Participer
Article

A propos de la réduction du taux de conversion des rentes LPP

Voilà plus de 25 ans que la LPP, notre deuxième pilier de prévoyance est devenu obligatoire pour tous les salariés. Chacun cotise pour recevoir un capital sous forme d’une rente qu’il va percevoir…

Voilà plus de 25 ans que la LPP, notre deuxième pilier de prévoyance est devenu obligatoire pour tous les salariés. Chacun cotise pour recevoir un capital sous forme d’une rente qu’il va percevoir pour toute la durée de sa retraite. Est-ce l’air pur de notre pays, la douceur d’y vivre ou les progrès de la médecine, la durée de vie des Suisses s’est considérablement accrue depuis 30 ans. On ne compte plus les centenaires et nos compatriotes nonagénaires sont légion. Depuis 1985, la progression de la longévité a dépassé les prévisions des législateurs. On admet que, d’ici 2015, l’espérance de vie d’un homme de 65 ans sera de plus de 20 ans.

Et celle des femmes sera bientôt de plus de 23 ans. L’épargne constituée pendant toute la période de travail ne sera plus suffisante pour toute la durée de la retraite.
Il est donc nécessaire d’ajuster le taux de conversion des rentes à cette réalité.
Passant de 6,8% à 6,4%, cette réduction va permettre d’en répartir le versement sur un plus grand nombre d’années. Les pensions actuellement versées à nos compatriotes ne seront pas affectées par cette mesure. Mais il faut se rendre compte que chaque année, 600 millions de francs sont ponctionnés sur l’épargne des cotisants actifs pour combler les déficits des rentes versées aux actuels bénéficiaires.

Cette somme va manquer plus tard dans le compte d’épargne LPP de ceux qui cotisent aujourd’hui. Cette façon d’hypothéquer l’avenir mène tout droit à la faillite de ce système basé sur la capitalisation personnelle.

N’oublions pas la question des rendements financiers qui conditionnent l’intérêt versé au capital acquis. Leur affaiblissement continu implique d’abaisser ce taux de conversion, sans quoi le capital épargné ne suffira même pas à verser une rente mensuelle jusqu’à la fin de la retraite.

La loi de 1985 avait été votée en pleine euphorie économique. Aujourd’hui, si l’on veut garantir à long terme la rémunération des capitaux engagés, il faut les investir dans des placements sûrs et sécurisés.

Les obligations de la Confédération, qui se sont adaptées à la baisse continue de l’inflation, tout en offrant une bonne rentabilité en sont le meilleur exemple.

Leur taux est passé de 5,85% pour un taux d’inflation de 4,95% sur la période 1972-1985 à celui de 3,20% pour une inflation moyenne de 0,75 pour l’exercice 1997-2004.

Cet investissement offre une grande stabilité et une visibilité optimale sur le moyen et long terme. Le maintien du taux de conversion à 6,8 % obligerait les caisses de gestion de fonds LPP à s’engager vers des fonds plus spéculatifs, et forcément plus exposés aux crises financières et monétaires.

Le bon sens qui a toujours gouverné la Suisse nous recommande d’accepter cette réduction à 6,4% du taux de conversion de la LPP.

En matière de retraite, comme pour l’environnement, l’avenir est au durable …

Votez « oui » le 7 mars prochain !

par l’auteur
André Reymond
(GE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
06.03.2020
Une fois de plus le Conseil fédéral distribue à l'étranger des millions de francs gagnés par la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
21.02.2020
Réuni aujourd'hui à Muotathal (SZ), le groupe parlementaire UDC s'est clairement prononcé contre l'introduction d'une "rente de... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Agriculture

Pour une production indigène.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord