Articles dans
le temps
Situation désastreuse sur le marché du lait – l'UDC demande des mesures urgentes
16.06.2016

Situation désastreuse sur le marché du lait – l'UDC demande des mesures urgentes

Le prix du lait de centrale est tombé à un niveau si bas que la situation devient dramatique pour les producteurs. L'UDC prend cette situation très au sérieux. Elle a déposé en avril dernier déjà une motion (16.3329) qui réclame un système de régulation de la quantité de lait produite. Mais au lieu de saisir la balle au bond, l'organisation de la branche du lait a annoncé par la voie de la presse qu'elle refusait de prendre des mesures. Une réaction inacceptable! L'UDC a donc rencontré aujourd'hui Markus Zemp, représentant de l'Interprofession Lait (IP-Lait), ainsi que Kurt Nüesch et Stephan Hagenbuch, représentants de l'organisation Producteurs Suisses de Lait (PSL), pour un entretien. 

La situation sur le marché du lait est plus mauvaise que jamais et non ne voit pas le moindre signe d'amélioration à l'horizon. De nombreuses exploitations suisses ont des problèmes de liquidité et se battent pour survivre. Il est évident que le Conseil fédéral et les organisations de la branche doivent prendre immédiatement des mesures. 

Cela fait longtemps que l'UDC met en garde contre ce développement et elle a déposé au printemps 2016 déjà une motion (16.3329) réclamant des mesures. Cette intervention largement soutenue au Parlement exige une authentique régulation par l'IP-Lait de la quantité de lait produite afin d'obtenir une stabilisation durable des prix.

L'UDC a invité aujourd'hui une délégation du PSL et de l'IP-Lait à un entretien au Palais fédéral. Elle a dû constater à sa grande déception que Markus Zemp, président de l'IP-Lait, refuse de soutenir sa proposition qu'il considère comme inapplicable. Le PSL n'estime pas non plus qu'une régulation de la quantité constitue une solution valable dans le contexte compliqué actuel. Ces déclarations sont d'autant plus surprenantes que la tâche de l'IP-Lait est précisément de renforcer l'économie laitière suisse, de sauvegarder la création de plus-values ainsi que de défendre les parts au marché en Suisse et à l'étranger. 

L'UDC a clairement fait comprendre lors de cet entretien qu'elle attendait de l'IP-Lait un engagement plus énergique en faveur de l'économie laitière suisse. Elle est convaincue que la situation actuelle sur le marché laitier ne peut être corrigée que moyennant une régulation quantitative de la production de lait. Elle invite donc l'IP-Lait à prendre au sérieux ce moyen d'intervention. 

A court terme l'UDC exige avec insistance une règlementation claire des contrats d'achat de lait afin que les producteurs puissent planifier leur production en fonction des quantités et du prix par segment de livraison. Les éventuelles retenues pour l'exportation de beurre doivent être exclusivement imputées au segment C et les livraisons de lait dans ce segment doivent être facultatives. 

L'UDC demande en outre le maintien de la protection en vigueur contre les importations et rejette catégoriquement toute extension du trafic de perfectionnement. 

 

16.06.2016

Situation désastreuse sur le marché du lait – l'UDC demande des mesures urgentes

Le prix du lait de centrale est tombé à un niveau si bas que la situation devient dramatique pour les producteurs. L'UDC prend cette situation très au sérieux. Elle a déposé en avril dernier déjà une motion (16.3329) qui réclame un système de régulation de la quantité de lait produite. Mais au lieu de saisir la balle au bond, l'organisation de la branche du lait a annoncé par la voie de la presse qu'elle refusait de prendre des mesures. Une réaction inacceptable! L'UDC a donc rencontré aujourd'hui Markus Zemp, représentant de l'Interprofession Lait (IP-Lait), ainsi que Kurt Nüesch et Stephan Hagenbuch, représentants de l'organisation Producteurs Suisses de Lait (PSL), pour un entretien. 

La situation sur le marché du lait est plus mauvaise que jamais et non ne voit pas le moindre signe d'amélioration à l'horizon. De nombreuses exploitations suisses ont des problèmes de liquidité et se battent pour survivre. Il est évident que le Conseil fédéral et les organisations de la branche doivent prendre immédiatement des mesures. 

Cela fait longtemps que l'UDC met en garde contre ce développement et elle a déposé au printemps 2016 déjà une motion (16.3329) réclamant des mesures. Cette intervention largement soutenue au Parlement exige une authentique régulation par l'IP-Lait de la quantité de lait produite afin d'obtenir une stabilisation durable des prix.

L'UDC a invité aujourd'hui une délégation du PSL et de l'IP-Lait à un entretien au Palais fédéral. Elle a dû constater à sa grande déception que Markus Zemp, président de l'IP-Lait, refuse de soutenir sa proposition qu'il considère comme inapplicable. Le PSL n'estime pas non plus qu'une régulation de la quantité constitue une solution valable dans le contexte compliqué actuel. Ces déclarations sont d'autant plus surprenantes que la tâche de l'IP-Lait est précisément de renforcer l'économie laitière suisse, de sauvegarder la création de plus-values ainsi que de défendre les parts au marché en Suisse et à l'étranger. 

L'UDC a clairement fait comprendre lors de cet entretien qu'elle attendait de l'IP-Lait un engagement plus énergique en faveur de l'économie laitière suisse. Elle est convaincue que la situation actuelle sur le marché laitier ne peut être corrigée que moyennant une régulation quantitative de la production de lait. Elle invite donc l'IP-Lait à prendre au sérieux ce moyen d'intervention. 

A court terme l'UDC exige avec insistance une règlementation claire des contrats d'achat de lait afin que les producteurs puissent planifier leur production en fonction des quantités et du prix par segment de livraison. Les éventuelles retenues pour l'exportation de beurre doivent être exclusivement imputées au segment C et les livraisons de lait dans ce segment doivent être facultatives. 

L'UDC demande en outre le maintien de la protection en vigueur contre les importations et rejette catégoriquement toute extension du trafic de perfectionnement.