Articles dans
le temps
Stratégie énergétique du Conseil fédéral: fausse et dangereuse
28.09.2012

Stratégie énergétique du Conseil fédéral: fausse et dangereuse

La procédure de consultation ouverte aujourd'hui par le Conseil fédéral concernant la stratégie énergétique 2050 concrétise enfin la décision précipitée prise il y a un an et demi d'abandonner...

La procédure de consultation ouverte aujourd'hui par le Conseil fédéral concernant la stratégie énergétique 2050 concrétise enfin la décision précipitée prise il y a un an et demi d'abandonner l'énergie nucléaire. Les propositions du gouvernement sont inacceptables aux yeux de l'UDC. Ces mesures dirigistes et éducatives, ces interventions massives dans le marché et ces taxes et redevances supplémentaires ne permettent de réaliser que la moitié des objectifs visés. Ce projet repose de surcroît sur des chiffres et revendications irréalistes.

L'UDC rejette avec détermination la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral et exige que la future politique énergétique de la Suisse soit fondée sur des conceptions claires et réalistes et non pas sur des utopies aventureuses. Dans cette question centrale pour la population et l'économie, l'UDC ne saurait tolérer des projets reposant sur de vagues espoirs. Elle critique aussi l'intention du Conseil fédéral de ne présenter la réforme fiscale écologique qu'en 2014. Cette sournoise tactique du salami contraint le Parlement et le peuple de s'aventurer dans l'inconnu dans le cadre de cette stratégie énergétique.

Les chiffres avancés dans la stratégie énergétique 2050 concernant le développement des énergies alternatives sont tout simplement irréalistes compte tenu de l'état actuel de la technique et des connaissances d'aujourd'hui. La croissance démographique annoncée repose en outre sur des statistiques dépassées. Alors que le Conseil fédéral se fonde sur une augmentation de la population d'un million d'habitants d'ici à 2050, la Suisse connaît aujourd'hui déjà une immigration annuelle nette de quelque 80 000 personnes. Si ce développement se poursuit, l'augmentation d'un million ne sera pas réalité en 2050, mais déjà en 2025. Un programme qui se réfère à des estimations aussi fausses ne permet évidemment pas d'atteindre les objectifs visés.

Partant du développement actuel, une réduction de la consommation énergétique par personne de 35% d'ici à 2035 est aussi parfaitement illusoire. Jusqu'ici, il n'a jamais été possible de découpler la consommation d'énergie de la croissance économique et encore moins de réduire la consommation d'énergie par habitant malgré la sévérité de la législation en place. Les mesures de contrainte annoncées à cet effet représentent non seulement une atteinte à la liberté personnelle, mais aussi une intervention massive dans l'économie. Cette politique et l'absence d'une planification sérieuse et fiable défavoriseront fortement la Suisse dans la concurrence internationale avec à la clé la perte de nombreux emplois et une baisse de la prospérité.

Cette stratégique énergétique provoquera en plus une forte hausse du prix de l'énergie. La facture de cette politique devra en fin de compte être payée par l'économie et la population.

La Suisse a besoin, aujourd'hui comme demain, d'un approvisionnement énergétique fiable, indépendant et financièrement supportable. Celui-ci existe aujourd'hui grâce à la composition judicieuse de la production électrique nationale. Il est non seulement inutile, mais surtout faux et irresponsable de s'en détourner. Sans nécessité aucune, le Conseil fédéral propose de jeter par-dessus bord des principes qui ont fait leurs preuves et qui ont contribué à l'histoire à succès de la Suisse durant les décennies écoulés. La population et l'économie de notre pays ont besoin de conditions-cadres fiables pour continuer sur la voie du succès. L'UDC exige donc une politique énergétique réaliste qui garantisse un approvisionnement en énergie à un prix avantageux, aussi indépendant que possible et fiable. La stratégique énergétique 2050 du Conseil fédéral est l'exact contraire de cette exigence. Elle doit donc être combattue dès son lancement.

Le document de fond de l'UDC sur la politique énergétique, qui a été publié récemment, peut être consulté ici.

