Articles dans
le temps
UDC Suisse: le Comité du parti dit oui au FORTA
13.01.2017

UDC Suisse: le Comité du parti dit oui au FORTA

Réuni en séance aujourd'hui à Martigny (VS), le Comité du parti UDC Suisse a décidé de recommander au souverain d'accepter le Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA). Il propose en outre à l'unanimité à l'assemblée des délégués, qui se tient demain au Châble (VS), d'inviter le peuple suisse à rejeter le projet de naturalisation facilitée. L'assemblée des délégués avait déjà approuvé en octobre dernier par 336 voix contre 2 la réforme de l'imposition des entreprises. 

Le Comité du parti recommande à l'unanimité l'acceptation du Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA). Comme le rail, la route profitera ainsi d'un financement solide de la construction et de l'entretien afin que l'infrastructure routière puisse répondre aux exigences futures. En même temps, quelque 400 km de routes cantonales seront intégrés dans le réseau des routes nationales, un avantage important pour le développement des régions concernées. 

C'est à l'unanimité également que les membres du Comité du parti proposent à l'assemblée des délégués de refuser le projet de naturalisation facilitée des étrangers. L'immigration de masse s'accompagnera donc désormais d'une naturalisation de masse! Depuis 2001 la Suisse naturalise en moyenne annuelle plus de 40 000 étrangers, ce qui est plus que suffisant. Par rapport aux années 1985 à 2001, le nombre des naturalisations a presque triplé.

Aujourd'hui déjà on doit constater que les candidats à la naturalisation suisse sont mal contrôlés. Dans la procédure de naturalisation facilitée, la décision n'appartiendra plus aux communes, mais reviendra à la Confédération. Comment un fonctionnaire peut-il vérifier depuis son bureau de Berne sur la base des seuls documents si le candidat à la nationalité suisse est réellement intégré, quelle est son attitude par rapport à l'égalité des droits des femmes ou encore s'il maîtrise une langue nationale?

 

13.01.2017

UDC Suisse: le Comité du parti dit oui au FORTA

Réuni en séance aujourd'hui à Martigny (VS), le Comité du parti UDC Suisse a décidé de recommander au souverain d'accepter le Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA). Il propose en outre à l'unanimité à l'assemblée des délégués, qui se tient demain au Châble (VS), d'inviter le peuple suisse à rejeter le projet de naturalisation facilitée. L'assemblée des délégués avait déjà approuvé en octobre dernier par 336 voix contre 2 la réforme de l'imposition des entreprises. 

Le Comité du parti recommande à l'unanimité l'acceptation du Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA). Comme le rail, la route profitera ainsi d'un financement solide de la construction et de l'entretien afin que l'infrastructure routière puisse répondre aux exigences futures. En même temps, quelque 400 km de routes cantonales seront intégrés dans le réseau des routes nationales, un avantage important pour le développement des régions concernées. 

C'est à l'unanimité également que les membres du Comité du parti proposent à l'assemblée des délégués de refuser le projet de naturalisation facilitée des étrangers. L'immigration de masse s'accompagnera donc désormais d'une naturalisation de masse! Depuis 2001 la Suisse naturalise en moyenne annuelle plus de 40 000 étrangers, ce qui est plus que suffisant. Par rapport aux années 1985 à 2001, le nombre des naturalisations a presque triplé.

Aujourd'hui déjà on doit constater que les candidats à la naturalisation suisse sont mal contrôlés. Dans la procédure de naturalisation facilitée, la décision n'appartiendra plus aux communes, mais reviendra à la Confédération. Comment un fonctionnaire peut-il vérifier depuis son bureau de Berne sur la base des seuls documents si le candidat à la nationalité suisse est réellement intégré, quelle est son attitude par rapport à l'égalité des droits des femmes ou encore s'il maîtrise une langue nationale?