Participer
Article

NON au contre-projet d’obstruction à l’initiative sur le renvoi

Contrairement à ce que certains affirment, le contre-projet à l’initiative sur le renvoi n’est pas un compromis ! Il empêche l’expulsion de criminels étrangers, promeut la bureaucratie et surcharge…

Contrairement à ce que certains affirment, le contre-projet à l’initiative sur le renvoi n’est pas un compromis ! Il empêche l’expulsion de criminels étrangers, promeut la bureaucratie et surcharge l’administration par des procédures et des recours onéreux.

Avec le contre-projet, les renvois ne seront pratiquement jamais exécutés ou du moins bloqués durant des années suite à des recours. Le contre-projet ne contient pas non plus de minimum pour l’interdiction d’entrée des étrangers renvoyés, ce qui veut dire qu’ils pourraient tout-à-fait revenir en Suisse après une année à peine. Il contient par ailleurs un article relatif à « l’intégration », qui serait totalement déplacé et n’a rien à faire avec l’initiative sur le renvoi. Vous répondrez peut-être qu’il est important de mieux intégrer les étrangers. C’est ignorer la réalité et tout simplement faux, car la majorité des étrangers en Suisse sont déjà intégrés. Ils apportent leur contribution à notre société et à notre économie. Le fait est, cependant, qu’une petite partie d’entre eux ne peut et ne veut pas s’intégrer. L’intégration est un processus qui ne fonctionne que si la personne concernée le souhaite. Si cette volonté d’intégration fait défaut, même les cours les plus chers, les meilleurs travailleurs sociaux et les offres d’intégration les plus pointues n’ont absolument aucun sens.

Fraude sociale
C’est justement de ces étrangers sans volonté d’intégration, criminels, qu’il est ici question. Les étrangers qui voient la Suisse comme une contrée merveilleuse dans laquelle ils peuvent se défouler à leur guise, commettre des infractions et abuser de nos institutions sociales doivent être expulsés.
La fraude sociale sabote notre État social. Savez-vous que les 22 % d’étrangers installés dans notre pays perçoivent aujourd’hui 40 % des prestations sociales ? Dans notre travail au sein de la police, nous constatons régulièrement que des familles étrangères bénéficient de prestations AI et d’aide sociale injustifiées et beaucoup trop élevées. De nombreux étrangers font savoir à leurs compatriotes à quel point la vie est agréable en Suisse et qu’on peut y recevoir beaucoup d’argent sans travailler. Seule l’initiative pour le renvoi permet de stopper cette évolution.

Criminalité parmi les étrangers
Grâce à l’initiative UDC pour le renvoi, les criminels étrangers pourront être contraints de quitter notre pays, ce qui n’est pas le cas avec le contre-projet. La part des condamnations prononcées contre des étrangers a crû de 65 % ces 25 dernières années. Nous autres policiers vivons tous les jours de près l’augmentation de la criminalité étrangère. Nous avons beaucoup plus souvent affaire à des étrangers qu’à des Suisses. On remarque rapidement que beaucoup de criminels étrangers sont des récidivistes. Quand nous devons intervenir pour la xième fois à cause du même étranger, nous aimerions pouvoir enfin renvoyer ces gens, ce qui n’est aujourd’hui possible que dans de rares cas et qui serait tout sauf amélioré par le contre-projet.

Nous remarquons chez les étrangers une tendance à commettre plusieurs fois les mêmes infractions lourdes. La violence domestique n’est pas exclusivement mais très souvent un problème d’étrangers. C’est dû à des aspects spécifiques tels que la mentalité, l’éducation, la fierté et l’honneur. D’autres domaines problématiques sont les bandes organisées, qui viennent chez nous commettre des cambriolages en série. Nous savons que presque toutes ces bandes sont d’origine étrangère.

Le contre-projet ne représente en aucun cas un « juste milieu ». Le contre-projet est une illusion perfide visant à empêcher presque tous les renvois, ce qui ne saurait être notre but. Rangeons-nous donc du côté de nos étrangers bien intégrés et opposons-nous clairement aux criminels.

Le 28 novembre, votez OUI à l’initiative sur le renvoi et NON au contre-projet !

 

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
17.11.2021
La Suisse ne doit ni accueillir de migrants Afghans illégaux, ni leur donner l’opportunité de se cacher.... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
21.10.2021
Depuis le mois de janvier de cette année, 21 femmes ont été tuées en Suisse. Les auteurs... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
21.09.2021
Face à la menace d’une vague d’immigrants venus d’Afghanistan, le groupe parlementaire UDC a demandé un débat... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Armée

La sécurité de la population.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – PC:30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord