Articles dans
le temps
Seniors UDC: OUI au Gripen – non à l'initiative sur les salaires minimums
06.05.2014

Seniors UDC: OUI au Gripen – non à l'initiative sur les salaires minimums

Décisions claires des Seniors UDC: à l'unanimité les personnes présentes ont soutenu l'acquisition des avions de combat Gripen ainsi que l'initiative "Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants".

Décisions claires des Seniors UDC: à l'unanimité les personnes présentes ont soutenu l'acquisition des avions de combat Gripen ainsi que l'initiative "Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants". En revanche, l'initiative sur les salaires minimums et l'arrêté fédéral sur les soins médicaux de base ont été rejetés.

La sécurité de notre pays au sol et dans les airs est un principe élémentaire qui doit absolument être sauvegardé. Grâce au remplacement de la flotte surannée de Tiger par les nouveaux avions de combat Gripen, la Suisse aura les moyens de défendre et de garantir indépendamment sa souveraineté durant les décennies à venir. Le Gripen a fait l'objet d'une procédure d'évaluation sérieuse et il remplit sans problème les tâches de surveillance, de contrôle et de protection de l'espace aérien qui lui seront dévolues. Les Seniors UDC présents ont sévèrement critiqué les mensonges distillés par la gauche qui propose d'utiliser à d'autres fins les fonds nécessaires à cette acquisition et qui veut déléguer à l'étranger la sécurité de notre pays. Les deux idées sont totalement déplacées. L'argent nécessaire à l'achat des Gripen provient du budget militaire ordinaire et il est donc destiné exclusivement à l'armée. Quant à la délégation de la surveillance de l'espace aérien suisse à d'autres pays, elle nous conduirait directement dans l'OTAN, un choix incompatible avec la neutralité de la Suisse.

C'est à l'unanimité également que les Seniors UDC ont apporté leur soutien à l'initiative populaire "Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants". Il est évident à leurs yeux que la base légale actuellement en vigueur ne suffit pas à protéger les enfants contre ces individus. La protection des enfants doit être notablement renforcée. Une interdiction professionnelle à vie pour les délinquants pédophiles est un pas important dans cette direction et réduira le nombre de ces crimes.

L'initiative sur les salaires minimums a été massivement rejetée, car les Seniors UDC la considèrent comme une véritable attaque contre le modèle à succès suisse. Un salaire minimum, qui serait le plus élevé du monde, réduirait notablement les chances des travailleurs les moins qualifiés, des employés à temps partiels et des jeunes professionnels d'accéder au marché du travail. Un salaire minimum obligatoire porterait également un coup au partenariat social qui fait la preuve de son utilité depuis des décennies dans les branches et les entreprises. Des emplois disparaîtraient, notamment dans les campagnes.

L'arrêté fédéral sur les soins médicaux de base n'a pas eu grâce non plus aux yeux des Seniors UDC dont la grande majorité estimait que le développement néfaste, que connait actuellement le système de santé publique, serait accéléré par ce projet. Les conséquences logiques de cette réforme seraient un renforcement des interventions de l'Etat et une augmentation des primes d'assurance-maladie. Les personnes présentes se sont tout particulièrement heurtées à la "rémunération appropriée des prestations de la médecine de famille" prévue dans cet article constitutionnel. Il s'agit là, ni plus, ni moins, d'une garantie salariale donnée par l'Etat à une branche professionnelle, ce qui est unique en Suisse.          

06.05.2014

Seniors UDC: OUI au Gripen – non à l'initiative sur les salaires minimums

Décisions claires des Seniors UDC: à l'unanimité les personnes présentes ont soutenu l'acquisition des avions de combat Gripen ainsi que l'initiative "Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants".

Décisions claires des Seniors UDC: à l'unanimité les personnes présentes ont soutenu l'acquisition des avions de combat Gripen ainsi que l'initiative "Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants". En revanche, l'initiative sur les salaires minimums et l'arrêté fédéral sur les soins médicaux de base ont été rejetés.

La sécurité de notre pays au sol et dans les airs est un principe élémentaire qui doit absolument être sauvegardé. Grâce au remplacement de la flotte surannée de Tiger par les nouveaux avions de combat Gripen, la Suisse aura les moyens de défendre et de garantir indépendamment sa souveraineté durant les décennies à venir. Le Gripen a fait l'objet d'une procédure d'évaluation sérieuse et il remplit sans problème les tâches de surveillance, de contrôle et de protection de l'espace aérien qui lui seront dévolues. Les Seniors UDC présents ont sévèrement critiqué les mensonges distillés par la gauche qui propose d'utiliser à d'autres fins les fonds nécessaires à cette acquisition et qui veut déléguer à l'étranger la sécurité de notre pays. Les deux idées sont totalement déplacées. L'argent nécessaire à l'achat des Gripen provient du budget militaire ordinaire et il est donc destiné exclusivement à l'armée. Quant à la délégation de la surveillance de l'espace aérien suisse à d'autres pays, elle nous conduirait directement dans l'OTAN, un choix incompatible avec la neutralité de la Suisse.

C'est à l'unanimité également que les Seniors UDC ont apporté leur soutien à l'initiative populaire "Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants". Il est évident à leurs yeux que la base légale actuellement en vigueur ne suffit pas à protéger les enfants contre ces individus. La protection des enfants doit être notablement renforcée. Une interdiction professionnelle à vie pour les délinquants pédophiles est un pas important dans cette direction et réduira le nombre de ces crimes.

L'initiative sur les salaires minimums a été massivement rejetée, car les Seniors UDC la considèrent comme une véritable attaque contre le modèle à succès suisse. Un salaire minimum, qui serait le plus élevé du monde, réduirait notablement les chances des travailleurs les moins qualifiés, des employés à temps partiels et des jeunes professionnels d'accéder au marché du travail. Un salaire minimum obligatoire porterait également un coup au partenariat social qui fait la preuve de son utilité depuis des décennies dans les branches et les entreprises. Des emplois disparaîtraient, notamment dans les campagnes.

L'arrêté fédéral sur les soins médicaux de base n'a pas eu grâce non plus aux yeux des Seniors UDC dont la grande majorité estimait que le développement néfaste, que connait actuellement le système de santé publique, serait accéléré par ce projet. Les conséquences logiques de cette réforme seraient un renforcement des interventions de l'Etat et une augmentation des primes d'assurance-maladie. Les personnes présentes se sont tout particulièrement heurtées à la "rémunération appropriée des prestations de la médecine de famille" prévue dans cet article constitutionnel. Il s'agit là, ni plus, ni moins, d'une garantie salariale donnée par l'Etat à une branche professionnelle, ce qui est unique en Suisse.