28.09.2012

Stratégie énergétique du Conseil fédéral: fausse et dangereuse

La procédure de consultation ouverte aujourd'hui par le Conseil fédéral concernant la stratégie énergétique 2050 concrétise enfin la décision précipitée prise il y a un an et demi d'abandonner...

La procédure de consultation ouverte aujourd'hui par le Conseil fédéral concernant la stratégie énergétique 2050 concrétise enfin la décision précipitée prise il y a un an et demi d'abandonner l'énergie nucléaire. Les propositions du gouvernement sont inacceptables aux yeux de l'UDC. Ces mesures dirigistes et éducatives, ces interventions massives dans le marché et ces taxes et redevances supplémentaires ne permettent de réaliser que la moitié des objectifs visés. Ce projet repose de surcroît sur des chiffres et revendications irréalistes.

L'UDC rejette avec détermination la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral et exige que la future politique énergétique de la Suisse soit fondée sur des conceptions claires et réalistes et non pas sur des utopies aventureuses. Dans cette question centrale pour la population et l'économie, l'UDC ne saurait tolérer des projets reposant sur de vagues espoirs. Elle critique aussi l'intention du Conseil fédéral de ne présenter la réforme fiscale écologique qu'en 2014. Cette sournoise tactique du salami contraint le Parlement et le peuple de s'aventurer dans l'inconnu dans le cadre de cette stratégie énergétique.

Les chiffres avancés dans la stratégie énergétique 2050 concernant le développement des énergies alternatives sont tout simplement irréalistes compte tenu de l'état actuel de la technique et des connaissances d'aujourd'hui. La croissance démographique annoncée repose en outre sur des statistiques dépassées. Alors que le Conseil fédéral se fonde sur une augmentation de la population d'un million d'habitants d'ici à 2050, la Suisse connaît aujourd'hui déjà une immigration annuelle nette de quelque 80 000 personnes. Si ce développement se poursuit, l'augmentation d'un million ne sera pas réalité en 2050, mais déjà en 2025. Un programme qui se réfère à des estimations aussi fausses ne permet évidemment pas d'atteindre les objectifs visés.

Partant du développement actuel, une réduction de la consommation énergétique par personne de 35% d'ici à 2035 est aussi parfaitement illusoire. Jusqu'ici, il n'a jamais été possible de découpler la consommation d'énergie de la croissance économique et encore moins de réduire la consommation d'énergie par habitant malgré la sévérité de la législation en place. Les mesures de contrainte annoncées à cet effet représentent non seulement une atteinte à la liberté personnelle, mais aussi une intervention massive dans l'économie. Cette politique et l'absence d'une planification sérieuse et fiable défavoriseront fortement la Suisse dans la concurrence internationale avec à la clé la perte de nombreux emplois et une baisse de la prospérité.

Cette stratégique énergétique provoquera en plus une forte hausse du prix de l'énergie. La facture de cette politique devra en fin de compte être payée par l'économie et la population.

La Suisse a besoin, aujourd'hui comme demain, d'un approvisionnement énergétique fiable, indépendant et financièrement supportable. Celui-ci existe aujourd'hui grâce à la composition judicieuse de la production électrique nationale. Il est non seulement inutile, mais surtout faux et irresponsable de s'en détourner. Sans nécessité aucune, le Conseil fédéral propose de jeter par-dessus bord des principes qui ont fait leurs preuves et qui ont contribué à l'histoire à succès de la Suisse durant les décennies écoulés. La population et l'économie de notre pays ont besoin de conditions-cadres fiables pour continuer sur la voie du succès. L'UDC exige donc une politique énergétique réaliste qui garantisse un approvisionnement en énergie à un prix avantageux, aussi indépendant que possible et fiable. La stratégique énergétique 2050 du Conseil fédéral est l'exact contraire de cette exigence. Elle doit donc être combattue dès son lancement.

Le document de fond de l'UDC sur la politique énergétique, qui a été publié récemment, peut être consulté ici.