Articles dans
le temps
Sauver l'AVS au lieu de la ruiner
23.05.2015

Sauver l'AVS au lieu de la ruiner

Le groupe parlementaire UDC a poursuivi samedi, deuxième jour de sa séance, l'examen des objets à l'ordre du jour de la session d'été des Chambres fédérales. Il a décidé de déposer plusieurs interventions parlementaires pour réagir face au chaos qui s'installe dans le domaine de l'asile. C'est à l'unanimité qu'il s'est opposé à la ruineuse initiative populaire "AVSplus". Ce projet irresponsable de la gauche politique exige une extension des prestations de l'AVS qui conduirait cette institution droit dans le mur. Il s'agit aujourd'hui bien plus de reposer rapidement l'AVS sur une base structurelle et financière solide. Le groupe UDC exige en outre un engagement modéré des moyens financiers en faveur de la promotion économique 2016-2019.

L'initiative populaire "AVSplus: pour une AVS forte" exige une augmentation de 10% de toutes les rentes vieillesse AVS. Elle imposerait à l'AVS des dépenses supplémentaires de 4 – 5,5 milliards de francs par an. Or, cette institution ne dispose d'aucune marge de manœuvre lui permettant d'augmenter ses prestations. En réalité, l'AVS va au-devant de grandes difficultés financières, à cause notamment du vieillissement de la population. Il s'agit donc en priorité de garantir les rentes existantes. Des réformes structurelles sont indispensables et ne sauraient être renvoyées à la génération suivante. Lancée par les milieux syndicaux et de gauche, cette initiative perfide vise en réalité à torpiller le système des trois piliers qui a fait ses preuves. 

Dans son message sur la promotion économique 2016-2019, le Conseil fédéral fait des propositions pour accroître la compétitivité de l'économie suisse. Il prévoit à cet effet plusieurs instruments de subventionnement dans les domaines des PME, du tourisme, de la politique régionale et de l'économie extérieure sur la base d'un crédit de 374,2 millions de francs. Le groupe UDC ne rejette pas a priori le projet de promotion économique 2016-2019, mais il ne veut pas augmenter les contributions par rapport à la période précédente. Il a donc déposé plusieurs interventions en faveur d'un engagement modéré des moyens financiers afin que ces dépenses soient plafonnées à leur niveau de l'année précédente. L'amélioration la plus urgente à apporter aux conditions-cadres économiques est une dérégulation rigoureuse, c'est-à-dire la suppression de lois, prescriptions et mesures bureaucratiques inutiles. 

Le groupe UDC est clairement opposé à l'aménagement d'un parc national de l'innovation et à son financement. Ces interventions des pouvoirs publics dans l'économie privée provoquent un enchevêtrement malsain et une dépendance croissante des entreprises de l'Etat. Un gonflement de l'appareil étatique et une multiplication des revendications régionales en sont les principaux résultats.

 

23.05.2015

Sauver l'AVS au lieu de la ruiner

Le groupe parlementaire UDC a poursuivi samedi, deuxième jour de sa séance, l'examen des objets à l'ordre du jour de la session d'été des Chambres fédérales. Il a décidé de déposer plusieurs interventions parlementaires pour réagir face au chaos qui s'installe dans le domaine de l'asile. C'est à l'unanimité qu'il s'est opposé à la ruineuse initiative populaire "AVSplus". Ce projet irresponsable de la gauche politique exige une extension des prestations de l'AVS qui conduirait cette institution droit dans le mur. Il s'agit aujourd'hui bien plus de reposer rapidement l'AVS sur une base structurelle et financière solide. Le groupe UDC exige en outre un engagement modéré des moyens financiers en faveur de la promotion économique 2016-2019.

L'initiative populaire "AVSplus: pour une AVS forte" exige une augmentation de 10% de toutes les rentes vieillesse AVS. Elle imposerait à l'AVS des dépenses supplémentaires de 4 – 5,5 milliards de francs par an. Or, cette institution ne dispose d'aucune marge de manœuvre lui permettant d'augmenter ses prestations. En réalité, l'AVS va au-devant de grandes difficultés financières, à cause notamment du vieillissement de la population. Il s'agit donc en priorité de garantir les rentes existantes. Des réformes structurelles sont indispensables et ne sauraient être renvoyées à la génération suivante. Lancée par les milieux syndicaux et de gauche, cette initiative perfide vise en réalité à torpiller le système des trois piliers qui a fait ses preuves. 

Dans son message sur la promotion économique 2016-2019, le Conseil fédéral fait des propositions pour accroître la compétitivité de l'économie suisse. Il prévoit à cet effet plusieurs instruments de subventionnement dans les domaines des PME, du tourisme, de la politique régionale et de l'économie extérieure sur la base d'un crédit de 374,2 millions de francs. Le groupe UDC ne rejette pas a priori le projet de promotion économique 2016-2019, mais il ne veut pas augmenter les contributions par rapport à la période précédente. Il a donc déposé plusieurs interventions en faveur d'un engagement modéré des moyens financiers afin que ces dépenses soient plafonnées à leur niveau de l'année précédente. L'amélioration la plus urgente à apporter aux conditions-cadres économiques est une dérégulation rigoureuse, c'est-à-dire la suppression de lois, prescriptions et mesures bureaucratiques inutiles. 

Le groupe UDC est clairement opposé à l'aménagement d'un parc national de l'innovation et à son financement. Ces interventions des pouvoirs publics dans l'économie privée provoquent un enchevêtrement malsain et une dépendance croissante des entreprises de l'Etat. Un gonflement de l'appareil étatique et une multiplication des revendications régionales en sont les principaux résultats.