l’Union démocratique du centre: Ce qui nous somme et ce que nous voulons - pour la Suisse!
19.03.2015

Union démocratique du centre: Ce qui nous somme et ce que nous voulons - pour la Suisse!

La Suisse est un pays merveilleux aux acquis formidables. La liberté, l’indépendance, la qualité de la vie et la prospérité; tous ces avantages, nous les devons à l’attitude prévoyante et au dur labeur de nos ancêtres. Nous voulons conserver ces qualités et tenter humblement de les prolonger.

La cohésion de la Suisse est garantie par une idée futuriste, identitaire et capitale. L’idée que l’Etat repose sur les épaules de femmes et d’hommes libres et indépendants qui prennent leur sort en main. L’idée que l’Etat est au service des femmes et des hommes et non l’inverse. L’idée que le pouvoir doit être réparti et que le citoyen libre conserve le dernier mot. Voilà qui justifie notre légitime fierté et qui fonde notre dignité. Voilà la Suisse pour laquelle l’Union démocratique du centre s’engage. Pour un avenir dans la liberté et la sécurité!

L’UDC en bref

  • Nous comptons environ 90 000 membres.
  • L’UDC a obtenu 26,6% des suffrages lors des élections 2011 au Conseil national.
  • Notre principale progression a eu lieu dans les années 90. Nous étions prêts – à l’inverse de l’air du temps de cette époque et contre tous les autres partis – à nous battre pour l’indépendance et l’autodétermination.
  • Nous nous engageons pour une Suisse indépendante, libérale et neutre. Nous nous opposons catégoriquement à une adhésion à l’UE.
  • Depuis les dernières élections au Conseil national en 2011, l’UDC a remporté 16 élections législatives cantonales sur 20. Elle a donc gagné des suffrages et / ou conquis des sièges supplémentaires dans les parlements cantonaux.

 

Nous sommes différents

On dit que…

  • l’UDC veut isoler la Suisse du reste du monde: nous voulons sauvegarder nos particularités et nous voulons que la Suisse soit libre d’agir dans le monde.
  • l’UDC est contre les étrangers: les étrangers forment une partie importante de notre population. Nous attendons d’eux, tout comme des Suisses, qu’ils s’intègrent et respectent les règles et les lois du pays.
  • l’UDC empêche des solutions: nous défendons des positions claires. Des compromis sont acceptés à la fin d’une discussion – et non pas dès le début comme cela arrive de plus en plus souvent.
  • l’UDC exploite la peur: nous abordons ouvertement des problèmes brûlants que les autres partis préfèrent taire. Nous contribuons ainsi à créer un climat d’ouverture et de confiance.
  • l’UDC s’oriente vers le passé: nous entretenons des valeurs intemporelles comme l’autodétermination et la liberté ainsi que tout ce qui a bien fonctionné pendant des générations.
  • l’UDC est populiste: nous prenons au sérieux les soucis des gens, même quand les autres partis préfèrent les passer sous silence.

 

Sans nous…

  • … la Suisse serait membre de l’Union européenne (UE)
  • … les impôts, les redevances et les amendes seraient encore plus élevés
  • … il y aurait encore plus d’abus dans l’aide sociale
  • … l’immigration incontrôlée se poursuivrait
  • … l’expulsion des étrangers criminels ne serait même pas un sujet de discussion
  • … l’Etat se mêlerait encore plus de la vie des familles
  • … les automobilistes seraient victimes d’arnaques supplémentaires
  • … de plus en plus de minarets seraient édifiés en Suisse

 

Du parti des paysans, artisans et bourgeois à l’UDC d’aujourd’hui

L’UDC tire ses racines du parti des paysans, artisans et bourgeois (PAB). Le parti des paysans a été fondé en 1917 à Zurich, le parti des paysans et artisans en 1918 à Berne. Les deux formations se sont réunies en 1921 pour former le PAB qui s’est installé au niveau national en 1937. En 1929, Rudolf Minger, un grand ami du Général Guisan, a été le premier politicien de notre parti à être élu au Conseil fédéral. Extrêmement populaire, Rudolf Minger est aujourd’hui encore considéré comme un des conseillers fédéraux les plus aimés et les plus connus de l’histoire suisse. L’heure du conseiller fédéral PAB Friedrich Traugott Wahlen a sonné durant la Deuxième Guerre mondiale.

C’est lui qui est à l’origine du fameux «Plan Wahlen» qui a contribué à l’approvisionnement alimentaire de la Suisse durant ces années difficiles. Même les surfaces vertes des villes ont servi à cultiver des pommes de terre, des betteraves et du blé. Le degré d’auto-approvisionnement de la Suisse en denrées alimentaires a ainsi été porté de 52% en 1939 à 72% en 1945. En 1971, le PAB a fusionné avec les partis démocratiques de Glaris et des Grisons pour former l’Union démocratique du centre (UDC).

En 1991, l’UDC, seule contre tous les milieux établis, a combattu l’adhésion de la Suisse à l’EEE. Le peuple suisse l’a suivie et a choisi l’indépendance de son pays. Depuis, l’UDC a plus que doublé sa base électorale. La part de l’UDC aux suffrages se situe actuellement à 26,6 % au niveau national.

 

Elections 2015 au Conseil nationale et au Conseil des états

Nos points forts:

  • oui à l’autodétermination de la Suisse – non à l’adhésion insidieuse à l’UE
  • pour une politique efficace à l’égard des étrangers et concernant l’asile
  • pour des impôts bas, le renforcement de l’économie et l’assurance de l’emploi

Notre mascotte: le chien de garde Willy

Suivre Willy sur internet: www.udc.ch/willy ou sur Facebook: www.facebook.com/chiendegardewilly