Articles dans
le temps
Si la gauche gagne, c'est un désastre pour la Suisse
05.04.2007 - Ueli Maurer

Si la gauche gagne, c'est un désastre pour la Suisse

Dans 200 jours nous pourrons faire le bilan des résultats des élections fédérales. Nous saurons alors quelles forces politiques s'imposeront à la Berne fédérale. 200 jours avant cette date, l'UDC anno

Dans 200 jours nous pourrons faire le bilan des résultats des élections fédérales. Nous saurons alors quelles forces politiques s'imposeront à la Berne fédérale. 200 jours avant cette date, l'UDC annonce ce qui se passera si la gauche l'emporte, donc si les socialistes et les Verts, encore plus à gauche que premiers, gagnent les élections. En résumé, notre message est fort simple: "Victoire du camp rouge-vert, un désastre pour la Suisse!"

Notre brochure détaillée présente une foule de faits et de constats illustrant les conséquences de la politique de la gauche pour la Suisse. D'où notre conclusion:

"Soutenir les valeurs suisses, la prospérité et la sécurité, c'est voter UDC."

Les élections 2007 sont déterminantes pour la future orientation politique de la Suisse. Deux conceptions diamétralement opposées s'affrontent. Après les élections de ce printemps, la situation est plus intéressante que jamais. Il s'agira de choisir entre, d'une part, la conception bourgeoise et libérale de l'UDC qui défend les valeurs de la Suisse et, d'autre part, la conception socialiste du camp rouge-vert qui signifie intervention de l'Etat, hausse des impôts et ouverture de la Suisse à tous les étrangers, donc immigration incontrôlée.

La lutte contre la gauche, donc contre le camp rouge-vert
Les adversaires de l'UDC, ce sont les milieux de gauche, donc les partis rouges et verts et leurs complices. La majorité de fait constituée par ce camp a dirigé la Suisse pendant les 15 dernières années. Nous avons vu ce qui arrive quand les idées de gauche obtiennent des majorités: alourdissement de la dette publique, hausse constante des impôts et redevances, explosion des coûts dans les administrations publiques, problèmes de sécurité, naturalisations en masse, immigration incontrôlée, baisse de la qualité de l'enseignement, etc. La politique de notre pays a été dominée par les idées irréalistes de la paix éternelle et des grandes ententes internationales dont on espère à tort qu'elles vont tout régler. Du coup, les valeurs traditionnelles de la Suisse comme la liberté, l'indépendance et la démocratie directe ont été écartées.

La croissance de l'UDC, qui a fini par devenir le premier parti de Suisse par le nombre de ses électeurs, est étroitement liée à cette politique illusoire et ruineuse menée par le centre-gauche dans les années nonante.

L'UDC a obtenu de nombreux résultats positifs, notamment depuis qu'elle est représentée par deux conseillers fédéraux au gouvernement national. L'adhésion à l'UE qui, des années durant, a paralysé notre pays n'est plus un objectif stratégique. L'économie suisse a repris ses investissements dans le monde entier et retrouvé la croissance. La loi sur l'asile a été durcie et la loi sur les étrangers améliorée. Les abus dans les œuvres sociales sont aujourd'hui reconnus et l'assainissement de l'AI est en bonne voie. L'introduction de nouveaux impôts a cessé et la Confédération a équilibré ses comptes. Des thèmes autrefois tabous comme la criminalité étrangère, la violence juvénile, l'islamisation, la débâcle des NLFA sont aujourd'hui ouvertement débattus.

A mi-chemin
La politique de l'UDC a permis de stopper ce développement fatal pour la Suisse et de corriger le cap. Sortie plus forte que jamais des élections, l'UDC a pu faire davantage pression sur les partis du centre. Mais nous ne sommes qu'à mi-chemin. Pour consolider la sécurité et la prospérité de la Suisse, il faut poursuivre sur cette voie et voter UDC. Seul notre parti est un partenaire fiable d'une Suisse forte et indépendante, d'une Suisse dans laquelle les citoyennes et les citoyens ne vivent pas dans la peur et la pauvreté, mais dans la sécurité et la prospérité. Pour ne pas rebrousser chemin à mi-parcours, il faut voter UDC.

D'un volume proche de celui de notre plate-forme électorale, cette documentation sur la politique ruineuse des socialistes et des Verts fait le tour des erreurs néfastes de nos adversaires politiques. Elle est à disposition de nos sections cantonales et des candidats UDC en campagne électorale et peut être commandée auprès du secrétariat général de l'UDC Suisse ou téléchargée sur Internet à l'adresse www.udc.ch. Nous avons le devoir d'informer les électrices et les électeurs. Notre brochure dresse la liste des décisions politiques du camp rouge-vert et de ces complices qui sont à l'origine des problèmes que la Suisse connaît aujourd'hui. Voici les thèmes principaux abordés:

  • endettement de l'Etat et gaspillage des moyens
  • impôts, taxes et redevances
  • tendance à l'internationalisme
  • neutralisation des processus de décision démocratiques
  • toujours moins de liberté, toujours plus de lois
  • politique des étrangers et problèmes d'immigration
  • conséquences de la politique de formation de la gauche
  • Etat social boursouflé et abusé
  • politiques dans les domaines des drogues, des transports et de l'énergie

