Articles dans
le temps
Swisscom: un risque élevé qui exige une gestion claire
25.01.2006

Swisscom: un risque élevé qui exige une gestion claire

L'UDC salue la décision du Conseil fédéral de vendre aussi rapidement que possible les parts de la Confédération dans Swisscom et de privatiser cette entreprise. Il est important pour cette...

(UDC) L'UDC salue la décision du Conseil fédéral de vendre aussi rapidement que possible les parts de la Confédération dans Swisscom et de privatiser cette entreprise. Il est important pour cette dernière que le Conseil fédéral fasse ce pas. Le produit de la vente doit servir à réduire la dette fédérale.

Le rôle de la Confédération n'est pas de diriger une entreprise. Les risques sont aussi trop grands pour les contribuables. Le Conseil fédéral doit de ce fait se retirer complètement de Swisscom, donc vendre la totalité de ses parts. Car même si la Confédération ne conserve qu'une participation minoritaire, sa responsabilité reste engagée. Elle doit donc quitter totalement cette société.

La solution la meilleure et la plus avantageuse est de procéder à une vente échelonnée aux meilleures conditions du marché de la part fédérale au capital-actions de Swisscom. Le produit de cette vente doit être affecté au remboursement de la dette publique.

Berne, le 25 janvier 2006

25.01.2006

Swisscom: un risque élevé qui exige une gestion claire

L'UDC salue la décision du Conseil fédéral de vendre aussi rapidement que possible les parts de la Confédération dans Swisscom et de privatiser cette entreprise. Il est important pour cette...

(UDC) L'UDC salue la décision du Conseil fédéral de vendre aussi rapidement que possible les parts de la Confédération dans Swisscom et de privatiser cette entreprise. Il est important pour cette dernière que le Conseil fédéral fasse ce pas. Le produit de la vente doit servir à réduire la dette fédérale.

Le rôle de la Confédération n'est pas de diriger une entreprise. Les risques sont aussi trop grands pour les contribuables. Le Conseil fédéral doit de ce fait se retirer complètement de Swisscom, donc vendre la totalité de ses parts. Car même si la Confédération ne conserve qu'une participation minoritaire, sa responsabilité reste engagée. Elle doit donc quitter totalement cette société.

La solution la meilleure et la plus avantageuse est de procéder à une vente échelonnée aux meilleures conditions du marché de la part fédérale au capital-actions de Swisscom. Le produit de cette vente doit être affecté au remboursement de la dette publique.

Berne, le 25 janvier 2006