Articles dans
le temps
SuccÈs de la politique d'opposition de l'UDC
10.01.2008

SuccÈs de la politique d'opposition de l'UDC

La pression et l'engagement du premier parti politique de Suisse permettront d'apporter enfin - contre la volonté du conseiller fédéral Pascal Couchepin - des améliorations à la santé publique et...

(UDC) La pression et l'engagement du premier parti politique de Suisse permettront d'apporter enfin - contre la volonté du conseiller fédéral Pascal Couchepin - des améliorations à la santé publique et de décharger les assurés. Le contreprojet élaboré à la suite de l'initiative UDC pour la baisse des primes déposée en 2004 répond largement aux exigences centrales de l'initiative. L'UDC peut donc, de bonne conscience et en faisant un bilan positif de son action, retirer son initiative vendredi 11 janvier 2008 afin d'ouvrir la voie au contreprojet.

Le système suisse de santé publique est dans une situation désastreuse depuis longtemps. Durant les années suivant l'entrée en vigueur de la nouvelle LAMal, les conseillers fédéraux responsables de ce dossier - mais aussi le Parlement - ont été incapables d'endiguer l'explosion des coûts de la santé publique. Le conseiller fédéral Pascal Couchepin n'a rien changé à la politique "de l'emplâtre sur la jambe de bois" pratiquée par la socialiste qui l'a précédé dans sa fonction. Voilà pourquoi l'UDC a lancé en 2003 son initiative pour la baisse des primes.

L'objectif de l'initiative UDC était de donner plus de marge de manœuvre aux fournisseurs de prestations médicales et aux assurés, de faire plus de transparence, de délimiter clairement les responsabilités et de supprimer des prestations peu utiles mais onéreuses dans le catalogue couvert par l'assurance de base.

Il faut cesser de pénaliser la responsabilité individuelle et le sens de l'économie des gens. La concurrence entre les fournisseurs et entre les assureurs doit jouer. Il s'agit d'encourager et d'honorer la qualité et les prestations véritablement utiles et de cesser de financer des traitements-alibis.

Grâce à la pression permanente de l'initiative UDC, le PDC et le PRD ont été contraints - contrairement à la volonté de leurs conseillers fédéraux - de revenir à une politique de la santé plus responsable. Les principales exigences de l'UDC ayant été reprises par le contreprojet, l'UDC peut retirer sa propre initiative en sachant que son action a permis de faire avancer les choses.

Berne le 10 janvier 2008

10.01.2008

SuccÈs de la politique d'opposition de l'UDC

La pression et l'engagement du premier parti politique de Suisse permettront d'apporter enfin - contre la volonté du conseiller fédéral Pascal Couchepin - des améliorations à la santé publique et...

(UDC) La pression et l'engagement du premier parti politique de Suisse permettront d'apporter enfin - contre la volonté du conseiller fédéral Pascal Couchepin - des améliorations à la santé publique et de décharger les assurés. Le contreprojet élaboré à la suite de l'initiative UDC pour la baisse des primes déposée en 2004 répond largement aux exigences centrales de l'initiative. L'UDC peut donc, de bonne conscience et en faisant un bilan positif de son action, retirer son initiative vendredi 11 janvier 2008 afin d'ouvrir la voie au contreprojet.

Le système suisse de santé publique est dans une situation désastreuse depuis longtemps. Durant les années suivant l'entrée en vigueur de la nouvelle LAMal, les conseillers fédéraux responsables de ce dossier - mais aussi le Parlement - ont été incapables d'endiguer l'explosion des coûts de la santé publique. Le conseiller fédéral Pascal Couchepin n'a rien changé à la politique "de l'emplâtre sur la jambe de bois" pratiquée par la socialiste qui l'a précédé dans sa fonction. Voilà pourquoi l'UDC a lancé en 2003 son initiative pour la baisse des primes.

L'objectif de l'initiative UDC était de donner plus de marge de manœuvre aux fournisseurs de prestations médicales et aux assurés, de faire plus de transparence, de délimiter clairement les responsabilités et de supprimer des prestations peu utiles mais onéreuses dans le catalogue couvert par l'assurance de base.

Il faut cesser de pénaliser la responsabilité individuelle et le sens de l'économie des gens. La concurrence entre les fournisseurs et entre les assureurs doit jouer. Il s'agit d'encourager et d'honorer la qualité et les prestations véritablement utiles et de cesser de financer des traitements-alibis.

Grâce à la pression permanente de l'initiative UDC, le PDC et le PRD ont été contraints - contrairement à la volonté de leurs conseillers fédéraux - de revenir à une politique de la santé plus responsable. Les principales exigences de l'UDC ayant été reprises par le contreprojet, l'UDC peut retirer sa propre initiative en sachant que son action a permis de faire avancer les choses.

Berne le 10 janvier 2008