Articles dans
le temps
Une fois de plus on économise sur le dos de l'agriculture
18.05.2016

Une fois de plus on économise sur le dos de l'agriculture

Le Conseil fédéral poursuit sa politique unilatérale dans le domaine des dépenses. Une fois de plus les économies se concentrent sur l'agriculture alors que, malgré le programme de stabilisation, des centaines de millions de francs supplémentaires sont dépensées pour la culture, la formation, les transports publics, la sécurité sociale et, surtout, le domaine de l'asile.

Le Conseil fédéral poursuit sa politique unilatérale dans le domaine des dépenses. Une fois de plus les économies se concentrent sur l'agriculture alors que, malgré le programme de stabilisation, des centaines de millions de francs supplémentaires sont dépensées pour la culture, la formation, les transports publics, la sécurité sociale et, surtout, le domaine de l'asile. La manière dont le Conseil fédéral fixe ses priorités est incompréhensible aux yeux de l'UDC. Il est grand temps de commencer à tailler dans les secteurs où l'augmentation des dépenses est supérieure à la moyenne.

En observant les différents postes de dépenses de la Confédération, on identifie très vite les domaines responsables de la hausse massive des dépenses fédérales (+112% entre 1990 et 2015). Les seuls domaines où l'on a affectivement économisé, voire augmenté modérément les dépenses sont la défense nationale et l'agriculture.

L'agriculture et la défense nationale ne sont pas responsables de l'expansion de l'Etat

 

Le programme de stabilisation prévu par le Conseil fédéral ménage lui aussi une fois de plus les secteurs où les dépenses se sont accrues de manière disproportionnée ces dernières années. En fait, la Confédération ne fait aucune économie réelle. Bien au contraire, des dépenses supplémentaires de plus de 7,5 milliards de francs sont prévues pour les années 2015 à 2019. C'est dire que les lamentations de la gauche concernant de prétendues coupes dans la formation (les dépenses fédérales pour la formation et la recherche augmentent de plus de 580 millions entre 2015 et 2019) et dans la sécurité sociale sont totalement infondées. Dans le secteur de l'asile, le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui plus de 60 postes supplémentaires pour l'année à venir. En revanche, l'agriculture est une fois de plus mise à contribution: selon la décision prise aujourd'hui par le gouvernement, le cadre de paiement pour l'agriculture sera réduit de 3,7% par rapport à la période 2014-2017.

L'UDC exige que le Conseil fédéral fixe enfin des priorités claires concernant les mesures de stabilisation de la Confédération. Il s'agit de tailler principalement dans les domaines qui ont connu la croissance des dépenses la plus forte ces dernières années. Dans sa réponse à la procédure de consultation sur le programme de stabilisation de la Confédération, l'UDC a proposé une stratégie parfaitement claire.

18.05.2016

Une fois de plus on économise sur le dos de l'agriculture

Le Conseil fédéral poursuit sa politique unilatérale dans le domaine des dépenses. Une fois de plus les économies se concentrent sur l'agriculture alors que, malgré le programme de stabilisation, des centaines de millions de francs supplémentaires sont dépensées pour la culture, la formation, les transports publics, la sécurité sociale et, surtout, le domaine de l'asile.

Le Conseil fédéral poursuit sa politique unilatérale dans le domaine des dépenses. Une fois de plus les économies se concentrent sur l'agriculture alors que, malgré le programme de stabilisation, des centaines de millions de francs supplémentaires sont dépensées pour la culture, la formation, les transports publics, la sécurité sociale et, surtout, le domaine de l'asile. La manière dont le Conseil fédéral fixe ses priorités est incompréhensible aux yeux de l'UDC. Il est grand temps de commencer à tailler dans les secteurs où l'augmentation des dépenses est supérieure à la moyenne.

En observant les différents postes de dépenses de la Confédération, on identifie très vite les domaines responsables de la hausse massive des dépenses fédérales (+112% entre 1990 et 2015). Les seuls domaines où l'on a affectivement économisé, voire augmenté modérément les dépenses sont la défense nationale et l'agriculture.

L'agriculture et la défense nationale ne sont pas responsables de l'expansion de l'Etat

 

Le programme de stabilisation prévu par le Conseil fédéral ménage lui aussi une fois de plus les secteurs où les dépenses se sont accrues de manière disproportionnée ces dernières années. En fait, la Confédération ne fait aucune économie réelle. Bien au contraire, des dépenses supplémentaires de plus de 7,5 milliards de francs sont prévues pour les années 2015 à 2019. C'est dire que les lamentations de la gauche concernant de prétendues coupes dans la formation (les dépenses fédérales pour la formation et la recherche augmentent de plus de 580 millions entre 2015 et 2019) et dans la sécurité sociale sont totalement infondées. Dans le secteur de l'asile, le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui plus de 60 postes supplémentaires pour l'année à venir. En revanche, l'agriculture est une fois de plus mise à contribution: selon la décision prise aujourd'hui par le gouvernement, le cadre de paiement pour l'agriculture sera réduit de 3,7% par rapport à la période 2014-2017.

L'UDC exige que le Conseil fédéral fixe enfin des priorités claires concernant les mesures de stabilisation de la Confédération. Il s'agit de tailler principalement dans les domaines qui ont connu la croissance des dépenses la plus forte ces dernières années. Dans sa réponse à la procédure de consultation sur le programme de stabilisation de la Confédération, l'UDC a proposé une stratégie parfaitement claire.