Participer
Article

Le point de vue du président du parti

Lorsque j’attendais dimanche soir dernier vers 20.00 heures à la gare de Zurich mon train pour Berne, je fus une fois de plus frappé par le grand nombre d’Erythréens qui traînaient dans la gare. C’est aussi en faveur de ces gens que le Conseil fédéral vient de tripler le forfait d’intégration en le portant de 6000 à 18 000 francs par personne, si bien que le budget de l’asile a été gonflé de 135 millions de francs supplémentaires. Il y a trois bonnes raisons de qualifier cette décision de complètement déplacée.

🙂Ce qui m’a tout particulièrement réjoui: l’entrée de l’UDC dans le gouvernement du canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures, un haut-lieu démocrate-chrétien, a été un moment très fort. Mes sincères félicitations à Ruedi Eberle pour son élection à la fonction de directeur des finances cantonales!

😡Ce qui m’a tout particulièrement énervé: la direction de la Poste semble croire qu’elle peut dissimuler ses manquements dans l’affaire CarPostal en adressant au Parlement un rapport dont certains passages ont été noircis. Un véritable scandale et une attitude qui prouve une fois de plus que les responsables de cette entreprise manquent singulièrement de doigté!

Lorsque j’attendais dimanche soir dernier vers 20.00 heures à la gare de Zurich mon train pour Berne, je fus une fois de plus frappé par le grand nombre d’Erythréens qui traînaient dans la gare. C’est aussi en faveur de ces gens que le Conseil fédéral vient de tripler le forfait d’intégration en le portant de 6000 à 18 000 francs par personne, si bien que le budget de l’asile a été gonflé de 135 millions de francs supplémentaires. Il y a trois bonnes raisons de qualifier cette décision de complètement déplacée:

  1. Les personnes admises provisoirement n’ont pas eu droit au statut d’asile, mais elles n’ont pas pu être renvoyées directement, par exemple en raison de l’absence d’un accord de réadmission avec leur pays d’origine. Le Conseil devrait donc concentrer les moyens disponibles sur le rapatriement de ces personnes. Dans le cas de l’Erythrée on pourrait songer à l’ouverture d’une ambassade suisse ou à une aide financière sur place pour obtenir de ce pays qu’il reprenne ses nationaux. Ce serait d’ailleurs d’un point de vue éthique une attitude beaucoup plus humaine que de permettre à ces gens de vivre quelque temps en Suisse dans un confort relatif, mais dans l’ignorance du jour où leur autorisation de séjour arrivera à échéance.2. Le principal effet du forfait d’intégration n’est pas d’intégrer, mais d’engraisser l’industrie du social. Il suffit pour s’en convaincre de considérer les objectifs modestes fixés à l’intégration. Un exemple: on laisse trois années entières à ces personnes pour apprendre les rudiments d’une langue. La réalité est qu’une multiplication d’offres publiques n’encourage pas l’intégration. Ce qu’il faut principalement, c’est une certaine pression: devoir apprendre une langue pour pouvoir travailler et assurer sa propre subsistance. L’aide sociale doit elle aussi être corrigée à la baisse. Le travail – par exemple, dans une exploitation agricole, dans le bâtiment ou dans une entreprise de jardinage – doit à nouveau valoir la peine. Mais cela signifie aussi qu’il faut cesser d’imposer des salaires minimaux par le biais des CCT durant la période d’introduction d’une à deux années. Ce n’est pas par hasard si l’Union patronale constate que les problèmes d’intégration proviennent principalement du manque de motivation et de volonté de faire un effort. Il faut mettre fin à une situation où les individus qui traînent dans les gares en vêtements de marque se moquent de ceux qui acceptent de travailler.

3. Le déplacement des charges financières depuis les cantons vers la Confédération dissimule les coûts réels de l’asile aux yeux des contribuables suisses. En effet, lorsque les cantons et les communes doivent justifier leurs dépenses, ils choisissent automatiquement les solutions plus efficaces et les plus économiques. Au niveau fédéral, les coûts supplémentaires disparaissent dans les quelque deux milliards de francs que la Confédération dépense à elle seule pour l’asile. Ce montant ne cesse d’ailleurs d’augmenter alors que le nombre de demandes d’asile baisse. Faute d’une correction de ce développement, l’asile évolue à grands pas vers un désastre complet. Il est évident que cet argent serait mieux investi dans la consolidation financière de l’AVS. L’UDC s’y engagera.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (BE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
07.04.2020
Le groupe parlementaire UDC constate que les mesures prises pour protéger la population contre le coronavirus ont... lire plus
Exposé
partager l’article
03.04.2020
L’épidémie de Coronavirus et ses conséquences n’étaient initialement pas bien connues. Il est aujourd’hui clair que le... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Agriculture

Pour une production indigène.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord