Participer
Communiqué de presse

Assistance administrative fiscale: la Suisse ne doit plus céder

La Suisse subit à nouveau des pressions de l’étranger. Une autorité de l’OCDE exige en effet que les conditions à l’octroi de l’assistance administrative en matière fiscale soient encore une fois…

La Suisse subit à nouveau des pressions de l’étranger. Une autorité de l’OCDE exige en effet que les conditions à l’octroi de l’assistance administrative en matière fiscale soient encore une fois assouplies. La Suisse ne doit en aucun cas céder à ces pressions. L’UDC continue de se battre pour la protection de la sphère privée et s’opposera avec détermination à tout nouveau ramollissement de la législation suisse. Il semble pourtant que le Conseil se soit une fois de plus incliné. Le Parlement devra corriger cette attitude et rester ferme.

Les promesses, qui avaient été faites dans le contexte des nouveaux accords de double imposition selon l’article 26 de l’accord-modèle de l’OCDE, ont déjà passé aux oubliettes. L’UDC s’était opposée à ces traités qui lèvent le principe de la double incrimination et minent donc l’Etat de droit helvétique. Le Conseil fédéral avait à l’époque promis au Parlement que les contribuables poursuivis devraient dans tous les cas être identifiés par leur nom et leur adresse. Il paraît que désormais d’autres moyens d’indentification seraient admis, comme par exemple le numéro de compte. Les réserves faites par l’UDC devant ces accords de double imposition se justifient donc amplement aujourd’hui.

La Suisse subit une fois de plus les pressions de l’OCDE qui exige un assouplissement des conditions à l’octroi de l’assistance administrative fiscale. Il semble que le Conseil fédéral se soit déjà incliné. Recourant à une procédure aussi précipitée que douteuse, le gouvernement demande au Parlement de procéder aux adaptations réclamées par l’OCDE. Pour l’UDC, il est évident que le Parlement doit corriger ce mauvais cap. Il faut que la Suisse cesse de céder constamment aux pressions de cette organisation. La tactique du salami pratiquée par l’OCDE dans le seul but d’affaiblir la place financière suisse doit au contraire être dénoncée. La Suisse a le devoir de protéger la sphère privée des clients des banques.

L’UDC refuse catégoriquement une nouvelle adaptation et une réinterprétation des accords de double imposition, d’autant plus que les traités viennent d’être acceptés par les pays concernés. Les gesticulations menaçantes que l’étranger multiplie depuis quelques années doivent être rejetées. Y céder aujourd’hui serait nuire gravement aux intérêts de la Suisse.

Berne, 15 février 2011

partager l’article
en lire plus
Thèmes et positions
Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord