Articles dans
le temps
Stoppez les pillards allemands!
21.02.2008

Stoppez les pillards allemands!

Le service de renseignement allemand ayant réussi à se procurer par des voies illégales des données bancaires confidentielles, la Principauté du Liechtenstein a fait l'objet d'insultes grossières...

(UDC) Le service de renseignement allemand ayant réussi à se procurer par des voies illégales des données bancaires confidentielles, la Principauté du Liechtenstein a fait l'objet d'insultes grossières en provenance de Berlin. Aujourd'hui, l'ancien ministre des finances Hans Eichel accuse la Suisse de favoriser la soustraction fiscale. Les attaques d'Eichel sont proprement scandaleuses. La Suisse n'a pas à accepter cela. L'UDC rejette catégoriquement ces déclarations non qualifiées et inqualifiables. Elle invite le Conseil fédéral à en faire autant et à corriger les allégations fausses et malveillantes du ministre allemand.

L'UDC condamne formellement les déclarations de l'ancien ministre allemand Hans Eichel. Le passé politique de ce Monsieur prouve que sa grande et sans doute unique spécialité consiste à tirer l'argent des poches des contribuables jusqu'au dernier centime. Sa conception politique a d'ailleurs été reprise par le gouvernement allemand actuel: au lieu de mettre de l'ordre dans des finances publiques qui sont dans un état désastreux, le ministère allemand des finances fait la chasse aux contribuables fautifs dans le but de détourner l'attention de l'incompétence et de la désorientation des responsables politiques allemands.
Au bord de ruine et quasiment incapable de respecter ses engagements financiers, l'Etat allemand tente maintenant, en recourant à des méthodes criminelles, de récupérer l'argent que ses citoyens ont transféré à l'étranger. Les fonctionnaires de l'Etat allemand ne se gênent nullement d'utiliser des moyens interdits pour obtenir des preuves. Ainsi le service de renseignement allemand a acheté pour plusieurs millions d'euros à d'obscures intermédiaires des données volées. Voilà le vrai scandale.

Contrairement aux élus politiques qui recourent à des manœuvres aussi douteuses, des Etats comme la Suisse et le Liechtenstein ont gardé le contrôle de leurs finances et mènent une politique où des valeurs comme la sphère privée et la propriété privée ont encore leur place. L'utilisation de l'argent des contribuables pour financer des actes criminels ne serait pas imaginable dans ces pays. Un simple citoyen qui commet des actes criminels finit en prison. L'Etat allemand se comporte en pillard sans se gêner d'aucune manière.

Il est grand temps d'agir. L'UDC invite le Conseil fédéral à protester immédiatement contre les déclarations inqualifiables de l'ex-ministre des finances Eichel. Un Etat souverain ne peut pas accepter des attaques aussi déplacées de la part d'un ancien responsable politique. Le gouvernement allemand doit présenter des excuses pour ses attitudes lamentables et cesser de se mêler des affaires intérieures de la Suisse. Un comportement inadmissible entre voisins. La Suisse a toujours respecté scrupuleusement les traités et les lois; elle est en droit d'attendre la même chose de ses voisins et partenaires.

Berne, 21 février 2008

21.02.2008

Stoppez les pillards allemands!

Le service de renseignement allemand ayant réussi à se procurer par des voies illégales des données bancaires confidentielles, la Principauté du Liechtenstein a fait l'objet d'insultes grossières...

(UDC) Le service de renseignement allemand ayant réussi à se procurer par des voies illégales des données bancaires confidentielles, la Principauté du Liechtenstein a fait l'objet d'insultes grossières en provenance de Berlin. Aujourd'hui, l'ancien ministre des finances Hans Eichel accuse la Suisse de favoriser la soustraction fiscale. Les attaques d'Eichel sont proprement scandaleuses. La Suisse n'a pas à accepter cela. L'UDC rejette catégoriquement ces déclarations non qualifiées et inqualifiables. Elle invite le Conseil fédéral à en faire autant et à corriger les allégations fausses et malveillantes du ministre allemand.

L'UDC condamne formellement les déclarations de l'ancien ministre allemand Hans Eichel. Le passé politique de ce Monsieur prouve que sa grande et sans doute unique spécialité consiste à tirer l'argent des poches des contribuables jusqu'au dernier centime. Sa conception politique a d'ailleurs été reprise par le gouvernement allemand actuel: au lieu de mettre de l'ordre dans des finances publiques qui sont dans un état désastreux, le ministère allemand des finances fait la chasse aux contribuables fautifs dans le but de détourner l'attention de l'incompétence et de la désorientation des responsables politiques allemands.
Au bord de ruine et quasiment incapable de respecter ses engagements financiers, l'Etat allemand tente maintenant, en recourant à des méthodes criminelles, de récupérer l'argent que ses citoyens ont transféré à l'étranger. Les fonctionnaires de l'Etat allemand ne se gênent nullement d'utiliser des moyens interdits pour obtenir des preuves. Ainsi le service de renseignement allemand a acheté pour plusieurs millions d'euros à d'obscures intermédiaires des données volées. Voilà le vrai scandale.

Contrairement aux élus politiques qui recourent à des manœuvres aussi douteuses, des Etats comme la Suisse et le Liechtenstein ont gardé le contrôle de leurs finances et mènent une politique où des valeurs comme la sphère privée et la propriété privée ont encore leur place. L'utilisation de l'argent des contribuables pour financer des actes criminels ne serait pas imaginable dans ces pays. Un simple citoyen qui commet des actes criminels finit en prison. L'Etat allemand se comporte en pillard sans se gêner d'aucune manière.

Il est grand temps d'agir. L'UDC invite le Conseil fédéral à protester immédiatement contre les déclarations inqualifiables de l'ex-ministre des finances Eichel. Un Etat souverain ne peut pas accepter des attaques aussi déplacées de la part d'un ancien responsable politique. Le gouvernement allemand doit présenter des excuses pour ses attitudes lamentables et cesser de se mêler des affaires intérieures de la Suisse. Un comportement inadmissible entre voisins. La Suisse a toujours respecté scrupuleusement les traités et les lois; elle est en droit d'attendre la même chose de ses voisins et partenaires.

Berne, 21 février 2008