Articles dans
le temps
Swisscom: Oui à une entreprise compétitive, non à un gros risque financier pour la confédération
04.02.2006

Swisscom: Oui à une entreprise compétitive, non à un gros risque financier pour la confédération

La participation de la Confédération dans Swisscom comporte un risque énorme au niveau de la responsabilité. La Suisse ne saurait supporter ce risque et elle n'a pas non plus à assurer le service...

(UDC) La participation de la Confédération dans Swisscom comporte un risque énorme au niveau de la responsabilité. La Suisse ne saurait supporter ce risque et elle n'a pas non plus à assurer le service universel d'autres pays. En aucun cas, l'UDC ne veut une répétition de l'affaire Swissair. Pour cette raison, la participation fédérale dans Swisscom doit être totalement liquidée. Réunis en assemblée à Stans, les délégués UDC ont approuvé un document de fond avec 326 : 2 voix qui énonce quatre principes en vue du transfert de Swisscom dans la libre concurrence.

Les contraintes étatiques et interventions politiques empêchent Swisscom de se développer librement. L'entreprise doit donc devenir indépendante.

Le service universel - également dans les régions périphériques - doit être réglé dans la loi sur les télécommunications et garanti par le biais de concessions. Ces concessions, qui sont actuellement attribuée à Swisscom, arrivent à échéance fin 2007. Il faudra les mettre aux enchères pour la nouvelle période 2008-2012. Le mandat du service universel sera ainsi attribué à l'entreprise la plus performante et la plus engagée.

La vente des actions Swisscom fera entrer 17 milliards de francs dans la caisse fédérale. Cet argent appartient au peuple; c'est un élément de la fortune du peuple. L'UDC a constitué un groupe de travail chargé de développer des variantes concernant la privatisation de Swisscom et l'utilisation du produit de la vente des actions. Ce groupe de travail devra soumettre ses propositions à la direction du parti avant la fin du mois de février.

Elections
L'assemblée des délégués a élu Yvan Perrin, conseiller national (NE), à la vice-présidence de l'UDC Suisse en remplacement du conseiller national Jean Fattebert (VD), démissionnaire.

Stans, le 4 février 2006

04.02.2006

Swisscom: Oui à une entreprise compétitive, non à un gros risque financier pour la confédération

La participation de la Confédération dans Swisscom comporte un risque énorme au niveau de la responsabilité. La Suisse ne saurait supporter ce risque et elle n'a pas non plus à assurer le service...

(UDC) La participation de la Confédération dans Swisscom comporte un risque énorme au niveau de la responsabilité. La Suisse ne saurait supporter ce risque et elle n'a pas non plus à assurer le service universel d'autres pays. En aucun cas, l'UDC ne veut une répétition de l'affaire Swissair. Pour cette raison, la participation fédérale dans Swisscom doit être totalement liquidée. Réunis en assemblée à Stans, les délégués UDC ont approuvé un document de fond avec 326 : 2 voix qui énonce quatre principes en vue du transfert de Swisscom dans la libre concurrence.

Les contraintes étatiques et interventions politiques empêchent Swisscom de se développer librement. L'entreprise doit donc devenir indépendante.

Le service universel - également dans les régions périphériques - doit être réglé dans la loi sur les télécommunications et garanti par le biais de concessions. Ces concessions, qui sont actuellement attribuée à Swisscom, arrivent à échéance fin 2007. Il faudra les mettre aux enchères pour la nouvelle période 2008-2012. Le mandat du service universel sera ainsi attribué à l'entreprise la plus performante et la plus engagée.

La vente des actions Swisscom fera entrer 17 milliards de francs dans la caisse fédérale. Cet argent appartient au peuple; c'est un élément de la fortune du peuple. L'UDC a constitué un groupe de travail chargé de développer des variantes concernant la privatisation de Swisscom et l'utilisation du produit de la vente des actions. Ce groupe de travail devra soumettre ses propositions à la direction du parti avant la fin du mois de février.

Elections
L'assemblée des délégués a élu Yvan Perrin, conseiller national (NE), à la vice-présidence de l'UDC Suisse en remplacement du conseiller national Jean Fattebert (VD), démissionnaire.

Stans, le 4 février 2006