Articles dans
le temps
TV alémanique: la "victime de la naturalisation" est un criminel
08.05.2008

TV alémanique: la "victime de la naturalisation" est un criminel

L'émission "Rundschau" d'hier de la télévision alémanique SF DRS visait à dénoncer le caractère prétendument arbitraire de la procédure de naturalisation démocratique sur la base d'un exemple de...

(UDC) L'émission "Rundschau" d'hier de la télévision alémanique SF DRS visait à dénoncer le caractère prétendument arbitraire de la procédure de naturalisation démocratique sur la base d'un exemple de Rheineck (SG). Or, le candidat refusé à la naturalisation, qui a été présenté comme une victime dans cette émission, est depuis plusieurs mois en prison pour faux-monnayage. L'UDC exige que la TV alémanique diffuse une rectification.

L'émission "Rundschau" d'hier mercredi, 7.5.2008, de la télévision alémanique SF 1 traitait de l'initiative UDC sur les naturalisations. Dans son introduction, l'émission présentait le cas de la commune de Rheineck dans le canton de St-Gall pour illustrer la manière dont on procède à la naturalisation par des décisions populaires. Ce compte rendu, qui avait déjà été présenté en partie dans l'édition du 26.9.2007 de la "Rundschau", exposait la situation comme si les citoyens de cette commune avaient rejeté de manière arbitraire et sans raison 25 demandes de naturalisation.

Le présentateur a déclaré que les autorités communales avaient au préalable vérifié tous les candidats et les avaient jugés dignes d'être naturalisés, "mais cela n'a servi à rien, notamment à la famille Lulic de Bosnie". Le candidat refusé, Edin Lulic, se plaignait dans cette même émission du procédé: "Refuser sans raison, en fait cela ne devrait pas se faire." Puis il a affirmé qu'il s'était demandé pourquoi il avait été refusé, mais qu'il n'avait pas reçu de réponse à cette question.

L'émission "Rundschau" d'hier a donc une fois de plus présenté ce cas comme un refus arbitraire, mais sans se donner la peine de vérifier la situation.

Or, l'UDC a appris de plusieurs sources qu'Edin Lulic est depuis plusieurs mois en prison en Allemagne parce qu'il fait partie d'une bande internationale de faux-monnayeurs. Encore heureux que les citoyens de Rheineck aient rejeté la demande de ce Bosniaque criminel. Cet exemple montre bien qu'il est déplacé de parler d'arbitraire à propos de décisions populaires. Les citoyens de Rheineck sont mieux placés pour apprécier une situation que des tribunaux ou des services administratifs coupés de la réalité. Et ils ne font en tout cas pas l'erreur de juger de manière aussi précipitée et irréfléchie que la rédaction de la "Rundschau".

On constate donc une fois de plus combien il est important de voter massivement oui le 1er juin prochain à l'initiative sur les naturalisations. Car si cette initiative est acceptée, les communes ont à nouveau le dernier mot dans les procédures de naturalisation. La décision définitive de savoir qui peut devenir Suisse et qui ne le peut pas doit rester une décision politique et ne pas être dégradée au niveau d'un acte administratif.

L'UDC exige enfin que l'émission "Rundschau" apporte une rectification lors de sa prochaine diffusion. Le parti interviendra également par écrit auprès des rédacteurs responsables.

Berne, 8 mai 2008

08.05.2008

TV alémanique: la "victime de la naturalisation" est un criminel

L'émission "Rundschau" d'hier de la télévision alémanique SF DRS visait à dénoncer le caractère prétendument arbitraire de la procédure de naturalisation démocratique sur la base d'un exemple de...

(UDC) L'émission "Rundschau" d'hier de la télévision alémanique SF DRS visait à dénoncer le caractère prétendument arbitraire de la procédure de naturalisation démocratique sur la base d'un exemple de Rheineck (SG). Or, le candidat refusé à la naturalisation, qui a été présenté comme une victime dans cette émission, est depuis plusieurs mois en prison pour faux-monnayage. L'UDC exige que la TV alémanique diffuse une rectification.

L'émission "Rundschau" d'hier mercredi, 7.5.2008, de la télévision alémanique SF 1 traitait de l'initiative UDC sur les naturalisations. Dans son introduction, l'émission présentait le cas de la commune de Rheineck dans le canton de St-Gall pour illustrer la manière dont on procède à la naturalisation par des décisions populaires. Ce compte rendu, qui avait déjà été présenté en partie dans l'édition du 26.9.2007 de la "Rundschau", exposait la situation comme si les citoyens de cette commune avaient rejeté de manière arbitraire et sans raison 25 demandes de naturalisation.

Le présentateur a déclaré que les autorités communales avaient au préalable vérifié tous les candidats et les avaient jugés dignes d'être naturalisés, "mais cela n'a servi à rien, notamment à la famille Lulic de Bosnie". Le candidat refusé, Edin Lulic, se plaignait dans cette même émission du procédé: "Refuser sans raison, en fait cela ne devrait pas se faire." Puis il a affirmé qu'il s'était demandé pourquoi il avait été refusé, mais qu'il n'avait pas reçu de réponse à cette question.

L'émission "Rundschau" d'hier a donc une fois de plus présenté ce cas comme un refus arbitraire, mais sans se donner la peine de vérifier la situation.

Or, l'UDC a appris de plusieurs sources qu'Edin Lulic est depuis plusieurs mois en prison en Allemagne parce qu'il fait partie d'une bande internationale de faux-monnayeurs. Encore heureux que les citoyens de Rheineck aient rejeté la demande de ce Bosniaque criminel. Cet exemple montre bien qu'il est déplacé de parler d'arbitraire à propos de décisions populaires. Les citoyens de Rheineck sont mieux placés pour apprécier une situation que des tribunaux ou des services administratifs coupés de la réalité. Et ils ne font en tout cas pas l'erreur de juger de manière aussi précipitée et irréfléchie que la rédaction de la "Rundschau".

On constate donc une fois de plus combien il est important de voter massivement oui le 1er juin prochain à l'initiative sur les naturalisations. Car si cette initiative est acceptée, les communes ont à nouveau le dernier mot dans les procédures de naturalisation. La décision définitive de savoir qui peut devenir Suisse et qui ne le peut pas doit rester une décision politique et ne pas être dégradée au niveau d'un acte administratif.

L'UDC exige enfin que l'émission "Rundschau" apporte une rectification lors de sa prochaine diffusion. Le parti interviendra également par écrit auprès des rédacteurs responsables.

Berne, 8 mai 2008