Articles dans
le temps
Un collaborateur de l'ONU qui a besoin de leÇons de démocratie
31.08.2007

Un collaborateur de l'ONU qui a besoin de leÇons de démocratie

Doudou Diène, rapporteur spécial de l'ONU pour les questions de racisme, veut connaître la position du Conseil fédéral concernant la campagne de l'UDC pour l'initiative populaire sur le renvoi des...

(UDC) Doudou Diène, rapporteur spécial de l'ONU pour les questions de racisme, veut connaître la position du Conseil fédéral concernant la campagne de l'UDC pour l'initiative populaire sur le renvoi des étrangers criminels et il veut savoir si des plaintes ont été déposées à ce sujet. Mais pour le Sénégalais, les affiches avec le mouton noir ne sont qu'un prétexte. En tentant d'exercer la pression de l'ONU sur la Suisse, il veut inciter le Conseil fédéral à prendre ses distances par rapport à l'initiative UDC. Doudou Diène ne veut pas que les étrangers criminels puissent être expulsés de Suisse. Il est grand temps de donner une leçon de démocratie à ce Monsieur.

Agissant sur mandat de l'ONU, Doudou Diène était déjà en Suisse en 2006. Après quelques jours, il s'est cru assez informé pour qualifier d'une manière générale "d'inquiétante" la situation en Suisse en matière de racisme et de xénophobie. En juin 2007, une conférence de presse a eu lieu à Oslo en Norvège devant des journalistes d'une soixantaine de pays. Doudou Diène était un des orateurs invités. Il a déclaré ouvertement à cette occasion que les médias devaient collaborer à l'instauration d'une société multiculturelle. Il a estimé que les médias ne devaient pas seulement rendre compte des événements, mais travailler consciemment en faveur de la reconnaissance et de la compréhension de la diversité culturelle et religieuse des sociétés. En d'autres termes, un envoyé officiel de l'ONU exige des médias occidentaux qu'ils lui servent d'instruments de propagande. "L'envoyé de l'ONU a également souligné que les gouvernements européens qui ont adopté une politique sévère en matière d'immigration, comme l'Autriche, la Suisse et le Danemark, étaient racistes" (à lire dans le journal norvégien Norge IDAG sur www.idag.no/aktuelt-oppslag.php3?ID=12770).

La Suisse a de gros problèmes avec la criminalité étrangère et la violence juvénile. Les récentes affaires de viols de Zürich-Seebach, Rhäzüns, Steffisburg, etc. où des étrangers et des Suisses fraîchement naturalisés ont violé des jeunes filles ne sont que la pointe de l'iceberg. Au lieu de soutenir la Suisse et l'UDC dans le règlement de ce problème, un collaborateur onusien critique la Suisse à intervalles réguliers. Aujourd'hui il ose même inviter le gouvernement helvétique à fermer les yeux devant cette situation. Or, ces problèmes ne cessent de s'aggraver. Récemment un Ouest-Africain de 34 ans a été condamné parce qu'il a violé à Glattbrugg une femme de manière particulièrement odieuse sous la menace d'un couteau. Depuis son entrée en Suisse et jusqu'à son arrestation, cet homme a semble-t-il commis onze délits.

C'est une évidence: celles et ceux qui critiquent l'initiative UDC pour le renvoi des étrangers criminels se font les complices de ces individus. L'UDC continuera de dénoncer et de combattre la criminalité étrangère et la violence juvénile. Le Conseil fédéral serait bien conseillé de donner au collaborateur de l'ONU qu'est Doudou Diène une leçon en démocratie directe, en libre expression des opinions et en "réalité suisse".

Berne, 31 août 2007

31.08.2007

Un collaborateur de l'ONU qui a besoin de leÇons de démocratie

Doudou Diène, rapporteur spécial de l'ONU pour les questions de racisme, veut connaître la position du Conseil fédéral concernant la campagne de l'UDC pour l'initiative populaire sur le renvoi des...

(UDC) Doudou Diène, rapporteur spécial de l'ONU pour les questions de racisme, veut connaître la position du Conseil fédéral concernant la campagne de l'UDC pour l'initiative populaire sur le renvoi des étrangers criminels et il veut savoir si des plaintes ont été déposées à ce sujet. Mais pour le Sénégalais, les affiches avec le mouton noir ne sont qu'un prétexte. En tentant d'exercer la pression de l'ONU sur la Suisse, il veut inciter le Conseil fédéral à prendre ses distances par rapport à l'initiative UDC. Doudou Diène ne veut pas que les étrangers criminels puissent être expulsés de Suisse. Il est grand temps de donner une leçon de démocratie à ce Monsieur.

Agissant sur mandat de l'ONU, Doudou Diène était déjà en Suisse en 2006. Après quelques jours, il s'est cru assez informé pour qualifier d'une manière générale "d'inquiétante" la situation en Suisse en matière de racisme et de xénophobie. En juin 2007, une conférence de presse a eu lieu à Oslo en Norvège devant des journalistes d'une soixantaine de pays. Doudou Diène était un des orateurs invités. Il a déclaré ouvertement à cette occasion que les médias devaient collaborer à l'instauration d'une société multiculturelle. Il a estimé que les médias ne devaient pas seulement rendre compte des événements, mais travailler consciemment en faveur de la reconnaissance et de la compréhension de la diversité culturelle et religieuse des sociétés. En d'autres termes, un envoyé officiel de l'ONU exige des médias occidentaux qu'ils lui servent d'instruments de propagande. "L'envoyé de l'ONU a également souligné que les gouvernements européens qui ont adopté une politique sévère en matière d'immigration, comme l'Autriche, la Suisse et le Danemark, étaient racistes" (à lire dans le journal norvégien Norge IDAG sur www.idag.no/aktuelt-oppslag.php3?ID=12770).

La Suisse a de gros problèmes avec la criminalité étrangère et la violence juvénile. Les récentes affaires de viols de Zürich-Seebach, Rhäzüns, Steffisburg, etc. où des étrangers et des Suisses fraîchement naturalisés ont violé des jeunes filles ne sont que la pointe de l'iceberg. Au lieu de soutenir la Suisse et l'UDC dans le règlement de ce problème, un collaborateur onusien critique la Suisse à intervalles réguliers. Aujourd'hui il ose même inviter le gouvernement helvétique à fermer les yeux devant cette situation. Or, ces problèmes ne cessent de s'aggraver. Récemment un Ouest-Africain de 34 ans a été condamné parce qu'il a violé à Glattbrugg une femme de manière particulièrement odieuse sous la menace d'un couteau. Depuis son entrée en Suisse et jusqu'à son arrestation, cet homme a semble-t-il commis onze délits.

C'est une évidence: celles et ceux qui critiquent l'initiative UDC pour le renvoi des étrangers criminels se font les complices de ces individus. L'UDC continuera de dénoncer et de combattre la criminalité étrangère et la violence juvénile. Le Conseil fédéral serait bien conseillé de donner au collaborateur de l'ONU qu'est Doudou Diène une leçon en démocratie directe, en libre expression des opinions et en "réalité suisse".

Berne, 31 août 2007