Participer
Article

Non à une politique familiale excessivement chÈre!

Le Conseil fédéral et l’Assemblée fédérale demandent aux citoyennes et citoyens de leur donner le 3 mars prochain le mandat constitutionnel de "renforcer l’engagement de la Confédération et des…

Le Conseil fédéral et l’Assemblée fédérale demandent aux citoyennes et citoyens de leur donner le 3 mars prochain le mandat constitutionnel de « renforcer l’engagement de la Confédération et des cantons pour concilier la famille et l’activité professionnelle ». Mais personne ne nous dit combien coûtera cette nouvelle aventure hasardeuse.

Pour faire bonne mesure, on nous sert encore une autre formule toute faite: « Ce projet est non seulement compatible avec les obligations internationales de la Suisse, mais donne un poids supplémentaire à celles-ci en ancrant la politique familiale dans la Constitution. » La commission parlementaire concernée avait retenu à ce propos que, « pour compenser en partie les coûts supplémentaires que représentent les enfants », la Confédération dispose aujourd’hui déjà d’instruments pour décharger la famille par la fiscalité, les allocations familiales, l’assurance-maternité, la réduction des primes et les rentes d’enfant.

Vers des dépenses de 12,5 milliards?

Dans la moyenne des 34 pays membres de l’OCDE, les familles touchent 2,2% du produit intérieur brut (PIB) sous la forme de contributions directes. Pour la Suisse, il s’agirait donc d’un montant de 12,5 milliards de francs (2,2% du PIB de 570 milliards de francs en 2011). Le ministère allemand des finances chiffre même à 7% du PIB ou à 220 milliards de francs les dépenses (contestées) pour l’encouragement des familles.

Dans la moyenne de l’OCDE, les collectivités publiques dépensent entre la naissance et le 18e anniversaire environ 124 000 euros (150 000 francs suisses) pour chaque enfant au titre de « la formation et de la politique familiale ». Ce montant atteint même 156 000 euros (175 000 francs) en Allemagne.

L’Etat a perdu le contrôle

Il n’est pas possible de comparer directement les dépenses des pays européens, parce que la méthode de calcul est chaque fois différente. Les coûts de la politique familiale ne disent pas grand-chose non plus de son efficacité réelle. En France, les familles ayant trois enfants et plus ne paient presque plus d’impôts alors que la Suède ne connaît pas d’allègements fiscaux pour les familles. Inversement, presque tous les pays scandinaves versent des contributions pour l’éducation aux familles qui n’ont pas recours aux offres publiques de garde des enfants!

La coordinatrice allemande de la politique de la formation, des familles et des femmes, Christine Henry-Huthmacher (58 ans), a fort bien résumé la situation dans un exposé devant la fondation Konrad Adenauer à Berlin: « L’Etat a perdu le contrôle de la politique familiale. »

Contre les dérives en politique familiale

« Il est particulièrement important en des périodes de difficultés économiques de trouver un bon équilibre entre les instruments de politique familiale », conseille même l’OCDE dans son rapport « Doing Better for Families ». Et d’ajouter que ce qui compte avant tout, c’est que « les parents s’occupent bien de leurs enfants ». Cette responsabilité individuelle, une vertu bien suisse, trouve sont expression dans un NON à une « politique familiale globale » le 3 mars 2013.

par Judith Uebersax, Sattel (SZ), mère de trois enfants, administratrice de SWISS LINK Personal AG, Freienbach (SZ)

 

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
19.02.2020
Le Conseil fédéral souhaite que la Suisse participe avec un montant de 297 millions de francs à... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019, de Diana Gutjahr
Au Parlement fédéral, la gauche et les verts ont décidé d’un congé paternité de deux semaines. Dont... lire plus
éditorial
partager l’article
28.11.2019
Malheureusement il n'y a pas que la gauche qui cherche à gonfler l'appareil de l'Etat. Preuve en... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Agriculture

Pour une production indigène.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Armée

La sécurité de la population.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord