Articles dans
le temps
Si la gauche gagne, c’est un désastre pour la Suisse
05.04.2007

Si la gauche gagne, c’est un désastre pour la Suisse

Les élections au Conseil national et au Conseil des Etats ont lieu dans 200 jours. Elles seront déterminantes pour la future orientation politique de la Suisse. Les citoyennes et les citoyens...

(UDC) Les élections au Conseil national et au Conseil des Etats ont lieu dans 200 jours. Elles seront déterminantes pour la future orientation politique de la Suisse. Les citoyennes et les citoyens choisiront entre une majorité bourgeoise et libérale et une majorité rouge-verte. Les années nonante ont été marquées par la politique de gauche. Avec les effets désastreux que l'on sait. Dans son nouveau document stratégique, l'UDC présente les dégâts que cette politique a faits en Suisse pendant une quinzaine d'années. Conclusion: pour sauvegarder les valeurs suisses, la prospérité et la sécurité, il faut voter UDC.

La majorité de fait dont disposent le camp rouge-vert et ses alliés a dominé pendant quinze ans la Suisse. Aujourd'hui, nous sommes confrontés aux conséquences de cette politique erronée: dettes publiques écrasantes, hausse des impôts, taxes et redevances, explosion des coûts dans les administrations publiques, bureaucratie omniprésente, flot de nouvelles lois, violence croissante dans les rues et dans les écoles, immigration incontrôlée, naturalisations en masse, dévalorisation de la famille, dégradation générale des mœurs dans la société, baisse de l'effort et de la discipline dans les écoles.

Par leur étatisme et leur manie régulatrice, les partis rouges-verts étranglent la vie économique et politique dans notre pays. Leur internationalisme effréné, mais néanmoins confus impose à la Suisse de plus en plus de normes internationales qui minent notre législation nationale et accroissent notre dépendance. C'est un véritable bradage de la patrie suisse.

Le document "Victoire du camp rouge-vert - un désastre pour la Suisse" met aussi en évidence les projets socialistes les plus récents auxquels travaille la gauche et qu'elle veut imposer à la Suisse. L'un de ses principaux objectifs est de neutraliser systématiquement les processus de décision démocratiques: cela commence par l'annulation pure et simple de décisions de naturalisation prises dans les communes et finit par le blocage de décisions populaires - comme l'initiative pour l'internement des criminels dangereux - à cause de l'opposition de politiques de gauche et de fonctionnaires.

Les élections au Conseil national et au Conseil des Etats du 21 octobre 2007 constituent donc un choix d'orientation politique aux conséquences lourdes pour le pays.

Berne, 5 avril 2007

05.04.2007

Si la gauche gagne, c’est un désastre pour la Suisse

Les élections au Conseil national et au Conseil des Etats ont lieu dans 200 jours. Elles seront déterminantes pour la future orientation politique de la Suisse. Les citoyennes et les citoyens...

(UDC) Les élections au Conseil national et au Conseil des Etats ont lieu dans 200 jours. Elles seront déterminantes pour la future orientation politique de la Suisse. Les citoyennes et les citoyens choisiront entre une majorité bourgeoise et libérale et une majorité rouge-verte. Les années nonante ont été marquées par la politique de gauche. Avec les effets désastreux que l'on sait. Dans son nouveau document stratégique, l'UDC présente les dégâts que cette politique a faits en Suisse pendant une quinzaine d'années. Conclusion: pour sauvegarder les valeurs suisses, la prospérité et la sécurité, il faut voter UDC.

La majorité de fait dont disposent le camp rouge-vert et ses alliés a dominé pendant quinze ans la Suisse. Aujourd'hui, nous sommes confrontés aux conséquences de cette politique erronée: dettes publiques écrasantes, hausse des impôts, taxes et redevances, explosion des coûts dans les administrations publiques, bureaucratie omniprésente, flot de nouvelles lois, violence croissante dans les rues et dans les écoles, immigration incontrôlée, naturalisations en masse, dévalorisation de la famille, dégradation générale des mœurs dans la société, baisse de l'effort et de la discipline dans les écoles.

Par leur étatisme et leur manie régulatrice, les partis rouges-verts étranglent la vie économique et politique dans notre pays. Leur internationalisme effréné, mais néanmoins confus impose à la Suisse de plus en plus de normes internationales qui minent notre législation nationale et accroissent notre dépendance. C'est un véritable bradage de la patrie suisse.

Le document "Victoire du camp rouge-vert - un désastre pour la Suisse" met aussi en évidence les projets socialistes les plus récents auxquels travaille la gauche et qu'elle veut imposer à la Suisse. L'un de ses principaux objectifs est de neutraliser systématiquement les processus de décision démocratiques: cela commence par l'annulation pure et simple de décisions de naturalisation prises dans les communes et finit par le blocage de décisions populaires - comme l'initiative pour l'internement des criminels dangereux - à cause de l'opposition de politiques de gauche et de fonctionnaires.

Les élections au Conseil national et au Conseil des Etats du 21 octobre 2007 constituent donc un choix d'orientation politique aux conséquences lourdes pour le pays.

Berne, 5 avril 2007