanimité moins une abstention d'entrer en matière sur le projet de système d'incitation en matière climatique et énergétique (SICE). Après des années d'utopies et de fantasmagories énergétiques, voilà enfin un premier pas important et utile qui ramène la Suisse sur la voie d'une politique énergétique raisonnable.

Non à encore plus de taxes et de redevances sur l'énergie!

Le système d'incitation en matière climatique et énergétique (SICE) veut remplacer au niveau constitutionnel les redevances actuelles sur l'énergie par une taxe d'incitation sur tous les agents énergétiques. Conséquences: une hausse massive du prix de l'essence (+26 cts/litre) et de l'électricité (+3 cts/kWh) ainsi que presque un doublement du prix de l'huile de chauffage (+67 cts/litre). En refusant l'entrée en matière et en rejetant le SICE, la commission du Conseil national a montré pour la première fois la carte rouge aux auteurs de cette folie fiscale.

Non au financement, mais les coûts restent

A la suite de ce refus du projet SICE par la commission parlementaire, l'instrument de financement de la Stratégie énergétique 2050 n'est plus assuré. Mais cela ne change rien aux coûts monstrueux – plus de 200 milliards de francs – de cette opération. Il ne s'agit donc que d'une première étape. La deuxième consistera à refuser le 21 mai prochain la loi sur l'énergie, faute de quoi cette stratégie insensée devra être financée par d'autres ressources comme une augmentation de la TVA, de l'impôt fédéral direct ou d'autres taxes et redevances.

La loi sur l'énergie – un loup déguisé en agneau

Le référendum du comité interpartis contre la loi sur l'énergie reste absolument indispensable. Cette loi oblige la Suisse de réduire sa consommation globale d'énergie de 43% d'ici à 2035. Touchant tous les agents énergétiques comme l'essence, l'huile de chauffage, le gaz, mais aussi l'électricité, cette obligation n'est pas simplement prévue pour la deuxième ou la troisième phase de cette stratégie: elle figure dès à présent noir sur blanc dans la loi approuvée par le Parlement en 2016. Le coût de cette réduction s'élève, comme le comité interpartis l'a annoncé à plusieurs reprises, à environ 200 milliards de francs jusqu'en 2050, soit 3200 francs par an pour une famille de quatre personnes. Ces moyens financiers feront défaut dans le budget des familles dont le pouvoir d'achat sera réduit; ils manqueront aux entreprises, si bien que les emplois et la prospérité générale seront menacés.

De la suite dans les idées – non le 21 mai!

Les citoyennes et citoyens qui ne veulent pas être forcés par l'Etat de faire des économies excessives d'énergie, qui refusent de nouvelles taxes et redevances, qui s'opposent à de nouvelles prescriptions et à une bureaucratie supplémentaire doivent logiquement franchir l'étape suivante et dire NON à la nouvelle loi sur l'énergie le 21 mai prochain. Les partis qui, aux côtés de l'UDC, ont contribué au rejet du projet SICE doivent eux aussi, s'ils veulent rester crédibles, inviter le peuple à rejeter la nuisible loi sur l'énergie. L'UDC se réjouit de ce succès d'étape et elle continuera de se battre de toutes ses forces contre cette loi sur l'énergie hostile aux PME.

31.01.2017

Refus du SICE: les premiers effets du référendum contre la loi sur l'énergie

La commission préparatoire du Conseil national a refusé à l’unanimité moins une abstention d'entrer en matière sur le projet de système d'incitation en matière climatique et énergétique (SICE). Après des années d'utopies et de fantasmagories énergétiques, voilà enfin un premier pas important et utile qui ramène la Suisse sur la voie d'une politique énergétique raisonnable.

Non à encore plus de taxes et de redevances sur l'énergie!

Le système d'incitation en matière climatique et énergétique (SICE) veut remplacer au niveau constitutionnel les redevances actuelles sur l'énergie par une taxe d'incitation sur tous les agents énergétiques. Conséquences: une hausse massive du prix de l'essence (+26 cts/litre) et de l'électricité (+3 cts/kWh) ainsi que presque un doublement du prix de l'huile de chauffage (+67 cts/litre). En refusant l'entrée en matière et en rejetant le SICE, la commission du Conseil national a montré pour la première fois la carte rouge aux auteurs de cette folie fiscale.

Non au financement, mais les coûts restent

A la suite de ce refus du projet SICE par la commission parlementaire, l'instrument de financement de la Stratégie énergétique 2050 n'est plus assuré. Mais cela ne change rien aux coûts monstrueux – plus de 200 milliards de francs – de cette opération. Il ne s'agit donc que d'une première étape. La deuxième consistera à refuser le 21 mai prochain la loi sur l'énergie, faute de quoi cette stratégie insensée devra être financée par d'autres ressources comme une augmentation de la TVA, de l'impôt fédéral direct ou d'autres taxes et redevances.

La loi sur l'énergie – un loup déguisé en agneau

Le référendum du comité interpartis contre la loi sur l'énergie reste absolument indispensable. Cette loi oblige la Suisse de réduire sa consommation globale d'énergie de 43% d'ici à 2035. Touchant tous les agents énergétiques comme l'essence, l'huile de chauffage, le gaz, mais aussi l'électricité, cette obligation n'est pas simplement prévue pour la deuxième ou la troisième phase de cette stratégie: elle figure dès à présent noir sur blanc dans la loi approuvée par le Parlement en 2016. Le coût de cette réduction s'élève, comme le comité interpartis l'a annoncé à plusieurs reprises, à environ 200 milliards de francs jusqu'en 2050, soit 3200 francs par an pour une famille de quatre personnes. Ces moyens financiers feront défaut dans le budget des familles dont le pouvoir d'achat sera réduit; ils manqueront aux entreprises, si bien que les emplois et la prospérité générale seront menacés.

De la suite dans les idées – non le 21 mai!

Les citoyennes et citoyens qui ne veulent pas être forcés par l'Etat de faire des économies excessives d'énergie, qui refusent de nouvelles taxes et redevances, qui s'opposent à de nouvelles prescriptions et à une bureaucratie supplémentaire doivent logiquement franchir l'étape suivante et dire NON à la nouvelle loi sur l'énergie le 21 mai prochain. Les partis qui, aux côtés de l'UDC, ont contribué au rejet du projet SICE doivent eux aussi, s'ils veulent rester crédibles, inviter le peuple à rejeter la nuisible loi sur l'énergie. L'UDC se réjouit de ce succès d'étape et elle continuera de se battre de toutes ses forces contre cette loi sur l'énergie hostile aux PME.