Participer
Article

DFJP : une calamité en remplace une autre

Suite à la redistribution des sièges au Conseil fédéral, le Département fédéral de justice et police (DFJP) a été doté d’une nouvelle cheffe. Mais quelles seront les conséquences pour le dossier…

Suite à la redistribution des sièges au Conseil fédéral, le Département fédéral de justice et police (DFJP) a été doté d’une nouvelle cheffe. Mais quelles seront les conséquences pour le dossier de l’asile et des étrangers ? Que laisse la nouvelle ministre des finances PBD après son passage et qu’attendre d’une ministre de la justice PS ? Une chose est sûre : une étude internationale officielle révèle que les critiques émises depuis longtemps par l’UDC envers la politique d’asile d’Eveline Widmer-Schlumpf sont parfaitement justifiées.

Le bilan des trois ans de règne d’Eveline Widmer-Schlumpf à la tête du DFJP est catastro-phique : le nombre annuel de demandes d’asile s’est à nouveau accru de 50 % par rapport à l’ère Blocher, le problème des demandes d’asile en masse en provenance d’Erythrée a été renvoyé aux calendes grecques, les requêtes nigériennes ont quintuplé depuis 2007. On ne saurait cependant reprocher à la ministre de la justice PBD une quelconque inactivité. Dès le premier jour, elle s’est employée à faire rouler des têtes et à faire porter à d’autres ses propres responsabilités. L’Office fédéral des migrations a subi d’incessantes réorganisations, des chefs de longue date ont dû céder la place à de nouvelles recrues agréées par Mme Schlumpf. Il n’est donc pas étonnant que les critiques envers la politique d’asile d’Eveline Widmer-Schlumpf émises depuis longtemps par l’UDC soient à présent confirmées par une étude internationale officielle. L’International Center for Migration Policy Development (ICMPD) écrit dans son étude, mot pour mot : « Au cours des trois dernières années, la Suisse a enregis-tré une forte hausse du nombre de demandeurs d’asile provenant d’Erythrée, d’Irak et de So-malie [les pays de provenance étudiés]. Cette évolution a été particulièrement flagrante entre 2007 et 2008. Contrairement au Danemark ou au Royaume-Uni, la Suisse n’a pas modifié de manière incisive sa pratique en matière d’asile. » Ceci signifie concrètement que depuis début 2008, donc depuis la reprise du département par Eveline Widmer-Schlumpf, il n’y a eu aucun durcissement de loi susceptible de juguler l’afflux des demandes d’asile. Ce constat interna-tional peut être confirmé par tout observateur et toute observatrice interne. Les restrictions à l’octroi de l’asile prévues par l’ancien conseiller fédéral Christoph Blocher pour les dé-serteurs érythréens, un problème qu’il souhaitait résoudre le plus rapidement possible en procédure urgente, ont été traînées pendant des années par la ministre de la justice PBD. La révision proposée du droit d’asile, qui devait régler définitivement la question, s’avère tout compte fait peu efficace. Pourtant, au lieu que le projet soit au moins rapidement soumis au Parlement, son traitement au sein de la Commissions des institutions politiques du Conseil des États est reporté depuis des mois, dernièrement à cause de la passation de département entre Mmes Widmer-Schlumpf et Sommaruga. Une fois de plus, la conseillère fédérale PBD s’est ainsi débarrassé d’une responsabilité et laisse à celle qui lui succède le soin de défendre devant le Parlement ce projet médiocre et arrivant bien trop tard.

Bilan des trois ans de politique relative à l’asile et aux étrangers, façon Eveline Widmer-Schlumpf : un chaos dans l’administration et une inondation de nouvelles demandes d’asile. Mais que pouvons-nous attendre de la nouvelle ministre de la justice socio-démocrate ? On peut supposer qu’elle ne procédera pas davantage à des durcissements en matière de droit d’asile. Après tout, elle a lutté de toutes ses forces, en 2006, contre le durcissement de la loi sur l’asile et les étrangers. Et le PS a reconfirmé sans équivoque sa politique à l’égard des étrangers lors de son congrès : droit de vote et d’éligibilité pour tous les étrangers au bénéfice d’un permis d’établissement et naturalisation pour tout individu né en Suisse. On est loin du serrement de vis dans le dossier de l’asile et des étrangers.

Nous pourrons déjà nous considérer comme heureux si tous les acquis de l’ancien conseiller fédéral Christoph Blocher ne sont pas totalement anéantis et si la Suisse ne devient pas, sous la bannière du PS, définitivement un eldorado pour étrangers criminels et pseudo-réfugiés parasites. Pour éviter cela, nous autres UDC devons nous engager encore plus fermement pour des améliorations à l’avenir et mener une lutte active en faveur de durcissements dans le do-maine de l’asile et des réfugiés.

plus sur le thème
éditorial
partager l’article
01.07.2020, de Michaël Buffat
Fin mai, le parlement britannique a voté sa nouvelle loi migratoire qui prévoit la fin de la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
17.06.2020
depuis 1978 et 1996 tombera le 27 septembre 2020. Les adversaires de ce projet, le Groupement pour... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
16.06.2020
Alors que le Conseil fédéral impose des restrictions ruineuses aux arts et métiers, au tourisme et au... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord