Articles dans
le temps
Seniors UDC: Oui au taux de conversion, Non à la recherche sur l'humain et à l'avocat des animaux
16.02.2010

Seniors UDC: Oui au taux de conversion, Non à la recherche sur l'humain et à l'avocat des animaux

Les Seniors UDC ont adopté leurs consignes de vote en vue du scrutin fédéral du 7 mars 2010. Ils recommandent à l'unanimité d'accepter l'adaptation du taux de conversion LPP. Face à l'augmentation...

Les Seniors UDC ont adopté leurs consignes de vote en vue du scrutin fédéral du 7 mars 2010. Ils recommandent à l'unanimité d'accepter l'adaptation du taux de conversion LPP. Face à l'augmentation constante de l'espérance de vie et des faibles rendements financiers, le risque est grand qu'un système, qui a fait ses preuves jusqu'ici, ne s'effondre dans les décennies à venir - avec des conséquences graves et des hausses massives des charges pour les générations à venir. Les Seniors UDC ont aussi arrêté des positions claires concernant les deux autres objets des votations: NON à l'article constitutionnel relatif à la recherche sur l'être humain et NON aussi à l'initiative instituant un avocat des animaux.

Les Seniors UDC se sont réunis récemment à Olten pour une assemblée générale ordinaire. Le point fort de la réunion fut l'adoption des consignes pour le prochain scrutin fédéral, soit la votation sur le taux de conversion dans la prévoyance professionnelle, l'article constitutionnel concernant la recherche sur l'être humain et l'initiative populaire demandant l'institution d'un avocat pour les animaux.

L'adaptation du taux de conversion LPP a été approuvée à l'unanimité. Compte tenu de la progression constante de l'espérance de vie et de la situation incertaine sur les marchés financiers, la baisse du taux de conversion de 6,8 à 6,4% est indispensable. L'affirmation de la gauche, selon laquelle cette mesure consiste à voler les rentiers, a été rejetée avec indignation par les Seniors UDC. La réalité est que les versements des actifs doivent aujourd'hui déjà être utilisés pour la génération actuelle de rentiers. Si vol il y a, il se produit donc plutôt aux frais des actifs actuels. Le problème de la baisse des taux d'intérêts et des rendements a également suscité un large débat. Les bases de calcul actuelles sont trop optimistes et contraignent les caisses de pension à prendre des risques excessifs pour atteindre leurs objectifs. Ce jeu de roulette avec le capital-vieillesse doit être refusé, notamment si on se souvient des récentes turbulences sur les marchés financiers.

L'article constitutionnel relatif à la recherche sur l'être humain a été clairement rejeté. Les délégués étaient unanimes pour dire que la base législative actuelle, complétée par des dispositions d'exécution au niveau de l'ordonnance, est suffisante. Les dispositions constitutionnelles proposées sont trop vagues et affectent la sécurité du droit; elles provoquent une augmentation des coûts, alourdissent la bureaucratie et entravent la recherche scientifique. Ce nouvel article constitutionnel n'est tout simplement pas nécessaire.

C'est à l'unanimité que les Seniors UDC recommandent le rejet de l'initiative instituant des avocats dans la protection des animaux. Aujourd'hui déjà la Suisse possède une des législations les plus sévères du monde en matière de protection des animaux. Le régime en vigueur permet aux cantons d'instituer un avocat des animaux s'ils le jugent nécessaire. Une obligation imposée par la Confédération doit être refusée. Les Seniors UDC critiquent aussi la hausse des coûts, le gonflement de l'appareil bureaucratique et de contrôle et la surcharge de travail pour les tribunaux provoqués par cette initiative.

16.02.2010

Seniors UDC: Oui au taux de conversion, Non à la recherche sur l'humain et à l'avocat des animaux

Les Seniors UDC ont adopté leurs consignes de vote en vue du scrutin fédéral du 7 mars 2010. Ils recommandent à l'unanimité d'accepter l'adaptation du taux de conversion LPP. Face à l'augmentation...

Les Seniors UDC ont adopté leurs consignes de vote en vue du scrutin fédéral du 7 mars 2010. Ils recommandent à l'unanimité d'accepter l'adaptation du taux de conversion LPP. Face à l'augmentation constante de l'espérance de vie et des faibles rendements financiers, le risque est grand qu'un système, qui a fait ses preuves jusqu'ici, ne s'effondre dans les décennies à venir - avec des conséquences graves et des hausses massives des charges pour les générations à venir. Les Seniors UDC ont aussi arrêté des positions claires concernant les deux autres objets des votations: NON à l'article constitutionnel relatif à la recherche sur l'être humain et NON aussi à l'initiative instituant un avocat des animaux.

Les Seniors UDC se sont réunis récemment à Olten pour une assemblée générale ordinaire. Le point fort de la réunion fut l'adoption des consignes pour le prochain scrutin fédéral, soit la votation sur le taux de conversion dans la prévoyance professionnelle, l'article constitutionnel concernant la recherche sur l'être humain et l'initiative populaire demandant l'institution d'un avocat pour les animaux.

L'adaptation du taux de conversion LPP a été approuvée à l'unanimité. Compte tenu de la progression constante de l'espérance de vie et de la situation incertaine sur les marchés financiers, la baisse du taux de conversion de 6,8 à 6,4% est indispensable. L'affirmation de la gauche, selon laquelle cette mesure consiste à voler les rentiers, a été rejetée avec indignation par les Seniors UDC. La réalité est que les versements des actifs doivent aujourd'hui déjà être utilisés pour la génération actuelle de rentiers. Si vol il y a, il se produit donc plutôt aux frais des actifs actuels. Le problème de la baisse des taux d'intérêts et des rendements a également suscité un large débat. Les bases de calcul actuelles sont trop optimistes et contraignent les caisses de pension à prendre des risques excessifs pour atteindre leurs objectifs. Ce jeu de roulette avec le capital-vieillesse doit être refusé, notamment si on se souvient des récentes turbulences sur les marchés financiers.

L'article constitutionnel relatif à la recherche sur l'être humain a été clairement rejeté. Les délégués étaient unanimes pour dire que la base législative actuelle, complétée par des dispositions d'exécution au niveau de l'ordonnance, est suffisante. Les dispositions constitutionnelles proposées sont trop vagues et affectent la sécurité du droit; elles provoquent une augmentation des coûts, alourdissent la bureaucratie et entravent la recherche scientifique. Ce nouvel article constitutionnel n'est tout simplement pas nécessaire.

C'est à l'unanimité que les Seniors UDC recommandent le rejet de l'initiative instituant des avocats dans la protection des animaux. Aujourd'hui déjà la Suisse possède une des législations les plus sévères du monde en matière de protection des animaux. Le régime en vigueur permet aux cantons d'instituer un avocat des animaux s'ils le jugent nécessaire. Une obligation imposée par la Confédération doit être refusée. Les Seniors UDC critiquent aussi la hausse des coûts, le gonflement de l'appareil bureaucratique et de contrôle et la surcharge de travail pour les tribunaux provoqués par cette initiative.