Articles dans
le temps
Une baisse des impôts est plus nécessaire que jamais!
17.02.2003

Une baisse des impôts est plus nécessaire que jamais!

L'UDC a présenté aujourd'hui dans le cadre d'une conférence de presse ses propositions en faveur d'une baisse urgente des impôts, redevances et taxes. L'UDC souhaite que le peuple puisse participer...

(UDC) L'UDC a présenté aujourd'hui dans le cadre d'une conférence de presse ses propositions en faveur d'une baisse urgente des impôts, redevances et taxes. L'UDC souhaite que le peuple puisse participer davantage à la politique fiscale et envisage le lancement d'une initiative populaire pour la baisse de l'impôt fédéral direct.

Entre 1990 et 2000, les dépenses de la Confédération, des cantons et des communes ont progressé de plus de 40% alors que l'économie a enregistré une croissance de 23% seulement. Pour financer cette explosion des dépenses, la Suisse s'est non seulement endettée massivement, mais elle a aussi dû augmenter ses impôts, redevances et taxes davantage que tous les autres pays comparables de l'OCDE. Cet alourdissement du fardeau fiscal passe de plus en plus souvent par une hausse des redevances et des taxes. La quote-part totale des prélèvements obligatoires a atteint aujourd'hui 60%. C'est dire que la consommation privée dispose de moins en moins de moyens.

Faute de corrections fondamentales, la stagnation économique se poursuivra et le chômage augmentera. La Suisse s'appauvrit parce que ses classes moyennes et ses PME sont saignées. Ce n'est pas à l'Etat, mais aux ménages privés et aux entreprises qu'il faut laisser plus d'argent.

Pour décharger les arts et métiers ainsi que les classes moyennes, l'UDC dépose notamment les revendications suivantes: le genre et le montant de toutes les redevances et taxes de la Confédération, des cantons et des communes doivent être fixés dans des décrets soumis obligatoirement au peuple. Les gouvernements et les parlements ayant manifestement échoué, il est temps que le peuple assume une plus grande responsabilité dans la politique fiscale. Qui paie, commande. Ensuite, si le Parlement n'approuve pas le train fiscal dans la version du Conseil national, l'UDC envisagera le lancement d'une initiative populaire. Le but est de décharger tout particulièrement les familles, les entreprises, les caisses de pensions et les propriétaires d'un logement.

Berne, le 17 février 2003

17.02.2003

Une baisse des impôts est plus nécessaire que jamais!

L'UDC a présenté aujourd'hui dans le cadre d'une conférence de presse ses propositions en faveur d'une baisse urgente des impôts, redevances et taxes. L'UDC souhaite que le peuple puisse participer...

(UDC) L'UDC a présenté aujourd'hui dans le cadre d'une conférence de presse ses propositions en faveur d'une baisse urgente des impôts, redevances et taxes. L'UDC souhaite que le peuple puisse participer davantage à la politique fiscale et envisage le lancement d'une initiative populaire pour la baisse de l'impôt fédéral direct.

Entre 1990 et 2000, les dépenses de la Confédération, des cantons et des communes ont progressé de plus de 40% alors que l'économie a enregistré une croissance de 23% seulement. Pour financer cette explosion des dépenses, la Suisse s'est non seulement endettée massivement, mais elle a aussi dû augmenter ses impôts, redevances et taxes davantage que tous les autres pays comparables de l'OCDE. Cet alourdissement du fardeau fiscal passe de plus en plus souvent par une hausse des redevances et des taxes. La quote-part totale des prélèvements obligatoires a atteint aujourd'hui 60%. C'est dire que la consommation privée dispose de moins en moins de moyens.

Faute de corrections fondamentales, la stagnation économique se poursuivra et le chômage augmentera. La Suisse s'appauvrit parce que ses classes moyennes et ses PME sont saignées. Ce n'est pas à l'Etat, mais aux ménages privés et aux entreprises qu'il faut laisser plus d'argent.

Pour décharger les arts et métiers ainsi que les classes moyennes, l'UDC dépose notamment les revendications suivantes: le genre et le montant de toutes les redevances et taxes de la Confédération, des cantons et des communes doivent être fixés dans des décrets soumis obligatoirement au peuple. Les gouvernements et les parlements ayant manifestement échoué, il est temps que le peuple assume une plus grande responsabilité dans la politique fiscale. Qui paie, commande. Ensuite, si le Parlement n'approuve pas le train fiscal dans la version du Conseil national, l'UDC envisagera le lancement d'une initiative populaire. Le but est de décharger tout particulièrement les familles, les entreprises, les caisses de pensions et les propriétaires d'un logement.

Berne, le 17 février 2003