 

05.04.2007 - Ueli Maurer

Si la gauche gagne, c'est un désastre pour la Suisse

Dans 200 jours nous pourrons faire le bilan des résultats des élections fédérales. Nous saurons alors quelles forces politiques s'imposeront à la Berne fédérale. 200 jours avant cette date, l'UDC anno

Dans 200 jours nous pourrons faire le bilan des résultats des élections fédérales. Nous saurons alors quelles forces politiques s'imposeront à la Berne fédérale. 200 jours avant cette date, l'UDC annonce ce qui se passera si la gauche l'emporte, donc si les socialistes et les Verts, encore plus à gauche que premiers, gagnent les élections. En résumé, notre message est fort simple: "Victoire du camp rouge-vert, un désastre pour la Suisse!"

Notre brochure détaillée présente une foule de faits et de constats illustrant les conséquences de la politique de la gauche pour la Suisse. D'où notre conclusion:

"Soutenir les valeurs suisses, la prospérité et la sécurité, c'est voter UDC."

Les élections 2007 sont déterminantes pour la future orientation politique de la Suisse. Deux conceptions diamétralement opposées s'affrontent. Après les élections de ce printemps, la situation est plus intéressante que jamais. Il s'agira de choisir entre, d'une part, la conception bourgeoise et libérale de l'UDC qui défend les valeurs de la Suisse et, d'autre part, la conception socialiste du camp rouge-vert qui signifie intervention de l'Etat, hausse des impôts et ouverture de la Suisse à tous les étrangers, donc immigration incontrôlée.

La lutte contre la gauche, donc contre le camp rouge-vert
Les adversaires de l'UDC, ce sont les milieux de gauche, donc les partis rouges et verts et leurs complices. La majorité de fait constituée par ce camp a dirigé la Suisse pendant les 15 dernières années. Nous avons vu ce qui arrive quand les idées de gauche obtiennent des majorités: alourdissement de la dette publique, hausse constante des impôts et redevances, explosion des coûts dans les administrations publiques, problèmes de sécurité, naturalisations en masse, immigration incontrôlée, baisse de la qualité de l'enseignement, etc. La politique de notre pays a été dominée par les idées irréalistes de la paix éternelle et des grandes ententes internationales dont on espère à tort qu'elles vont tout régler. Du coup, les valeurs traditionnelles de la Suisse comme la liberté, l'indépendance et la démocratie directe ont été écartées.

La croissance de l'UDC, qui a fini par devenir le premier parti de Suisse par le nombre de ses électeurs, est étroitement liée à cette politique illusoire et ruineuse menée par le centre-gauche dans les années nonante.

L'UDC a obtenu de nombreux résultats positifs, notamment depuis qu'elle est représentée par deux conseillers fédéraux au gouvernement national. L'adhésion à l'UE qui, des années durant, a paralysé notre pays n'est plus un objectif stratégique. L'économie suisse a repris ses investissements dans le monde entier et retrouvé la croissance. La loi sur l'asile a été durcie et la loi sur les étrangers améliorée. Les abus dans les œuvres sociales sont aujourd'hui reconnus et l'assainissement de l'AI est en bonne voie. L'introduction de nouveaux impôts a cessé et la Confédération a équilibré ses comptes. Des thèmes autrefois tabous comme la criminalité étrangère, la violence juvénile, l'islamisation, la débâcle des NLFA sont aujourd'hui ouvertement débattus.

A mi-chemin
La politique de l'UDC a permis de stopper ce développement fatal pour la Suisse et de corriger le cap. Sortie plus forte que jamais des élections, l'UDC a pu faire davantage pression sur les partis du centre. Mais nous ne sommes qu'à mi-chemin. Pour consolider la sécurité et la prospérité de la Suisse, il faut poursuivre sur cette voie et voter UDC. Seul notre parti est un partenaire fiable d'une Suisse forte et indépendante, d'une Suisse dans laquelle les citoyennes et les citoyens ne vivent pas dans la peur et la pauvreté, mais dans la sécurité et la prospérité. Pour ne pas rebrousser chemin à mi-parcours, il faut voter UDC.

D'un volume proche de celui de notre plate-forme électorale, cette documentation sur la politique ruineuse des socialistes et des Verts fait le tour des erreurs néfastes de nos adversaires politiques. Elle est à disposition de nos sections cantonales et des candidats UDC en campagne électorale et peut être commandée auprès du secrétariat général de l'UDC Suisse ou téléchargée sur Internet à l'adresse www.udc.ch. Nous avons le devoir d'informer les électrices et les électeurs. Notre brochure dresse la liste des décisions politiques du camp rouge-vert et de ces complices qui sont à l'origine des problèmes que la Suisse connaît aujourd'hui. Voici les thèmes principaux abordés:

  • endettement de l'Etat et gaspillage des moyens
  • impôts, taxes et redevances
  • tendance à l'internationalisme
  • neutralisation des processus de décision démocratiques
  • toujours moins de liberté, toujours plus de lois
  • politique des étrangers et problèmes d'immigration
  • conséquences de la politique de formation de la gauche
  • Etat social boursouflé et abusé
  • politiques dans les domaines des drogues, des transports et de l'énergie